Comment fabriquer un poulailler ? Tuto avec photos et vidéos

de Mat & Thom
Publié le : Dernière mise à jour le

Avoir des poules, après le potager, c’est une étape qui me paraît plus que raisonnable…

Les poules, c’est robuste, pas cher, ça ne demande pas un entretien énorme et ça fait des œufs contre quelques graines et quelques déchets…

Le vrai investissement dans l’élevage de poules, c’est l’espace et le poulailler.

Voici mon poulailler, fait main en quelques jours pour moins de 300€.

Le matériel

Niveau matos j’ai préféré taper sur du neuf pour éviter trop de bricolage et de perdre trop de temps.

Direction le magasin de bricolage le plus proche pour ces quelques planches et accessoires :

  • Les chevrons serviront à la confection des pieds et de l’ossature bois
  • Les piquets accueilleront le grillage pour le terrain clôturé
  • La plaque bitumée servira pour la couverture
  • Le grillage permet de faire un terrain clôt pour éviter les intrusions et les fuites
  • Les voliges me serviront d’habillage des façades
  • Les liteaux serviront à renforcer la structure et à composer les éléments: toit, portes, fenêtre… Ils servent aussi à consolider la clôture.

Pour un peu plus de 250€ de bois de charpente et de construction, de grillage et de plaque bitumée, j’ai de quoi faire sans problème un potager sur pilotis de plus d’1m2 et un terrain grillagé de plus de 6m2.

On ajoute à ça la visserie et la petite quincaillerie, ainsi que la gouttière et on arrive à un petit 300€.

Comment fabriquer un poulailler ? Tuto avec photos et vidéos

La construction du poulailler

Je n’ai pas l’habitude de faire de plan pour ce genre de projet.

Je vais démarrer et adapter au fur et à mesure, en fonction de mes besoins et des facilités de construction.

Par exemple la plaque bitumée est en 95 cm de large : la structure sera donc en fonction de cette dimension.

Par contre, je me suis inspiré d’une construction détaillée en vidéo.

Tout d’abord, pour la structure globale du poulailler, j’ai pris soin de faire des encoches afin d’éviter les équerres métalliques et les contraintes mécaniques.

C’est d’ailleurs assez plaisant à faire avec une scie circulaire.

Il suffit de tracer l’encoche et de passer plusieurs fois la scie afin de marquer les bois à extraire, un coup de marteau et un coup de ciseau à bois pour égaler et l’encoche est faite !

Toujours sur la structure du poulailler, on distingue sur la photo ci-dessous les pieds (une 60aine de cm), la plateforme principale, son toit en pente et la partie consacrée au nichoir.

Dans mon cahier des charge, le nichoir doit être accessible facilement aux enfants sans devoir ouvrir tout le poulailler.

C’est pour ça qu’il est en exergue de la structure et que sa paroi est une porte montée sur charnière.

On peut également distinguer sur les photos deux niveaux. Le plancher du bas accueille les poules où une branche de bois fera office de perchoir. La partie haute permet de stocker les différents éléments : grains, litière…

Le plancher est coupé au plus près afin de limiter les courants d’air et les intrusions de vermine !

La structure prend forme et trouve sa place définitive.

Comme on peut le voir, j’ai mis une couche bitumée avant la plaque de toit pour avoir une meilleure étanchéité. La trappe ouverte montre l’espace intérieur, la première partie est dédiée aux nichoirs.

La surcouche de liteau sur la façade a plusieurs fonction : en plus d’être esthétique, ils permettent de renforcer la structure, de tenir la plaque bitumée et de limiter les courant d’air en calfeutrant les jonctions.

Une petite fenêtre apporte un peu de lumière (pas trop, les poules aiment bien le noir) sur les nichoirs et permet de contrôler l’intérieur et la présence d’œufs sans tout ouvrir.


Les poules dorment perchées.

Afin de respecter au mieux leur morphologie, j’ai utilisé une branche d’un diamètre adapté. J’ai laissé l’écorce et le matériaux brut pour le confort de leur petite papates…

Coté nichoir, l’espace est séparé en deux, pour deux poules.

Elles ont comme ça un peu d’intimité pour pondre (vous aimez faire vos besoin dans des chiottes publics vous ?). Ce système permet de contenir la paille qui leur sert de nid pour pondre et couver leurs œufs.

Cette trappe ou guillotrappe permet de fermer l’accès au poulailler et de leur assurer sécurité pour la nuit.

C’est aussi assez pratique pour éviter qu’elles montent lors du nettoyage hebdomadaire.

Pour l’histoire, la planche qui sert de trappe est de la récup, la forme triangulaire, qu’on peut apercevoir sur la photo et qui inspire directement une guillotine, est due à un ancien vernis… Mais comme ça elles savent que si elles ne pondent pas elles finiront à la casserole !

Deux profilés alu en U permettent à la trappe de coulisser grâce à un système de paracord et de poignée.

Trappe du poulailler
Trappe du poulailler

Le terrain dédié au poulailler

Le terrain qui leurs est consacré est un couloir d’un mètre de large sur cinq mètres de long, plus une partie sous le poulailler entièrement clôt.

Tout ceci donne une superficie de 6m2.

L’idée, c’est de leur consacrer assez de place dans un espace limité, en hauteur par rapport au niveau du jardin (à 1,80m du sol, sur une espèce de coursive).

Pour aller au plus simple et au plus efficace je choisis de faire une forme de tente en grillage, sans monter trop haut… Le tout avec des trappes pour accéder, nettoyer et donner à manger.

Le grillage ? Triple torsions, avec des mailles hexagonales de 25 mm.

Il est adapté à la poule : elle ne peut pas se blesser et les animaux un peu plus gros qu’un rat ne peuvent pas passer (chat, chien, ourse brun, pote bourré).

J’ai rajouté quelques équipements supplémentaires pour faire de l’ombre, en attendant que la végétation repousse : une planche ou deux, un parasol…

Les poules adorent se planquer sous les plantes : l’année prochaine je ferai en sorte qu’il y ait de quoi se mettre au frais !

Accès au poulailler

Pour l’accès au poulailler, j’ai mis une petite planche avec des tasseaux, réalisée par le fiston. Rien de mieux pour que les poules puissent sortir le matin et rentrer le soir. Juste à leur taille, elles repoussent aussi les prédateurs les moins téméraires.

Comment fabriquer un poulailler ? Tuto avec photos et vidéos

Gestion de l’eau

Le toit fait un peu plus d’1m2 et permet de récupérer un peu d’eau.

Une bassin en galva semi-enterré, une pierre dedans et ça fait l’affaire !

Elles préfèrent d’ailleurs ce système à l’abreuvoir en plastique, qu’elle ne dédaignent même pas regarder.

récupération d’eau pour les poules
récupération d’eau pour les poules

Le poulailler au quotidien…

Quelques jours après la fin de la construction, je suis allé chercher 2 poules Sussex chez un éleveur du coin.

Ce sont des poules pondeuses, faciles et robustes.

La poule Sussex est un volatile souvent volumineux et rustique qui allie les trois qualités que peut rassembler une poule : bonne pondeuse, bonne couveuse et à la chair très tendre. La poule Sussex herminé, particulièrement, présente une chair onctueuse. Avec ses 230 à 250 œufs par an, elle est une championne de la ponte et constitue une valeur sûre en terme de rendement et d’élevage. De plus, contrairement à certaines de ses congénères, elle continue de pondre en hiver, résistant bien au froid. (source)

Elles sont un peu timides mais on ne leur demande pas de ronronner non plus…

J’ai dû les rentrer à la main 3 soirs de suite… et le 4e soir elles sont rentrée toute seules.

Au bout de 8 jours, j’ai eu la surprise de trouver un premier œuf ! C’est con mais ça fait plaisir…

Côté poulailler, les poules l’ont bel et bien adopté.

Sur la photo ci-dessous, on distingue la trappe en haut qui permet de ventiler un peu le poulailler en cas de grosse chaleur.

L’accès est un peu restreint depuis car elles ont passé leur deuxième nuit à l’étage logistique… La litière est provisoire mais elles semblent apprécier le carton !

Il ne reste plus qu’a laisser tout ça vivre un peu, à affiner quand le bois sera stabilisé et à passer une petite couche de protection avant l’hiver.

Visite du poulailler en vidéo…


A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

2 commentaires

Avatar
Lejeune 8 avril 2018 - 16h58

Bonjour,
Merci pour cette article,
Je suis entrain de construire un poulailler avec les moyens du bord (c’est la crise)
Dans la partie habitation, tu a mis du bois et de la paille, est ce que le bois ne s’imbibe pas de fiente ? (j’hésitais a mettre du lino ou une plaque en métal pour éviter cela ?

Répondre
Avatar
NoPanicfr 9 avril 2018 - 5h56

je te conseille en effet de mettre un sol en galva ou en lino 🙂

Répondre

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée