Légumes Perpétuels : Liste et conseils pour un potager perpétuel

de Sven

Faire un potager, surtout si vous le souhaitez auto-suffisant, c’est un peu de travail !

Il faut choisir le type de légumes à planter (en fonction de leur rendement et de vos préférences), faire les semis correctement, penser aux plantes compagnes, lutter contre les potentielles maladies, récolter, etc.

Du coup, c’est là que l’idée de cultiver des légumes vivaces prend tout son sens.

Vivaces ?…

La plupart des légumes sont généralement annuels, ce qui signifie qu’ils sont semés, cultivés et récoltés au cours de la même année ou de la même saison de croissance.

A l’inverse, les légumes vivaces, ou perpétuels, sont des plantes qui restent en place toute l’année et d’une année à l’autre… sans avoir besoin de les replanter.

Il en existe un large choix que vous pouvez cultiver en Europe.

Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi il est intéressant de les cultiver, et vous donner les meilleures méthodes pour les faire prospérer.

Qu’est-ce que les légumes perpétuels ?

Les légumes perpétuels, aussi connus sous le nom de légumes vivaces, sont des plantes comestibles qui, une fois établies, peuvent être récoltées continuellement pendant plusieurs saisons, voire plusieurs années, sans avoir besoin d’être replantées annuellement.

Contrairement aux cultures annuelles, ces légumes maintiennent leur croissance et leur production sans nécessiter de semis récurrents.

Cette caractéristique est très intéressante si on est désireux de minimiser l’effort de plantation tout en maximisant le rendement sur le long terme.

Quelques exemples : l’asperge, la rhubarbe, l’artichaut, le cresson…

Certaines personnes vont distinguer les « vrais perpétuels » et les légumes qui ont un potentiel de repousse par semis naturel, par exemple.

Pas moi.

Je pense par exemple à la bette à carde (blette) : J’en ai planté une première fois dans mon potager il y a 5 ans… et j’en récolte depuis sans aucun effort et sans aucun nouveau semis.

Juste en laissant chaque année quelques plants monter en graines (autrement dit, en ne faisant rien), je me retrouve avec des semis naturels pour la saison suivante.

Même chose avec les pommes de terre !

Je récolte toujours une pomme de terre sur deux et laisse l’autre en terre… ce qui m’évite de replanter chaque année.

A noter que certaines personnes vous diront qu’ils préfèrent récolter et replanter ce type de légume et plants annuelles, chaque année, pour réduire les risques de ravageurs et les maladies.

Perso, je n’ai ni l’un… ni l’autre.

Pourquoi cultiver des légumes vivaces ?

Comme on vient de le sous-entendre, il existe plusieurs avantages à cultiver des légumes vivaces par rapport aux légumes annuels et bisannuels.

1 – Prolonger votre Récolte

De nombreux légumes vivaces ont des saisons de croissance et de récolte différentes de celles des légumes annuels « classiques ».

Cela signifie qu’ils vous fourniront des légumes supplémentaires tout au long de l’année.

Une majorité de légumes annuels seront prêts pour la récolte en été et en automne, alors que les légumes vivaces peuvent être prêts au printemps, et d’autres, en particulier les légumes-racines, peuvent être prêts pendant les mois d’hiver.

2 – Économiser de l’argent

Un plant de légume qui reste en place et qu’on ne replante pas, c’est évidemment moins de graines.

Donc, moins d’achat plus de graines.

Par ailleurs, les légumes vivaces voient leurs racines s’enfoncer plus profondément dans le sens (elles ont le temps !) et nécessitent donc moins d’arrosage et moins d’engrais.

Double économie !

3 – Économiser du temps

Un plant qui reste en place fait que tu n’a pas à semer des graines, à éclaircir, à transplanter, à préparer le sol, à planter…

Énorme gain de de temps que tu peux consacrer à d’autres légumes du potager… ou à profiter un peu plus de la vie (surtout à la belle saison).

4 – Être plus résilient

Les légumes vivaces ont tendance à être plus robustes que les annuels.

Ils repoussent et résistent plus facilement les ravageurs et les maladies, ce qui apporte une meilleure résilience à votre potager et donc vous assurent un seuil minimum de récoltes.

5 – Améliorer la qualité du sol

Vu qu’une fois que vous avez planté vos légumes vivaces, ils restent en place, il n’est donc pas nécessaire de les déplacer ou de les transplanter.

Autrement dit : vous ne retournerez pas la terre de votre potager… et ne détruisez pas les couches aérobiques et anaérobies.

Les couches aérobies sont les couches supérieures du sol riches en oxygène, où se trouvent de nombreux micro-organismes bénéfiques et des nutriments essentiels pour les plantes. Ces couches sont favorables à la croissance des racines et à la santé générale des cultures.

Les couches anaérobies, situées plus en profondeur, sont moins oxygénées. Elles abritent également des micro-organismes utiles pour la santé du sol et des plantes, mais ils opèrent dans des conditions moins riches en oxygène.

En ne labourant pas la terre, on préserve donc ces différentes couches du sol, permettant ainsi aux micro-organismes de continuer leur travail bénéfique pour la fertilité du sol.

En bref, un sol sans travail, c’est un sol plus sain !

A noter : On peut tout à fait faire un potager avec des légumes annuels ET sans labourer le sol.

Je le fais personnellement, via du paillage en couches , et je le recommande à toutes et à tous !

Bonus : Les plantes, en perdant leurs feuilles, ajoutent également plus de matière organique au sol, ce qui contribue là encore à améliorer la qualité du sol.

Quels sont les inconvénients ?

Présentés comme ça, ils ont l’air parfait et on se demanderait presque pourquoi continuer à faire des légumes annuels…

1 – Certains nécessitent une attention particulière !

Tous les légumes vivaces ne sont pas toujours sans entretien.

Certains nécessitent une fertilisation régulière pour vraiment donner, voire quelques uns sont sensibles aux ravageurs.

Exemple : Le chou perpétuel (« brassica oleracea var. ramosa », aussi connu sous le nom de « chou Daubenton ») est très apprécié des limaces ou escargots… mais reste tout de même moins sensible que le chou classique à la piéride et aux altises.

2 – Il faut être patient

Vous n’obtiendrez pas immédiatement de la production.

Certains légumes vivaces ne produisent pas de nourriture au cours des trois à cinq premières années.

Exemple : Il faut attendre en général trois ans avant de récolter sa première asperge, ou encore deux ans pour la rhubarbe.

3 – Ils peuvent devenir envahissant

Je pense par exemple à la menthe, la ciboulette, le raifort ou encore l’ail triquètre.

Mais, entre nous, c’est un faux inconvénient pour moi… Si mon ail triquètre devient envahissant, je décide de faire plus de pestos… et c’est vite régulé !

L’autre option est de les contenir en les plantant dans des pots ou des zones bien délimitées.

Légumes Perpétuels : Liste et conseils pour un potager perpétuel

Une bonne idée : intégrer les légumes perpétuels dans un conception permaculturelle

Dans mon article dédié à la permaculture, je vous expliquais qu’on gagnait énormément en temps, en énergie et en productivité à aller dans le sens de la nature… plutôt que d’aller contre elle.

Pour ce qui concerne les légumes perpétuels, il est intéressant de les intégrer dans une conception dite de « superposition » ou dans la création d’une « guilde ».

Une guilde est une association de plantes qui interagissent et s’entraident, créant un écosystème stable et durable.

Autrement dit, une guilde est un ensemble de plantes (arbres, arbustes, vivaces, annuelles) qui créaient un mini éco-système durable et positif (chaque plante aidant l’autre à prospérer).

Exemple concret : Vous pouvez très bien planter vos asperges en association avec un prunier, et de nombreuses autres plantes (fixatrice d’azote, couvre-sol, etc.).

Quels légumes vivaces / perpétuels cultiver chez vous ?

L’asperge

L’asperge est probablement le légume vivace le plus célèbre à cultiver en Europe.

La culture de l’asperge n’est pas difficile, et elle est toujours excellente lorsqu’elle est récoltée et consommée fraîche (et accessoirement bien meilleure que celle que vous trouverez au supermarché !).

Cependant, comme on a pu l’évoquer précédemment, il faudra être patient entre la plantation et la récolte.

Par contre, une fois que c’est parti, c’est parti : Les plants d’asperge produiront durant 20 ans !

Vous pouvez cultiver de l’asperge à partir de graines, mais il est beaucoup plus facile de planter ce que l’on appelle des « couronnes à racines nues » directement dans le sol.

Un excellent compagnon de l’asperge est également un fruit (lui aussi vivace), à savoir la fraise.

Le brocoli vivace

La plupart des variétés de brocoli sont des annuelles, mais deux variétés peuvent être cultivées comme des vivaces : le brocoli vivace Nine Star et le brocoli vivace Purple Cape.

Ils produiront une récolte de 4 à 5 têtes par an.

On conseille de récolter toutes les têtes et de remplacer les plantes entières après 3 à 4 ans.

La rhubarbe

La rhubarbe a un goût acidulé qu’on apprécie en compote et en tarte !

La rhubarbe ne peut pas être récoltée la première année, seulement la deuxième et les années suivantes, mais une seule plante peut durer jusqu’à 20 ans.

On consomme les tiges de rhubarbe, mais surtout pas les feuilles car elles sont toxiques.

Pour démarrer la culture de la rhubarbe, je vous conseille d’acheter une couronne d’un an… ou de couper en deux un plant déjà existant (ça repoussera sans problème !).

L’épinard perpétuel

L’épinard perpétuel, un légume vivace, fait en réalité partie de la famille de l’oseille (un « rumex »)… mais a un goût similaire à celui des épinards.

Il est beaucoup plus facile à cultiver que les épinards traditionnels et est plus résistant.

Il produit une nouvelle récolte à chaque fois que vous le cueillez.

L’épinard perpétuel est en réalité un bisannuel, mais il se propage très facilement si vous laissez quelques plants monter en graines (exactement comme la blette… que je lui préfère, personnellement).

Les feuilles, qui peuvent être utilisées en salade, sont d’un vert foncé et de grande taille.

Le cresson de fontaine

Le cresson de fontaine était une source essentielle de vitamines à l’époque romaine… et il devrait l’être encore aujourd’hui !

C’est un légume vivace facile à cultiver et il est une bonne source de fer, de calcium, de phosphore et de vitamines A et C.

Il peut avoir un goût légèrement épicé et constitue un excellent garnissage pour les repas, ou un accompagnement, en particulier avec du poisson.

Le cresson de fontaine nécessite… une fontaine ou un n’importe quel point d’eau !

L’oseille

Originaire d’Europe, l’oseille (toujours du « Rumex » !) est un légume cultivé pour ses feuilles vertes très précoce à récolter.

Il est riche en vitamine C, mais peut être nocif pour certains animaux d’élevage…. et aussi pour nous !

Si vous souffrez d’arthrite ou de problèmes rénaux, il faut l’éviter. Et si vous en êtes en parfaite santé, il ne faut pas en abuser.

L’oseille a un goût acidulé qui devient de plus en plus amer à mesure que la plante mûrit. Utilisez-le dans une salade quand il est jeune, et dans des soupes et des ragoûts à maturité.

C’est une plante qu’on trouve également très (très) communément à l’état sauvage.

Légumes Perpétuels : Liste et conseils pour un potager perpétuel

Le topinambour

Le topinambour est un légume-racine au goût doux et « noiseté ».

Il se marie bien avec les viandes de gibier, les soupes et les ragoûts, et est généralement récoltés à partir de novembre.

Le plant de topinambour produit des fleurs jaunes, ce qui en fait un bel ajout à ton jardin… mais son principal intérêt est que c’est une plante très très résistante et productive.

Comme pour le pomme de terre et la plupart des légumes-racines, ne récoltez qu’une partie des tubercules chaque année et laissez le reste en sol.

Vous aurez ainsi de nouveaux plants (sans rien faire) l’année suivante.

L’oignon égyptien

Souvent appelé l’oignon rocambole, oignon marcheur, oignon perpétuel ou oignon caboche.

Contrairement à un oignon ordinaire, qui produit son « fruit » sous terre, le rocambole produit des « bulbilles » comestibles au sommet des tiges vertes.

Plus commode pour la récolte… mais plus limité en quantité.

À mesure que les feuilles et les tiges en haut de la plante sèchent, elles tombent dans le sol et, lorsque les conditions du sol sont bonnes, les bulbilles prennent racine et donnent naissance à de nouvelles plantes – d’où le nom d’oignon marcheur, car ils se déplacent littéralement dans ton jardin.

Cela veut dire, comme souvent, qu’il ne faut pas tout récolter !

Le poireau (tout court)

Non, évidemment, le poireau n’est PAS un perpétuel au sens premier du terme.

Cependant, j’ai testé ces dernières années de les laisser monter en graines et donc le re-semage naturel (autrement dit, je ne touche à ABSOLUMENT rien… et surtout pas au sol, au risque de toucher aux graines).

Et bien, cela fonctionne. Et même très très bien !

La tomate (?!)

Quoi ?!

La tomate, un légume perpétuel ?…

En fait, techniquement : oui. La tomate est bel et bien une plante vivace… en Amérique du Sud !

Par chez nous, les conditions météo la tue prématurément, d’où le fait qu’on la traite comme une annuelle.

Les courges

Là encore, je vous propose une technique de fainéant totalement testée et approuvée par mes soins.

Chaque année, au moment de la récolte, je laisse dans mon potager des courges (courgettes, potimarrons, etc.). Par terre.

Et je ne touche plus à rien.

L’année suivante, je me retrouve avec des dizaines de plants en pleine forme (bien meilleure que mes semis) et d’excellentes récoltes à suivre.

Le seul risque est lié de se retrouver avec des plants « mixés », puisque les différentes variétés de courges peuvent s’entre polliniser. Pour ma part, j’ai rarement des soucis, mais je fais également attention à ne pas trop diversifier les variétés.

D’autres autres légumes vivaces

  • Chénopode bon-Henri : Feuilles
  • Cardon (artichaut sauvage) : Côtes des feuilles et capitules
  • Artichaut : Fruits
  • Amarante : Feuilles
  • Céleri perpétuel (livèche) : Feuilles et graines
  • Glycine tubéreuse : Haricots et tubercules
  • Crambe maritime (chou marin) : Toutes les parties sont comestibles.
  • Poireau perpétuel : Feuilles en aromate.
  • Ail des ours / Ail triquètre : Feuilles comme légume ou aromate, bulbe (assez coriace), fruits jeunes ou graines piquantes.
  • Ail éléphant : Feuilles en aromate.
  • Oseille épinard (Rumex patienta) : Feuilles.
  • Romarin : Feuilles en aromate ou infusion.
  • Roquette vivace : Condiment, feuilles.
  • Sarriette : Aromate.
  • Serpolet : Aromate.
  • Souchet comestible : Tubercules.
  • Tétragone cornue : Feuilles.
  • Thym commun : Aromate, infusion.
  • Topinambour : Tubercules.
  • Tulbaghia violacea : Aromate.
  • Raifort champêtre : Condiment (crue, râpée).
  • Oxalis acetosella : Feuilles.
  • Claytonia sibirica : Feuilles.
  • Mouron des oiseaux : Feuilles.
  • Rose trémière : Jeunes pousses, bourgeons, fleurs (en infusion).
  • Pissenlit : Tout.
  • Raiponce : Racines, feuille, fleur.
  • Massettes : Rhizome, jeune tige, hampe florale.
  • Pourpier d’hiver : Feuilles.
  • Salicorne : Pousses jeunes et succulentes.
  • Scorzonera : Feuilles dans les salades.
  • Chicorée (formes pérennes) : Feuilles pour les salades, peuvent être blanchies.
  • Persil tubéreux : Feuilles.
  • Poires de terre : Tubercules.
  • Ciboule et ciboulette : Aromate.
  • Ciboule de Chine : Condiment, division.
  • Cive Saint Jacques : Condiment, bulbes.
  • Oca du Pérou : Feuilles et tubercules.
  • Capucine tubéreuse : Fleurs, jeunes pousses crues, graines, tubercules crus, condiment pour les salades.
  • Souchet comestible : Tubercules.
  • Cerfeuil musqué : Aromatique, condimentaire, feuilles, racines, graines, semis.
  • Thym commun : Aromate, infusion, semis, bouturage, division.

… et la liste peut évidemment être plus longue avec l’ajout de tous les aromates vivaces, fleurs comestibles vivaces, plantes sauvages qui se resèment à volonté, tubercules, etc.

Et vous, quelle est votre expérience avec les légumes perpétuels ?

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Sac d'évacuation - 1 personne

Pensé pour les situations de crise qui nécessitent une évacuation rapide (ouragan, séisme, inondation...). Sac développé avec les conseils des équipes de Secouristes sans Frontières.

Ration Militaire - 3000 kcal

Ration de combat alimentaire, de l'armée, pensée pour 24h : petit déjeuner, déjeuner, dîner et compléments. Haute valeur énergétique.

Assortiment Lyophilisé

Sélection des 10 meilleurs repas lyophilisés et déshydratés : Real Turmat, Expedition Foods, LyoFood, Adventure Food, Trek'n Eat, Mx3, Travellunch, Voyage, Tent Meals et Firepot.

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée