Bug out Bag (BoB) – Sac d’évacuation, de Survie [GUIDE + LISTE]

de Sven
Publié le : Dernière mise à jour le

On voit de plus en plus fleurir sur le web la notion de « Bug Out Bag » et c’est une excellente chose.

Néanmoins, les articles qui en parlent sont encore bien trop souvent théoriques et mettent en avant des erreurs d’appréciation, voire de fausses-croyances qui ont la vie dure.

Pourtant, un vrai bon BoB peut sauver votre vie !

Nous allons donc, dans cet article vous présenter en détail ce qu’est un BoB, son utilité, son contenu, son utilisation, etc.

Pour cela, nous allons nous poser les questions suivantes :

Allez, c’est parti…

Qu’est-ce qu’un BoB ?

Littéralement, BoB veut dire « Bug Out Bag » ; autrement dit, en Français, « sac d’évacuation ».

On l’appelle également le SER (sac d’évacuation rapide) ou Sac de Survie.

Né aux USA, comme énormément de concepts de survivalisme, le BoB est un sac à dos composé de différents matériels et ressources, destinées à pouvoir permettre de vivre en autonomie durant 72h, suite à une évacuation forcée de son domicile (tornade, ouragan, incendie, guerre civile, etc.).

À noter que, parfois, ce kit de survie peut s’utiliser dans de nombreuses autres situations : ça peut par exemple aussi être une base pour vos sorties randonnée, bushcraft, etc.

On verra plus bas dans cet article de quoi est précisément composé ce BoB.

Quelles différences entre le BoB américain et le BoB français ?

Il est important de comprendre que le concept de BoB américain est très (trop) fréquemment importé « tel quel » en France.

J’entends par là que de nombreux articles sont des traductions ou transcriptions d’articles américains sur des listes de matériels et équipements nécessaires dans un BoB… en Amérique du Nord.

Car oui, il ne vous aura pas échappé qu’il existe quelques menues différences entre les USA (ou le Canada) et la France.

Un seul chiffre, pour vous en convaincre. La densité de population : 105.5 hab/km² en France vs. 34.3 hab/km² aux USA et 3.5 hab/km² au Canada.

Allez, un second. L’état du Maine (USA) est recouvert à près de 90% de forêts… quand Les Pays de Loire sont recouverts quant à eux à hauteur de 12%.

On notera également que la plupart des BoB américains intègrent des armes à feu (légales dans un certain nombre d’états) et des équipements spécifiques liés aux risques du pays.

Or, la France, ça n’est pas les USA… et donc un BoB français ne doit PAS être pensé comme un BoB américain.

Dans cet article, nous allons donc vous présenter un BoB utile, pratico-pratique… et donc adapté à notre topographie, notre urbanisme, nos risques, etc.

Un BoB, pour quoi faire ?

Pour répondre à cette question, je tiens tout d’abord à souligner ma dernière phrase : « un BoB utile, pratico-pratique et adapté à notre topographie, notre urbanisme, nos risques, etc. »

Cette phrase, pleine de bon sens, a également une limite : que signifie le mot « notre » ?

Si vous vivez en « banlieue chaude » d’une grande ville ou si vivez en pleine cambrousse, votre topographie, votre urbanisme et vos risques ne seront pas identiques.

De même si vous vivez à la Réunion ou en Métropole.

De même si vous avez 24 ans et que vous êtes célibataire, ou si vous avez 47 ans, marié et trois enfants.

De même si vous vous chauffez au bois (risques d’incendies) ou à l’électricité (risque de coupure et donc plus de chauffage en plein hiver).

Etc. Etc.

Vous l’aurez compris : un sac d’évacuation, c’est avant tout une histoire personnelle, des besoins uniques et donc un équipement adapté.

Mais rassurez-vous : on va quand même vous aider à vous équiper, en vous aiguillant et en vous proposant des listes d’équipements, mais également en vous proposant des exemples concrets de Bug Out Bag.

Cependant, dans un premier temps et afin de répondre à la question qui nous intéresse ici (un Bob, pour quoi faire ?), il faut vous poser les questions suivantes (et y répondre !) :

  • Quels sont les risques auxquels je suis exposé ? (coupure de courant, incendie, ouragan, inondation, crise sociale, risques personnels telles qu’une maladie, etc.)
  • Pour chacun de ces risques, pour combien de temps cela m’amènerait à quitter mon logement ? (une nuit, trois jours, une semaine, plus ?…)
  • Quels sont les matériels et équipements nécessaires pour répondre de manière adéquate à ces risques ?

Il est important de comprendre que chaque BoB est unique, également parce que pour une même situation et de mêmes risques, nous n’allons pas réagir de la même manière.

Le sac d’évacuation : un délire survivaliste ?

Quand on parle du sujet du sac de survie, ou sac d’évacuation, avec quelqu’un qui n’y a jamais pensé auparavant, on est parfois confronté à un rejet.

Nombreux sont ceux qui voient le Bug Out Bag comme étant un « délire survivaliste ».

Pourtant, ça n’est évidemment pas le cas, au point que le Gouvernement Français a lui même mis en place un site Internet dédié au « kit d’urgence en situation de crise ».

Simplement, sur NoPanic, on est juste (beaucoup) plus complets. 😉

Bug out Bag (BoB) - Sac d'évacuation, de Survie [GUIDE + LISTE]

Un BoB, pour combien de personnes ? Pour qui ?

Je l’ai déjà rapidement évoqué dans la partie précédente (« Un BoB, pour quoi faire »), mais je tiens à insister sur ce point.

Vous devez absolument prendre en compte votre structure familiale dans la création de votre BoB, mais également vos connaissances, capacités et compétences physiques.

  • Votre structure familiale : On ne pense pas un sac d’évacuation de la même manière si vous êtes seul ou si vous avez une femme (ou un mari) et des enfants.
  • Vos connaissances : Il ne sert à rien de prendre un firesteel, parce que vous avez vu une liste de BoB qui en avait un, si vous ne savez pas comment correctement vous en servir (également en situation de stress intense, par temps très humide).
  • Vos capacités : Je parle ici de capacité financière (ne cherchez pas un équipement hors de prix) et organisationnelle. Un petit BoB, mal conçu, est mieux que la théorie d’un BoB parfait… mais qui est uniquement sur le papier.
  • Vos compétences physiques : On voit régulièrement des kits de survie de 25 kilos, à la sauce USA, créés par des personnes qui n’ont jamais réellement essayé de porter ce type de sac sur de longues distances. Pensez également aux faiblesses de chaque personnes évacuée (médicaments obligatoires, ventoline, grossesse en cours, etc.)

Quels équipements mettre dans un BoB ?

Si vous avez lu l’article jusqu’ici, vous aurez compris que la réponse à cette question est : ça dépend.

Cela dépend de vos risques, de votre géographie, des personnes à évacuer, de votre sensibilité, de votre forme physique, de votre point de chute (on en parle ensuite), etc, etc.

Bref : ça dépend… mais on va tout de même vous aiguiller et vous donner des idées.

Pour cela, nous avons écrit des articles dédiés à chaque modules :

Quatre conseils importants en ce qui concerne le matériel et la création de votre BoB :

  1. Le meilleur moment pour faire son BoB, c’était hier. Le second meilleur moment, c’est maintenant. N’attendez pas qu’il soit trop tard et « fabriquez-le » au fur et à mesure, en suivant votre instinct et nos conseils.
  2. Ne cherchez pas à avoir le truc hyper compliqué (ou hyper stylé pour Instagram) et hors de prix : il vous faut du matériel de confiance, simple et solide.
  3. Ne surchargez pas : il ne faut pas que votre BoB dépasse les 15 kilos, surtout si vous manquez d’expérience dans le chargement, le réglage et le portage d’un sac à dos.
  4. Pensez votre BoB en Modules d’Urgences.
Bug out bag
Le BoB : une histoire très personnelle…

Qu’est-ce que des modules d’urgence ?

Nous avons réalisé un article complet sur les modules d’urgence, leur intérêt, leur fonctionnement, etc.

Pour résumer, il s’agit de classer vos différents équipements en « famille » (feu, eau, nourriture, santé, administratif, etc.) et de les organiser de manière à ce que vous puissiez avoir un accès rapide pour chaque module.

Un accident vient d’arriver ? Vous sortez le module kit de soins, correspondant à une trousse de secours avec le code couleur adéquat.

Un contrôle d’identité lorsque vous souhaitez quitter une ville en prise à des conflits sociaux ? Le module administratif, avec une copie des cartes d’identité, carte vitales, permis, etc.

Pour aller plus loin, vous pouvez également « diviser » votre Bug Out Bag en plusieurs sacs composés de différents modules.

Par exemple, un BoB / module principal qui répond aux principaux risques… et ensuite des BoB / modules secondaires pour des risques spécifiques (un module spécial inondation, un module nourriture pour X jours supplémentaires, etc.)

Bug out Bag (BoB) - Sac d'évacuation, de Survie [GUIDE + LISTE]

Comment vais-je évacuer ? Pour aller où ?

Je risque immédiatement de casser certains fantasmes… mais l’évacuation dans la verte est pour moi une utopie.

Je crois qu’il faut faire la nuance entre le bug out d’urgence, utile pour fuir une zone sinistrée ou en passe de l’être, et la volonté de passer « off the grid« , qui doit être largement anticipée.

Résident en France ou en Belgique (voir même dans certains coins au Canada), en zone urbaine, semi urbaine ou même rurale, il est rare de se retrouver des kilomètres sans refuge.

Il est surtout rare de ne pas être pris en charge par des secours sous 72h (à moins d’anticiper une crise majeure ; qui a une probabilité tout de même plus faible qu’une inondation ou un incendie !).

A vous de vous projeter !

Encore une fois, il n’existe pas de réponse universelle car cela dépend de votre lieu de vie, de votre localisation au moment de « l’événement » (en dehors de votre domicile, vous n’aurez que votre EDC sous la main), de votre structure familiale, de votre préparation physique, etc.

Il est fort probable que dans l’urgence, vous attrapiez précipitamment vos deux enfants sous les bras et courriez en dehors de votre maison… laissant votre joli BoB, bien préparé et bien rangé dans votre armoire à l’étage.

Vous allez donc devoir réfléchir, pour chaque risque potentiel, à un scénario d’évacuation… et à un point de chute possible.

Partez-vous à pied (grande ville, les moyens de transport sont out), en voiture, en vélo ?… Où allez-vous : avez-vous un refuge, chez de la famille, des amis, … ?

Les possibilités sont multiples, le BoB extérieur (cache de survie), le BoB de confiance (chez un ami, un voisin), le BoB dans votre maison de campagne (ou votre cabane de forêt), ou encore le chariot à roulette à traction humaine (également appelé « Bug Out Cart).

Back packing Cart ou chariot de survie
Back packing Cart ou chariot de survie

Exemples de sacs d’évacuation (BoB) : Listes de matériels

Sur NoPanic, on aime la théorie, on aime rentrer dans le détail… mais on apprécie encore plus que tout le concret et le réel !

Voici donc quelques exemples concrets de kit d’évacuation (BoB), avec photos et listes :

Et vous, comment envisagez-vous votre sac d’évacuation rapide ?

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

11 commentaires

Avatar
Emmanuel Belgeri 11 novembre 2014 - 14h20

Je suis en train d’étudier le passage du sac d’évac à la servante à roulette placée dans l’entrée avec matos de base, change et bouffe pour 4… Genre ça crame, tu sort en courant et du choppe la poignée au passage…

Répondre
Avatar
NoPanicfr 11 novembre 2014 - 14h24

oui c’est dans cet esprit là que je veux évoluer…

Répondre
Avatar
p'tit yoda 11 novembre 2014 - 23h20

Pour ma part il est « evolutif »… Reparti dans plusieurs sac. Sachant que j ai un petit de 9 ans et sui peut donc porter un sac.
Un petit sac remplie du b.a.ba rentre dans un sac plus grand avec du materiel suplementaire. Et a proximite encore du matos… toujours ds des sac a dos ou poche « molle »
Ceux qui permet de selectionner selon le type d’evac… Et avec qui j’evac.. et oui, il faut penser a la possibilite d emmener 1ou 2 personne suplementaire selon le moment
le systeme « molle » est bien, il permet de faire evoluer, rapidement, le sac en fonction des besoins …
J ai aussi une » cantine », avec tout le matos camping, pres a jeter ds la voiture… Aussi tres utile pour les vacances :-p

Répondre
Avatar
pampero 5 décembre 2014 - 15h30

Le BOB a l’américaine comme vous dites c’est le mec avec un quad attaché aux bretelles du sac a dos

Répondre
Avatar
Poulpix 14 mai 2015 - 20h08

Mon « BOB », plus ça avance et plus il est compact, là c’est genre un eastpak avec 1 RCIR, 1 bouteille d’eau et le nécessaire d’hygiène. Bien sûr quelques gadgets genre lampe torche etc… Mais en effet si les autorités ne peuvent te prendre en charge dans les 48h, alors c’est pas un BOB de 15kg qui te sauvera 😉

Répondre
Avatar
Von Pikkendorff François 14 mai 2015 - 21h32

Je crois qu’il faut d’abord se poser trois questions :
– un BOB pour faire quoi ? Simple évacuation suite à une catastrophe naturelle plus ou moins grave pour moi mais d’une durée qui devrait être limitée ou « extinction des lumières » ?
– Avec qui vais-je évacuer ? nombre, âge, condition physique,…
– Comment vais-je évacuer ? A pied, en véhicule,….
– Pour aller ou ?
Il faut d’abord retenir un scénario probable sachant que l’on ne peut pas couvrir tous les cas de figure. A partir de là, ce n’est pas à la personne de s’adapter au BOB mais au BOB de s’adapter à la condition physique de celui qui doit le porter et de la réponse apportée aux quatre questions.
Et peut être alors que pour certains le BOB sera une utopie mortelle et qu’il sera préférable de rester chez soi en fonction de l’événement.
Dans le cadre d’une catastrophe naturelle, ce sont vos conditions environnementales qui vont décider de ce que vous devez faire.
Exemple : Dans la sud ou les inondations sont fréquentes, il est clair qu’une personne habitant une maison dans une zone inondable ne verra pas les événements de la même façon que quelqu’un habitant dans un immeuble en haut d’une colline.
Pour ma part, habitant au 4ème étage d’un immeuble en zone non inondable, j’ai privilégié le scénario d’une panne de courant prolongée suite à une inondation plus ou moins proche privant mon quartier de courant. Ayant de plus ma mère de 85 à charge, je préfère rester chez moi que me jeter dans les bras d’un dispositif gouvernemental plus ou moins débordé par les événements… Et puis franchement, un survivaliste qui se jette dans les bras du gouvernement dès le premier souci, pas très résilient le survivaliste.
Je me suis donc équipé pour détenir de quoi tenir 10 jours après avoir mangé le contenu du frigidaire et du placard soit une autonomie globale de presque 20 jours. Autonomie dans tous les domaines pour l’eau, la nourriture, l’hygiène, la santé, la cuisson des aliments, l’éclairage, la communication (panneaux solaires pour recharger les téléphones, radio solaire) sans oublier la protection du domicile. Pour le chauffage, si l’événement arrive en hiver, nous habitons près de la méditerranée et non au Pôle-Nord… Pulls et bougie feront l’affaire.
Pour l’extinction des lumières, tant que ma mère est vivante, la seule solution est la voiture pour rejoindre mon point de chute. 30 litres de carburant sont donc stockés au garage et je fais le plein dès que je suis a mi réservoirs.
Le jour de son décès, ma fille ayant entre temps grandi, le scénario sera à réécrire car elle pourra peut-être emporter un peu plus d’affaire dans son BOB ;).
Ne soyez pas figés, adapter votre préparation à l’évolution de votre cadre de vie et a votre condition physique.

Répondre
Avatar
Redfish 19 octobre 2017 - 11h30

Très sage analyse…
🙂

Répondre
Avatar
Lapoisse Irsut 14 mai 2015 - 21h55

avec un ami l’été dernier nous nous somme amusé
sac à dos chacun et hop on fait les courses.
65L pour moi 80L pour lui
au final
la tente est rester à la maison
partie pour 530km mais finalement 320 km a pied en 20 jours (jours repos compris)
à chacun 25kg par sac (soit 50gk au total) (le + volumineux des affaires dans le plus grand sac évidement mais en veillant à toujours avoir des sacs équilibrés)
pour nous 2
– 1bache 1 poncho tarpe 1kway
– 1 hache 1 scie
– 15m de paracorde
– 2 hamac 2 sac de couchage
– hygiène dentifrice brosse a dent savon en bloc serviette de toilette
– 1 trousse médical plaie superficiel désinfection soin ampoule …
– 1 trousse médical douleur musculaire, digestive et tète
– 3 tenu sur base 1 longue/ 1 courte/ 1 chaude chacun
-vivre
– 8litre d’eau (4/sac) gourde et bouteilles (mais en recalculant 1.5L *2 + 2*2L+2L chacun ça fait 7 litre chacun soit 14 litre au total pour manger, boire, « vaisselle » et la « toilette »)
– 3 jours de nourriture par sac
et bric a brac
lampe frontal couteau briquet pq piles cartes chargeur solaire bassine en toile bruleur alcool en gel coton (+1 conserve vide d’avance) …

Répondre
Avatar
Guy Bouvier 15 mai 2015 - 18h35

Avec seul un sac de 35l 8kg avec tout pour faire le feu ,l’abri j »ai un tarp et des connaissance de la nature ,c’est une philosophie

Répondre
Avatar
Vick Bushper 9 avril 2017 - 9h51

Pour ma part je suis SDF. Mon bob est devenu ma maison. Il a beaucoup changé en un an mais aujourd’hui je suis à une optimisation idéal pour moi.
Sac à dos alpin, rangement par module, 14kg avec deux litres d’eau et une petite semaine de nourriture essentiellement à base de riz et de soupe lyophilisé. La chasse, la pêche et la cueillette font partie de mon quotidien.
Sac à dos 2,2 kg
Module couchage confort extrême 4kg (duvet, matelas gonflable, hamac, hamac filet (pour la sécurité de mon sac la nuit), poncho all weather blanket, tarp et faîtière.
Module eau 3kg poche à eau 2l, nalgene inox 1l, paille filtrante et hydroclonazone.
Module Hygiène change 1,1 kg env un pull, un t-shirt, une paire de chaussette, un caleçon, un caleçon technique long, un bonnet, un sheimag, une brosse à dent, savon d’Alep, serviette microfibre.
Module popote 2kg, un quart 750ml avec couvercle (passoire) popote 2 personnes Laiken + poignée métal, huile, sucre en poudre, thé, sel et poivre, 1 bouillon cube,
400gr de riz, 2soupe lyophilisé, 300 gr de farine, boulgour,
Module 1er secours, 0,5 kg
Module EDC, 1,2 kg kit feu, kit pêche, kit chasse, kit corde, couteau de camp,
Sur moi, portefeuille, couteau fourchette, stylo, carnet, tel,
Tout ça me permet de vivre partout et en sécurité. J’ai une chaine youtube qui explique pas mal de chose et surtout les choix que j’ai fais.

Répondre
Avatar
Benoit Devault 10 avril 2017 - 4h44

Mon BOB pèse environ 12 kilos…..ça inclus 2 litres d’eau trois jours de nourriture…une couverture de laine.un abri d’urgence(tarp)..et les outils nécessaire a la survie….le réel problème au Canada c’est l’hiver,rude,très froid et très long….du printemps a l’automne aucun problème….mais je cherche encore a comment adapter mon BOB pour l’hiver sans en augmenter le poids….j’envisage utiliser une luge….Ce qui me permettrait d’apporter plus de vêtement et de matériel pour faire face aux rigueurs de l’hiver Canadien!!

Répondre

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Biscuits d'urgence - Convar

Cette ration d'urgence, sous format de biscuit de haute valeur énergétique, peut se conserver jusqu'à 20 ans ! Idéal pour votre BOB, EDV, EDC, etc.

Sursac Bivvi Bag

Juste parfait, ce sursac de couchage Snugpak est étanche, léger (270g avec sac de rangement) et respirant (tissu Paratex Dry).

Paracorde 550 Type III

Disponible en noire, mais également en plusieurs autres couleurs, cette paracorde de 4mm peut supporter jusqu'à 250 kilos !

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée