Tuteur à kiwi : Comment en fabriquer un ? Facile et économique

de Sven
Publié le : Dernière mise à jour le

Faire pousser du kiwi chez soi est une excellente idée, aussi bien lorsqu’on souhaite juste complémenter son alimentation de quelques fruits du jardin et plus encore lorsqu’on vise une certaine autonomie alimentaire.

Cette plante produit des fruits en quantité, qu’on récolte en fin d’année et qui se stockent correctement… et cette plante n’a pas de maladie connue !

Bref, c’est le top.

Par contre, ne faites pas l’erreur de planter un (ou plusieurs) plant(s) de kiwi sans prévoir sa pousse et le poids des fruits.

Car oui… ça pousse, et pas qu’un peu !

Et vu que c’est une liane, il lui faut un support.

Je vais donc, dans cet article, vous présenter une méthode simple et rapide pour fabriquer une structure pour kiwis.

Avant de fabriquer le tuteur à kiwis : bien réfléchir !

Abraham Lincoln disait « Que l’on me donne six heures pour couper un arbre, j’en passerai quatre à préparer ma hache. »

C’est une citation que j’apprécie particulièrement et que j’applique dans la vie de tous les jours.

Ne pas partir bille en tête dans mes projets (personnels, professionnels, etc.), mais au contraire les planifier et réfléchir aux différentes étapes avant de commencer, est pour moi essentiel dans la réussite des-dits projets.

Donc, ici comme ailleurs, je vous conseille de vous poser ces quelques questions (et d’y répondre) avant de démarrer votre projet :

  • Quelle variété de plants de kiwis vais-je planter ?
  • Quelle quantité de kiwis est-ce que je souhaite récolter chaque année ?
  • Faut-il des plants mâles en plus des plants femelles ? Combien ? (si plant auto-fertile : attention, en général c’est moins productif)
  • Quelle surface vais-je avoir besoin pour les faire pousser ? (un plant de kiwi, c’est facile 4-5 mètres de long)
  • Où vais-je installer ma structure ? (surface disponible, accès, entretien…)
  • Quel type de structure vais-je privilégier ? (métal, bois, béton…)
  • Quelle résistance ai-je besoin ? ( = poids de chaque plant adulte chargé de fruits, multiplié par le nombre de plants)
  • Est-ce que ma structure va me permettre de facilement récolter les fruits et de facilement les entretenir / tailler ? (éviter au maximum l’escabeau = moins de risques de chutes)
  • Quelle est la qualité du sol où je pense implanter ma structure ? (il faut un sol riche et bien drainé, avec un bon apport en eau)
  • Quelle est l’exposition de ma structure, tout au long de l’année ? (un fruitier, ça a besoin de soleil et idéalement d’être protégé des vents dominants)
  • Etc.

Oh !… et pensez bien à faire des plans précis avec mesures.

Cela vous permettra de calculer précisément vos besoins en matériaux, donc de budgéter correctement (pas de surprise à l’arrivée), et d’avoir tous le matos nécessaire au moment du « chantier-bricolage ».

Rien de plus frustrant que d’avoir des manquants (et donc devoir s’arrêter au milieu d’une session productive, et remettre à plus tard (quand ?) la suite des travaux)… et rien de pire que d’avoir trop acheté (et donc de gonfler inutilement les budgets).

Une fois que vous avez mis tout cela sur le papier et que tout est clair… alors, vous pouvez débuter les travaux pratiques.

Mon plan, réalisé sur Sketchup… mais papier-crayon, ça marche aussi
Mon plan, réalisé sur Sketchup… mais papier-crayon, ça marche aussi

Fabrication du support à Kiwi : étape par étape

Il existe différentes manières de palisser un plant de kiwi :

  • En espalier (comme des pommiers cordons),
  • Sur un autre autre arbre (pourquoi pas fruitier),
  • Avec une structure en « T » (comme un étendoir à linge),
  • Sur une façade de maison ou une dépendance,
  • Sur une pergola,
  • etc.

Comme souvent, il n’y a pas de MEILLEURE manière de faire… mais des manières DIFFÉRENTES, plus ou moins adaptée à vos besoins, votre environnement et vos objectifs.

Pour ma part, j’ai de la place et j’ai donc opté pour une structure type pergola, en bois et en fils galvanisés, afin de pouvoir faire pousser et palisser 6 plants de kiwi (5 femelles et 1 mâle).

Le fait d’avoir planifier ce support m’a fait gagner beaucoup de temps pour la suite car j’ai évité beaucoup de découpe. Par exemple, j’ai adapté la taille de la structure en fonction des dimensions des matériaux disponibles.

Étape N°1 : On réunit le matos

Pour les achats, tout dépend en général de ce que vous avez déjà dans votre atelier (en outils et en matériels).

Je vais donc plutôt vous lister tout ce que j’ai utilisé pour cette fabrication.

Matériaux :

  • 18x Poteaux bois h240cm 70x70mm – autoclave classe 4
  • 01x pot de black (« Revêtement d’étanchéité Noir protecteur »)
  • 01x pot de lasure haute protection
  • 01x boîte de 100 vis inox à bois 06x120mm (on est sur du pin, pas besoin de pré-percer si les vis sont bonnes)
  • 03x sacs de béton prêt à l’emploi

Note : J’avais du black chez moi, d’où ce choix. Il est aussi possible de le remplacer par des supports pour poteau bois à planter 70 mm x 70 mm.

Note 2 : Le choix de poteaux de 240cm n’est pas aléatoire. J’ai prévu d’enfoncer une partie dans le sol, ce qui me permettra d’avoir les fruits à la bonne hauteur pour les futures récoltes.

Équipements et outillages :

  • Tarière Fiskars
  • Niveau à bulle
  • Équerre de menuisier
  • Brouette
  • Pelle américaine
  • Pinceaux (pour le black et pour la lasure)
  • Règle de maçon 3m
  • Mètre
  • Crayon gris
  • Scie à onglet (avec une scie à main, ça marche aussi)
  • Quelques serre-joint
  • Visseuse

… et je ne crois que je n’ai rien oublié !

Étape N°2 : On fait les trous

Avant de commencer à faire des trous, repérez bien les espacements entre tous les poteaux et que votre structure présente des angles droits (sinon, vous risquez de galérer lors du montage).

Mais si !… rappelez-vous du théorème de Pythagore.

Dans le bâtiment, on appelle ça « la technique du triangle 3, 4, 5« .

Pour ma part, je me suis simplifié la vie : vu que je ne souhaitais pas couper mes poteaux, j’ai simplement positionné au sol toute ma structure et ai repéré les zones à creuser.

Ensuite, armé de ma fidèle tarière Fiskars, je suis allé cherché entre 30 et 60cm de profondeur (car terrain en pente).

Étape N°3 : On monte les « U »

J’ignore le terme technique… et j’ignore même si il en existe un.

Je parle donc de « U » (j’ai aussi pensé à excessivement appeler ça des « fermes de charpente », au risque de me faire conspuer par tout charpentier qui se respecte)…

L’idée :

  1. Je positionne trois poteaux bois en angles droits
  2. Je visse tout ça
  3. Je fais glisser la « structure » dans les trous
  4. Je m’assure que c’est bien droit, avec le niveau à bulle
  5. Puis, je passe au U suivant… et ainsi de suite jusqu’à ce que les trois U soient en place. Pour les tenir, au besoin, je les fixe temporairement les uns aux autres avec la règle de maçon (ou n’importe quelle planche de bois) et les serre-joint.
  6. Une fois que les trois « U » sont en place, il faut vérifier qu’ils sont correctement alignés et à une hauteur cohérente les uns par rapport aux autres (soient tous à la même hauteur, soit en légère pente, etc. : en fonction du terrain)

Note importante : Je ne l’ai pas précisé, mais évidemment, j’ai mis du black sur la partie enterrée… et j’ai précédemment lasuré les zones de bois en contact les unes avec les autres !

Étape N°4 : On relie entre eux les « U »

Une fois que vous vous êtes assuré que :

  1. les hauteurs étaient cohérentes (au besoin, il faut retirer le U et creuser plus… ou rajouter du gravier/sable/caillou pour rehausser),
  2. l’alignement entre les différents poteaux verticaux était bon (sinon, vous allez galérer pour cette étape N°4)…

… alors, vient le moment de fixer les « U » entre eux, grâce à de nouveau poteaux verticaux.

L’idéal est de le faire à deux, mais ça reste évidemment possible seul (avec l’aide des serre-joint pour tenir un côté, le temps de visser l’autre).

Note : pensez bien ici aussi à passer un coup de lasure sur les bois en contact les uns avec les autres.

Tuteur à kiwi : Comment en fabriquer un ? Facile et économique

Étape N°5 : On fixe les poteaux dans le sol

Maintenant qu’on est d’équerre, j’ai voulu fixer tout cela à l’aide de cailloux et de béton prêt à l’emploi.

J’ai mis environ un demi sac par trou, mais ça varie forcément en fonction de la dimension des trous (profondeur et diamètre).

En cours de remplissage. Je suis allé jusqu’à fleur de la terre et du black sur le poteau.
En cours de remplissage. Je suis allé jusqu’à fleur de la terre et du black sur le poteau.

Étape N°6 : Les jambettes !

Vous l’aurez compris : je ne suis pas charpentier… mais il me semble qu’on appelle les pièces de bois installée en diagonales, pour renforcer les pièces verticales, des jambettes. Ou contre-fiche.

L’idée ici est de solidifier et rigidifier fortement la structure.

Je vous rappelle que 6 plants de kiwi chargés de feuilles et de fruits, après une averse orageuse (donc détrempés), ça fait un peu (beaucoup) de poids !

Pour cela, rien de plus simple :

  • J’ai d’abord coupé des poteaux à 45° avec la scie à onglet
  • Puis je les ai vissé (en haut et en bas) dans chaque angle (deux jambettes sur les poteaux de coins et trois jambettes sur les poteaux centraux).

Note : Là encore, on pense à lasurer !

Étape N°7 : On protège encore le bois !

La structure est quasiment terminée.

Néanmoins, afin de favoriser sa durée de vie, on ne lésine pas sur la protection :

  1. il faut lasurer tout ce qui n’a pas déjà été fait (autrement dit, toutes les parties visibles)
  2. j’ai aussi mis du black sur le haut des poteaux verticaux (car plus sensibles à l’humidité)

Étape N°8 : Perçage et installation de la structure en fils galvanisés

Je plaide coupable : je n’ai pas encore réalisé cette étape au moment où j’écris ces lignes.

L’idée :

  1. Percer des trous à intervalle régulier dans les poteaux horizontaux
  2. Faire passer et tendre des fils galvanisés (je pense utiliser du fil de tension vert, le même que pour les grillages, avec des tendeurs à grillage).

L’objectif est de permettre aux kiwis de se fixer (rappel : ce sont des lianes) et d’être correctement conduit (par mes soins).

Je ne les ai pas encore installé car j’ai un peu de délai avant que les kiwis en aient besoin… Mais ça sera à faire absolument !

Note : On peut remplacer ces fils galva par d’autres poteaux bois ou du bambou.

Tuteur à kiwi : Comment en fabriquer un ? Facile et économique

Étape N°9 : Planter vos kiwis !

Comme tous fruitier que vous plantez, pensez bien à les bichonner, surtout la première année.

Je pense à des apports en nutriments, à bien les pailler et surtout à les arroser suffisamment !

Pour ma part, j’ai planté 6 kiwis : un près de chaque poteau.

Ils devraient donc tout naturellement s’y fixer, pour ensuite partir à l’horizontal sur les poteaux et les fils galvanisés…

Résultat final ?

La structure est extrêmement solide et on peut monter à plusieurs dessus sans problème.

Elle a, à mon goût, une bonne allure et devrait correctement vieillir dans le temps.

Et vous, qu’avez-vous fait comme structure ? Des conseils ? Avis ?… Direction : les commentaires !

A lire aussi

S’abonner
Notification pour

4 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Sac d'évacuation - 1 personne

Pensé pour les situations de crise qui nécessitent une évacuation rapide (ouragan, séisme, inondation...). Sac développé avec les conseils des équipes de Secouristes sans Frontières.

Ration Militaire - 3000 kcal

Ration de combat alimentaire, de l'armée, pensée pour 24h : petit déjeuner, déjeuner, dîner et compléments. Haute valeur énergétique.

Assortiment Lyophilisé

Sélection des 10 meilleurs repas lyophilisés et déshydratés : Real Turmat, Expedition Foods, LyoFood, Adventure Food, Trek'n Eat, Mx3, Travellunch, Voyage, Tent Meals et Firepot.

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée