Pourquoi choisir un sac à dos tactique (militaire) pour la randonnée ?

de Sven
Publié le : Dernière mise à jour le

Lorsque vient le moment de choisir son sac à dos pour randonner, vient également le moment des débats houleux des pour et des contre.

Il vous suffira de quelques lectures sur des forums spécialisés ou des groupes Facebook pour être totalement perdus sur le volume du sac à choisir, comment le remplir, comment le régler ou encore quoi mettre dedans.

Mais la question la plus discutée (et disputée) est l’utilisation de sacs militaires, qu’on appelle également sacs tactiques, pour faire de la randonnée.

Dans cet article, j’ai donc décidé de synthétiser les arguments (pour et contre), de debunk un grand nombre d’a-priori… et de vous donner mon sentiment, tout subjectif soit-il.

Qu’est-ce qu’un « sac tactique » ?

Commençons par le commencement, si vous le voulez bien.

Historiquement, la majorité des sacs à dos étaient « militaires »…

car utilisés quasi exclusivement par les soldats, pour la guerre.

En Europe, durant des siècles, on appelait d’ailleurs le sac à dos tactique un « havresac » ; qui vient du mot Allemand « Hafersack » et qui désigne un « sac d’avoine ».

Il était utilisé par les cavaleries françaises et anglaises au 17ème siècle et s’est popularisé dans tous les corps d’armée afin que les soldats trimballent leurs équipements et leurs rations.

Ce n’est que beaucoup plus tard, avec l’essor de la randonnée, du scoutisme et de l’alpinisme, que les sacs à dos sont apparus chez le grand public.

Aujourd’hui, on retrouve le sac à dos partout : à l’école, au travail, chez les marques tout public ou dans les marques de haute-couture, et évidemment dans tous les sports…

Ok, c’est bien joli Wikipédia… mais ça ne répond pas à la question.

Aujourd’hui, qu’est-ce qui fait qu’un sac à dos est dit « tactique » ou « militaire » ?

La logique voudrait qu’un sac militaire soit un sac conçu pour les armées et utilisé par… les militaires.

Sauf, qu’aujourd’hui, beaucoup de sac à dos dits « civils » sont en réalité utilisés par des corps d’armées.

Et beaucoup de sacs qui se disent tactiques ne sont vendus qu’au grand public.

Ces dernières décennies, les milieux militaires et loisirs se sont mélangés et interpénétrés, ce qui donne d’ailleurs une saine et positive émulation.

C’est valable pour les fabricants de sac à dos, mais pas uniquement :

  • des marques comme Arc’teryx, Vertical ou Meindl exposent au salon Milipol (Salon sur la Sécurité Intérieure pour les États).
  • des marques comme Millet font tester certains de leurs matériels par les Chasseurs Alpins (corps d’armée Français).
  • des marques comme Snugpak, Carinthia, Arktis, Ulfrotté, Petzl proposent leurs produits aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels et aux militaires.

Du coup, on pourrait être tentés de désigner comme « sac militaire » un sac à dos réglementaire à une armée ou à un corps d’armée.

Mais ça serait oublier toutes ces entreprises qui font des sacs tactiques d’excellente qualité et qui, pour autant, ne sont pas réglementaires.

Pour conclure, et au risque de vous décevoir, il n’y a pas de définition communément acceptée par tous, sur ce qu’est un sac tactique…

Du coup… Y a-t-il une vraie différence avec les sacs à dos qualifiés de « civils » ?

Oui.

Et c’est bien ça le paradoxe.

S’il est difficile de s’accorder sur une définition précise de ce qu’est un sac tactique, voici malgré tout des caractéristiques qui les qualifieraient :

  • il est résistant / robuste
  • il est polyvalent / modulable
  • il est rustique
  • il dispose de nombreuses compartiments (dont un pour la poche à eau)
  • il est plus lourd
  • il est moins confortable
  • il est unisexe
  • il est proposé en coloris limités (noir, kaki, beige, camo)
  • il a un look… bien à lui.
  • etc, etc.

Bon… tout ça est-il exact ?

On va voir ensemble qu’il n’y a pas de fumée sans feu, mais également que certains à-priori, parfois datés, ont la vie dure...

Quels sont les avantages et inconvénients des sacs à dos tactiques ?

Tout d’abord, je vais lister tous les arguments que j’ai pu lire, en faveur et en défaveur du sac à dos tactique quand on souhaite faire de la randonnée…

Les avantages

  1. le prix
  2. la résistance / robustesse
  3. la modularité / polyvalence
  4. la couleur / discrétion
  5. le look

Les inconvénients

  1. le poids
  2. la couleur / manque de discrétion
  3. le confort
  4. le look

Maintenant que les bases sont posées, je vous propose de détailler chaque point…

« Un sac militaire, c’est pas cher ! »

Cette réputation vient du fait qu’on trouve facilement des sacs tactiques (y compris réglementaires : sac ou musettes F2, F3, etc.) dans les surplus militaires, aux puces, dans les brocantes ou encore d’occasion sur le web.

Aujourd’hui, cet argument ne me semble pas totalement exact : si on souhaite un sac à dos pas cher, il existe des marques grand public qui proposent des tarifs relativement imbattables (Décathlon, pour ne pas le citer).

Mais (car il y a un mais), je vous conseille de lire le passage sur la modularité avant de tirer des conclusions trop hâtives…

« C’est robuste ! »

C’est exact.

Les matériaux utilisés pour la confection d’un sac militaire sont généralement beaucoup plus résistants à l’abrasion et à l’usure que ceux pour des sacs de sports plus « classiques ».

Je pense par exemple au Cordura ou au nylon Rip-stop.

Outre le tissu, on pourrait aussi évoquer les coutures, la résistance des fermetures éclairs, les sangles, les attaches, etc.

Il y a d’ailleurs la fameuse blague faite sur les sacs civils : « Conçu pour la randonnée sur 2 à 3 jours : Ils ne mentent pas, celui que j’ai acheté a tenu très exactement trois jours ».

Cependant, cette résistance à toute épreuve amène nécessairement un inconvénient…

« C’est lourd… c’est très / trop lourd ! »

C’est le premier argument qu’on vous sortira lorsqu’il s’agira de décrier l’usage du sac militaire pour la randonnée de loisir.

Et il est globalement vrai.

L’une des grandes caractéristiques qu’on demande à un sac militaire, c’est sa robustesse mécanique « off road » : le fait de pouvoir le jeter n’importe où, qu’il puisse frotter sur n’importe quoi sans se déchirer (ronces, rochers, branches…), de pouvoir y mettre sans crainte des objets agressifs (pointus…), etc.

Également, un sac militaire est conçu pour porter des charges lourdes… très lourdes.

Pour cela, il faut des tissus plus épais.

Et des tissus plus épais, ça pèse plus lourd.

Ainsi, un sac tactique à vide pèsera généralement plus qu’un sac de randonnée civil, à volume égal.

Quelques exemples de poids de sacs tactiques :

Modèle de sac à dos tactiquesPoids à vide
Karrimor – SF Sabre 45L1820 g
Tasmanian Tiger – TT Modular Pack 45L Plus2850 g
Tasmanian Tiger – TT Mission Pack 37L MKII2150 g
5.11 – Rush 72 2.0 55L 2400 g

Quelques exemples de poids de sacs civils :

Modèle de sac à dos civilesPoids à vide
Gregory – Stout 45L1340 g
Tatonca – Kings Peak 45L Recco1200 g
Gregory – Zulu 35L1330 g
Gregory – Paragon 58L1620 g

Les chiffres parlent d’eux même et il n’y a pas de débat possible, surtout si vous êtes adeptes de la marche ultra-légère.

« C’est modulable et donc plus polyvalent ! »

Quand on part en randonnée, on peut partir à la journée… sur un week-end… à la semaine, voire plus.

La logique idéale est donc d’avoir plusieurs sacs à dos, de différents volumes, adaptés à chaque besoin.

Ou alors, vous avez un sac tactique.

Sa modularité vous permet d’avoir un seul et unique sac à dos pour toutes ces randonnées, grâce à des ajouts (ou suppressions) de poches ou pochettes.

En général, ces ajouts sont possibles grâce à des accessoires MOLLE et des pochettes type PLCE (latérales, montées sur ZIP).

L’autre intérêt de cette accessoirisation est dans le cas de randonnées avec camp de base : on peut sélectionner l’emport, chaque jour, en fonction du lieu et du trajet.

D’ailleurs, pour rester sur cette histoire de poches et de rangement, la conception des sacs militaires est en général très fonctionnelle : une place / poche pour chaque équipement.

Enfin, toujours dans une logique de polyvalence, un sac tactique peut également vous être doublement utile si vous êtes dans une démarche de prepping ou de survivalisme.

« C’est discret / C’est connoté »

Un sac tactique, c’est en général kaki / vert olive, beige / sable, camo ou noir.

Et ça plaît… ou ça ne plaît pas.

Fin de l’histoire.

Ceux qui aiment vous parleront de la discrétion de ces coloris en pleine nature, loin des couleurs criardes (rose, rouge, jaune, vert fluo…) des sacs de randonnée civils.

Ils ne souhaitent pas polluer la nature, ainsi transformés en sapin de Noël, mais bien se fondre dans la verte.

Ceux qui n’aiment pas vous pointeront du doigt l’intérêt d’être vu de loin (particulièrement à la montagne) et le fait que la plupart des animaux ont une vision bichromatique… et donc que la couleur du sac ne leur change rien.

Enfin, que les sacs à dos kaki ou avec un camouflage auront tendance, en ville, à vous faire passer pour un zonard, un punk à chien, etc.

… ou encore, en voyage dans un pays étranger, à vous faire cataloguer comme militaire… ce qui n’est pas toujours souhaitable, et vous obligera sans doute à le vider à chaque passage de frontières.

On n’arrivera pas à mettre ce p’tit monde d’accord, à part sur le fait que le noir et le beige sont plus neutres et passe-partout.

C’est déjà pas mal.

« C’est inconfortable et mal coupé ! »

Cette réputation vient surtout des sacs militaires réglementaires, dont le confort n’est pas la qualité première recherchée.

Également, ces sacs sont faits pour être portés principalement sur les épaules (pour ne pas gêner les harnais, brelages, vestes de combat, etc.) et moins sur les hanches.

Cela a tendance à tirer le porteur vers l’arrière et donc créé un inconfort sur la durée.

Mais c’est absolument faux sur les sacs de nouvelle génération et les bonnes marques de sacs tactiques, qui proposent maintenant des sacs bien équilibrés, avec de bons rappels de charges sur les épaules et des transferts de charges sur les hanches.

« Le look… »

L’appréciation du beau est probablement ce qu’il y a de plus subjectif et personnel.

Certains aimeront le look d’un sac tactique et d’autres seront immédiatement rebutés.

Je laisse donc chacun seul juge.

Pourquoi choisir un sac à dos tactique (militaire) pour la randonnée ?

Pourquoi choisir un sac militaire pour randonner ?

On vient de le voir, il y a de nombreux arguments en faveurs du choix d’un sac tactique pour randonner…

… et oui, il en existe également contre.

Comme toujours, ce choix doit être fait en fonction de VOS besoins et de quel type de randonneur VOUS êtes.

Pour vous aider dans votre réflexion, je vais vous parler de mon cas personnel…

Je ne suis pas un collectionneur de matériels : je préfère avoir UN équipement de très bonne qualité qui va me suivre dans toutes mes excursions et aventures.

Je suis conscient qu’on a tendance à dire qu’un sac à dos qui sert à tout, ne fait finalement rien de bien.

Je ne suis pas d’accord.

Question de verre vide ou de verre plein…

Pour moi, un sac à dos qui sert à tout, fait (de fait) globalement tout de bien !

  • Je recherchais donc la polyvalence, avant tout.

Également, j’aime que mes matériels durent.

Je répète souvent : « le prix s’oublie, mais la qualité reste ».

  • Je voulais donc un sac à dos résistant et durable.

Il allait m’accompagner dans des randonnées de quelques jours (sur sentiers et en exploration), dans mes sorties bushcraft ou de pêche en bord de mer, dans des déplacements professionnels, mais aussi dans des voyages « sac-à-dos » dans de nombreux pays étrangers (Asie, Amérique du Sud, etc.).

  • Il fallait donc que mon sac soit « low profile », sécurisé (résistant à la perforation, pas de poches extérieures pour les pickpockets, idéalement en forme tube, etc.), d’un volume de 38-45 litres, idéalement modulable, et une nouvelle fois résistant (soute d’avion, déplacement off-road, abrasion sur les rochers, etc.)

Ce cahier des charges en main, j’ai donc acheté un sac à dos tactique, le Sabre 45L Karrimor FS, il y a de cela une quinzaine d’années maintenant.

Ce sac a vu défiler des milliers de kilomètres de marche à pied, des centaines de bivouacs, des dizaines de voyages… et il est absolument comme neuf.

Aucune trace d’usure. Il n’a pas déteint. Aucune fermeture éclaire n’a été changée.

Il est évidemment plus lourd qu’un sac de randonnée civil, mais je compense en emportant moins de matériels et d’équipements.

Bref, un sac tactique répondait et répond encore à mes besoins.

Ça n’était pas le cas avec un sac à dos classique.

Maintenant, la question qui importe…

Et vous : Quel est votre cahier des charges ?

Comment choisir un sac tactique ?

Si vous vous êtes décidé sur un sac tactique pour randonner (et plus), vous devez maintenant choisir lequel.

Cinq conseils pour vous y aider…

1 – Quel volume choisir ?

15 litres ? 20 litres ? 25 litres ? 30 litres ? 40 litres ? 45 litres ? 50 litres ? 60 litres ? 65 litres ? 80 litres ?!…

L’erreur classique quand on choisit un sac de randonnée est de prendre le plus grand volume possible, en se disant qu’au pire des cas, on ne le remplira pas totalement.

FAUX !

Plus on a de place, et plus on emporte de choses.

A l’inverse, disposer d’un sac trop petit vous obligera à accrocher certains de vos matériels sur l’extérieur du sac, ce qui peut potentiellement provoquer déséquilibre, gêne et inconfort.

Mon conseil sera donc de choisir un sac entre 35 et 45 litres.

Suffisamment grand pour mettre toutes vos affaires à l’intérieur (au sec) et suffisamment petit pour vous obliger à bien sélectionner votre équipement.

Autre avantage de ces sacs : ils sont faciles à porter en ville et à garder avec soi dans les transports en commun (contrairement aux trop grands sacs).

Vous voulez randonner sur une très longue période et vous avez besoin de plus de volume ? A la bonne heure, vous pouvez ajouter des poches latérales ou Molle.

2 – Quels équipements / caractéristiques souhaitez-vous absolument ?

Une fois le volume déterminé, vous devez savoir si les caractéristiques suivantes sont pour vous essentielles (1), intéressantes (2) ou optionnelles (3) :

  • imperméable
  • résistant au feu
  • poche hydratation
  • poches extérieures
  • poches intérieures
  • compartiments différenciés
  • forme du sac
  • système molle ou PLCE
  • couvre sac intégré
  • porte skis
  • porte bâtons
  • sangle de poitrine
  • poches sur sangle ventrale
  • compartiment en bas de sac
  • réglages des sangles
  • poids de confort
  • armature ou non
  • mono ou double bretelles
  • velcro
  • etc.

Ne vous arrêtez pas à cette liste et réfléchissez, comme toujours, à vos propres besoins.

Par exemple, si vous partez fréquemment faire du ski ou de l’alpinisme seul, il est sécurisant que vos sangles d’attaches puissent être décrochées très facilement d’une seule main.

3 – Quelle couleur ?

L’avantage, avec les sacs militaires, c’est qu’on n’a pas trop le choix…

Donc :

  • noir
  • kaki / vert olive
  • beige / sable
  • camouflage

A part pour des besoins très spécifiques, je vous conseille le noir et le beige : plus passe-partout.

4 – De quel confort avez-vous besoin ?

Si c’est un point important pour vous (et ça le devrait), regardez plutôt du côté des sacs tactiques modernes de marques connues et reconnues.

L’idéal reste toujours d’essayer en physique le sac à dos (et de correctement le régler lors de l’essai).

5 – Quelle est la meilleure marque de sac tactique ?

Le choix est vaste.. très vaste !

Tasmanian tiger, Tatonka, Berghaus, Karrimor, HPA, Seyntex, Mil-Tec, 5.11 Tactical, 101 INC, Condor, Coptex, Helikon-Tex, Defcon 5, Kastinger, Oakley, Snugpak, Eagle, Camelbak, Maxpedition, Rothco, Highlander, Ares, Savota, Mistery Ranch, Arcteryx LEAF…

Évidemment, toutes ces marques ne se valent pas.

Vous avez d’un côté les sacs militaires basiques (type Miltec, DCA, Fox, City Gard…) qui, en usage professionnel, ont une durée de vie de 1 an, ou maximum 2 si on prend vraiment soin.

Si vous souhaitez un petit sac d’évacuation ou de survie, stocké à la maison ou dans le coffre d’une voiture, ils peuvent cependant tout à fait suffire.

Si, à l’inverse, vous recherchez un sac robuste et durable à l’usage, il vaut mieux vous orienter vers des marques avec des produits plus qualitatifs.

Parmi elles, on peut citer entre autre :

  • Tasmanian Tiger
  • Berghaus
  • Karrimor,
  • Camelbak
  • 5.11 Tactical
  • Snugpak
  • Arcteryx LEAF
  • Tatonka

Ensuite, je vous conseille de lire des retex sur chaque modèle qui vous intéresse.

Où acheter un sac militaire ?

Une fois que votre cahier des charges est posé et votre sac tactique choisi, vous n’aurez aucun mal à trouver une boutique en ligne ou physique, près de chez vous.

Mon conseil : si vous avez le moindre doute, orientez-vous vers des revendeurs qui ont une vraie expertise et une vraie connaissance des produits qu’ils vendent.

Par exemple, vous pouvez contacter de ma part Jérémy de chez Baroudeur Altitude (à gauche sur la photo), qui a en stock une cinquantaine de références de sacs à dos militaires.

Surtout, il ne vend pas des « produits »… Il vend du matériel et des équipements qu’il utilise et qu’il connaît.

Pourquoi choisir un sac à dos tactique (militaire) pour la randonnée ?

Des questions ? Des commentaires ?

Vous êtes plutôt sac tactique ou sac à dos de rando (ou alpinisme) plus classiques ?

Quel modèle avez-vous ? Quelles expériences avec ?

On veut tout savoir !

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

2 commentaires

Avatar
Ulric Dupont-Cariot 30 septembre 2022 - 11h24

excellent article! personnellement, après 10 ans au sein de l’armée de terre (et du 7ème Bataillon de Chasseurs Alpins plus particulièrement), j’ai fini par acquérir un certain nombre de sacs à dos tactiques (5.11, camelbak, mystery ranch…) et également quelques sacs à dos civils pour la pratique de l’alpinisme (millet).
les 2 types ont évidemment leurs avantages et leurs inconvénients mais je rejoins tout à fait l’auteur de cet article en affirmant que si je ne devais en choisir qu’un je garderai certainement un de mes sacs tactiques et d’un volume le plus polyvalent possible soit une quarantaine de litres.

Répondre
Sven
Sven 1 octobre 2022 - 12h27

Merci pour ton commentaire : il fait extrêmement plaisir, d’autant plus au vu de ton expérience et de ton parcours ! 😉

Répondre

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Biscuits d'urgence - Convar

Cette ration d'urgence, sous format de biscuit de haute valeur énergétique, peut se conserver jusqu'à 20 ans ! Idéal pour votre BOB, EDV, EDC, etc.

Sursac Bivvi Bag

Juste parfait, ce sursac de couchage Snugpak est étanche, léger (270g avec sac de rangement) et respirant (tissu Paratex Dry).

Paracorde 550 Type III

Disponible en noire, mais également en plusieurs autres couleurs, cette paracorde de 4mm peut supporter jusqu'à 250 kilos !

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée