Comment s’isoler pour ne pas avoir froid dans un hamac ?

de Sven
Publié le : Dernière mise à jour le

Bivouaquer en hamac a de nombreux avantages (y compris par rapport à la tente), les principaux étant sûrement la praticité de mise en place et la légèreté du matériel.

Mais toute personne qui a déjà dormi en hamac à la mi-saison ou en hiver a également dû le remarquer : il y a un gros inconvénient, qui est le froid !

Et oui… le hamac n’est pas le meilleur dispositif pour s’isoler et s’abriter des « fraîches » températures de la toute fin de nuit.

Fort heureusement, il existe pas mal de solutions qui vont vous permettre de rester au chaud, dans votre nid douillet aérien…

Pourquoi a-t-on froid au dos dans un hamac ?

Car oui, c’est généralement toujours dans le dos que le froid vient vous mordre.

Il existe deux principales raisons à ça…

La thermodynamique et les courants d’air !…

On va s’épargner la leçon de physique et on va juste retenir le fait que, du fait que le hamac soit en hauteur, il y a nécessairement de l’air qui circule en dessous.

Cet air, froid, refroidit ce avec quoi il est en contact.

Ici, votre dos…

Plus l’air est froid et en mouvement, et plus vous aurez froid.

Rajoutez à cela le fait que la nuit, le corps perd naturellement de la chaleur… et vous risquez de passer quelques heures désagréables et peu réparatrices, à attendre que les premiers rayons du soleil viennent vous réchauffer.

Pour prévenir, ou du moins amenuiser, cette sensation : il est capital de bien choisir l’emplacement où vous allez camper (en plus de correctement accrocher votre hamac).

Optez pour les mi-hauteurs des monts et des collines pour vous protéger des vents dominants. Éloignez-vous aussi des cours d’eau.

Utilisez également un tarp, correctement positionné, pour casser les vents (y compris les courants d’air sous votre hamac).

Enfin, protégez-vous le dos : j’en parle plus bas.

La météo

Logique, vous me direz…

Plus ça caille, plus ça caille.

Aller bivouaquer au début de l’automne en plaine, ou en pleine saison hivernale en montagne, ne vous proposera pas le même « confort ».

Le ressenti au froid est très personnel, mais on dit généralement qu’en dessous de 10-15°C en hamac, les premières gênes apparaissent.

Pour ma part, je me considère comme un frileux et je suis en effet dans cette fourchette.

Donc, pas question d’aller faire un bivouac en hamac par températures très basses, voire négatives, sans équipements appropriés.

Comment s'isoler pour ne pas avoir froid dans un hamac ?

Mes conseils pour que le bivouac en hamac soit agréable, même en hiver

Pour se prémunir de la fraîcheur saisonnière, de la pluie et des vents, il est important de choisir les bons équipements.

Règle N°1 – Se protéger avec un Tarp

Le tarp est cette bâche, indispensable, qui vous préservera de la pluie, de la neige, du vent et des feuilles d’arbres.

Tendez sa toile et rapprochez-le au maximum de votre hamac, en prenant soin de le descendre en dessous du niveau du couchage et de vérifier les vents dominants.

Ceci aura pour objectif d’éviter au vent et à la fraîcheur ambiante de s’infiltrer dans votre couchage.

Bonus : vous êtes dans un agréable cocon, protégé des regards indiscrets…

Règle N°2 – Opter pour un couchage qui optimise la chaleur

Si je devais résumer trivialement le fonctionnement d’un sac de couchage, je dirai qu’il s’agit d’une enveloppe dont la fonction est d’emprisonner un maximum d’air statique.

Ce ne sont pas les fibres du sac du couchage qui isolent, mais c’est bien l’air statique que les fibres arrivent à emprisonner.

Souci : lorsque vous êtes allongé, les fibres du sac, sous votre corps, sont écrasées… et elles ne peuvent donc pas emprisonner l’air.

En bref, un sac de couchage vous isole sur le dessus et les côtés, mais jamais (ou très peu) en dessous.

D’où les matelas de sol.

Pour diminuer ce phénomène, il est conseillé d’opter pour un sac de couchage synthétique et non duvet.

En effet, les plumes du sac duvet auront plus tendance à être écrasées que les fibres synthétiques, qui sont plus compactes et moins sensibles aux pressions.

Elles gardent donc plus leur capital isolant.

Vous pourrez aussi vous équiper d’une couette tube, fabriquée avec les mêmes matériaux que le sac de couchage.

Enfin, si vous campez avec une personne avec qui vous êtes assez intime (ou que vous prévoyez de le devenir !), et que vous avez un hamac double, vous pourrez opter pour une biplace mise en tube.

Elle a les mêmes avantages que la couette une place, mais en plus, vous profiterez de la chaleur humaine émanant de vos deux corps.

Dernier conseil : pour éviter toute déperdition de chaleur à l’intérieur de votre couchage, n’hésitez pas à garder dedans certaines de vos vêtements / affaires pour ne laisser aucun vide d’air.

Règle N°3 – Utiliser un matelas (ou un sous-hamac) pour améliorer l’isolation du dos

On l’a vu précédemment : on a une perte d’isolation du sac de couchage au niveau du dos.

Le matelas est donc là pour compenser.

Plusieurs possibilités :

  • le matelas gonflable ou auto-gonflant (assez galère à faire tenir dans un hamac)
  • le matelas mousse (plus facile à faire tenir, et possibilité de le « découper » à bonne mesure)
  • une grosse couverture en laine ou une peau de mouton (ambiance bushcraft, mais pas trop « marche légère »)
  • … ou un simple pare-soleil de voiture ou de camion.

A noter qu’il existe des hamacs à double peau, qui ont une sorte de « poche » pour y installer le matelas.

Si le matelas peut suffire en mi-saison, il va falloir penser à plus « lourd » pour l’hiver.

C’est là qu’intervient le sous-hamac, qu’on appelle également underquilt ou underblanket.

Les underkilts sont des couvertures, généralement en fibre synthétique, qui vous permettent d’isoler le dessous de votre hamac.

Associé à un matelas, on peut rester au chaud jusqu’à des températures négatives de -5°C à -10°C.

Retex de Thomas !

Fidèle lecteur de NoPanic, Thomas a gentiment accepté de nous présenter son underblanket (photos ci-dessus et ci-dessous).

Il s’agit d’un Underquilt Carinthia HUQ 180.

  • Le système d’attache : il préfère, quand c’est possible, désolidariser autant que possible hamac et underblanket. Il est cependant évidemment possible d’attacher les fixation hautes de l’underblanket à un niveau plus élevé de la corde à nœud par exemple.
  • Une fois dedans, il est possible de « fermer » l’underblanket au moyen des boucles latérales et de petits liens élastiques avec mousqueton. L’été, il utilise uniquement l’underblanket, sans duvet, même si la nuit est fraîche (10-15°).
  • Il s’en ait déjà servi comme tapis de sol avec des feuilles en dessous, les exceptionnelles fois ou il n’a pas pu mettre le hamac. « C’est moins bien qu’un tapis de sol de qualité mais ça dépanne ».
  • De manière générale il est toujours avec lui. L’été : tout seul avec le hamac et le tarp (configuration plus lourde que le duvet + sursac, mais plus confortable et adaptable). En mi-saison et en hiver : c’est évidemment plus lourd qu’un tapis de sol mais on gagne grandement en confort.
  • Il fait également parti de son sac d’évacuation : « si ça peut aider à améliorer le confort d’un lit picot, on ne va pas cracher dessus ! Et j’ai également pensé à l’utiliser en couverture si je dois un jour me protéger du froid dans une voiture, par exemple ».

Règle N°4 – Mettre des couches et des couches de vêtements

Autre indispensable pour bivouaquer au chaud, ce sont bien sûr vos vêtements.

Les plus importants d’entre eux selon moi : les sous-vêtements de froid (chaussettes, caleçons, tee-shirt manche longue).

Ils sont thermiques, vous réchauffent et hygiéniques puisqu’ils laissent s’évacuer l’humidité.

Par-dessus, en fonction de la température extérieur (et de votre frilosité), ajoutez un sous-pull, des polaires et de grosses laines. N’hésitez pas, au besoin, à multiplier les couches.

Enfin, n’oubliez surtout pas votre capuche ou votre bonnet.

Règle N°5 – Mettre une gourde chaude entre les jambes

Ahhh, la traditionnelle bouillotte.

Truc de vieux, mais truc pas désagréable lorsqu’il fait pas chaud.

Placez une gourde isotherme, remplie d’eau chaude, entre vos jambes pour créer une source de chaleur dans votre couchage.

Indispensable si votre corps est « froid » au moment d’aller vous coucher. Sinon, vous risquez d’avoir beaucoup de mal à vous réchauffer.

Bonus – Ruser avec la couverture de survie

La couverture de survie peut aussi être utilisée pour éviter la perte de chaleur dans votre couchage.

Elle peut être déposée sous votre hamac, à la manière d’un underkilt… ou certains l’utilisent directement sous eux, comme un matelas.

Côté bruit lorsque vous vous retournez, je ne suis personnellement pas convaincu.

Autre option : vous pouvez la coudre directement à l’intérieur de votre poncho de randonnée, et vous servir de ce dernier comme sous-hamac.

Utile pour le bivouac, mais également en journée.

Comment s'isoler pour ne pas avoir froid dans un hamac ?

Quelques idées DIY pour se protéger du froid…

Si vous avez un budget limité ou si aimez mettre la main à la pâte de vos équipements, voici quelques idées pour créer votre propre hamac ou gagner quelques degrés en bivouac !…

Créer un hamac avec tapis de sol intégré

La création d’un tel hamac demande un peu de minutie.

L’idée est cependant très ingénieuse car ce tapis de sol va aussi bien participer à l’isolation qu’à la stabilité de la partie destinée au couchage.

Vous aurez besoin :

  • d’un tapis de sol
  • de cordes polyester en 10mm
  • de tissu en nylon, respirant et résistant

Les étapes :

  1. Découpez votre tapis aux dimensions suivantes : 180 cm x 50 cm
  2. Découper votre tissu de sorte à obtenir un carré de 200 cm/ 200 cm, puis pliez-le sur deux
  3. Faites une dizaine d’incisions renforcées au niveau des deux largeurs du rectangle
  4. Disposez le tapis au milieu, fixez-le et cousez toutes les ouvertures.

Une couette en tube hand-made

Si vous souhaitez fabriquer une couette en tube « maison », il existe un moyen rapide et facile de le faire.

Il suffit d’avoir de quelques compétences en couture.

  • Découpez un trou à l’extrémité de votre sac de couchage et renforcez les pourtours de la brèche pour qu’elle ne s’élargisse pas plus.
  • Enfilez ensuite dedans votre hamac.

Et voilà, le tour est joué !

Fabriquer un Underquilt

Pour créer un sous-hamac maison, vous n’aurez pas besoin de plus de deux éléments.

Il suffira de coudre un pare-soleil (de voiture ou de camion) à l’intérieur d’un poncho de randonnée, puis d’attacher ce dernier, lors du bivouac, en dessous du hamac.

Il se peut que le réglage de la bonne tension du dispositif soit un peu contraignant, mais l’isolation est garantie.

Et vous, comment vous protégez-vous du froid ?

Si vous avez des astuces ou envie de partager votre expérience et connaissance : on vous écoute !

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

8 commentaires

Avatar
Le Hibou 8 septembre 2022 - 19h05

Bonjour.
Excellent article rempli de détails vécus !
Je rajouterai une expérience perso dans les « contres » du hamac. J’ai été pendant des années accro au hamac, je ne jurai que par cela, je le conseillais à tout le monde… mais aujourd’hui, plus d’une nuit en hamac devient un calvaire… La faute à la cinquantaine et au fait d’avoir été cordiste pendant des années. Cela fait bientôt 4 ans que je ne l’utilise plus et prépare le sol à côté du feu sinon j’ai trop mal au dos. D’ailleurs dès cet hivers, je passe au lit de camp, mais ça douille sévère pour avoir un truc léger…

Répondre
Sven
Sven 8 septembre 2022 - 19h24

Ah oui ? J’ai des retours de personnes qui, le temps passant, ne peuvent plus dormir autrement qu’en hamac… et d’autres, comme toi, pour qui c’est l’exact contraire.
Et sinon, quid d’un lit de camp que tu te ferais sur place, à l’aide d’une p’tite scie ?

PS : Merci pour les compliments pour l’article. 😉

Répondre
Avatar
Le Hibou 8 septembre 2022 - 20h03

Non je pensais à un lit de camp pliable commercial. J’ai testé l’hivers dernier pendant une nuit et j’ai dormi comme un bébé. Mais bon, ca fait des sous, du volume et au moins 5kg…

Répondre
Sven
Sven 8 septembre 2022 - 20h15

C’est le poids qui me paraît être la vraie problématique :/

Répondre
Avatar
Le Hibou 8 septembre 2022 - 19h56

Et une petite anecdote pour illustrer le passage DIY, mon underblanket est fait maison avec 4 éléments : une couche de toile de tente (une grande tente decath cannibalisée), un hamac très bas prix, une couverture micropolaire et de la paracorde. C’est un peu volumineux plié (idem qu’un défense 4) mais on dors comme un bébé jusqu’à -13° (peut être plus mais pas testé) mais il est différent de ce qu’il se vend, taille XXXXL. La nuit je met vestes et fringues dedans.

Répondre
Sven
Sven 8 septembre 2022 - 20h16

Excellent l’idée !
Merci pour le partage 😉

Répondre
Avatar
seb 22 septembre 2022 - 13h31

Hello, pareil en DIY ! j’ai acheter un hamac simple et une couverture/plaid polaire simple. Le truc consiste à trouver votre propre façon d’entourer votre hamac avec cette couverture, et surtout couper l’humidité et le vent dans le dos. Suivant votre ingéniosité, ça peut permettre de voyager très léger, sans une underquilt énorme, avec un sac de couchage 10°C seulement.
Perso c’est un élastique aux deux extrémités.
Il faudrait une couverture technique : polaire et coupe vent.
Pour gérer le confort, il faut surélever les genoux, boule de vêtements dessous.
Sympa l’article. Ça donne envie de repartir !

Répondre
Sven
Sven 22 septembre 2022 - 20h56

Merci pour ce retour d’expérience ! A tester ce DIY ! 😉

Répondre

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Biscuits d'urgence - Convar

Cette ration d'urgence, sous format de biscuit de haute valeur énergétique, peut se conserver jusqu'à 20 ans ! Idéal pour votre BOB, EDV, EDC, etc.

Sursac Bivvi Bag

Juste parfait, ce sursac de couchage Snugpak est étanche, léger (270g avec sac de rangement) et respirant (tissu Paratex Dry).

Paracorde 550 Type III

Disponible en noire, mais également en plusieurs autres couleurs, cette paracorde de 4mm peut supporter jusqu'à 250 kilos !

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée