Sac de couchage hiver : Comment ne pas avoir froid ? Astuces & Conseils

de Sven
Publié le : Dernière mise à jour le

Ah, l’hiver… Les paysages enneigés, les flocons qui tombent doucement et… le froid mordant qui nous transperce jusqu’aux os !

Si vous aimez bivouaquer en hiver (ou même en fin d’Automne et début de Printemps), vous savez que la clé pour passer une bonne nuit est de rester bien au chaud.

Et pour ça, il faut un sac de couchage performant et bien isolé.

« Bah, mon sac de couchage est déjà assez chaud, non ? »

Peut-être… mais on peut toujours faire mieux !

Il existe de nombreuses astuces pour optimiser l’isolation thermique de votre sac de couchage, même en plein hiver…

Dans cet article, je vais vous révéler tous mes secrets (ou presque) pour transformer votre sac de couchage en véritable bastion contre le froid mordant et vous éviter ainsi de grelotter toute la nuit (particulièrement à 4-5 heures du mat’, là où ça fait le plus mal).

Allez, on enfile ses plus belles chaussettes en laine et c’est parti !…

Comment choisir un bon sac de couchage grand froid ?

Mon premier conseil est évidemment de choisir un sac de couchage grand froid approprié.

C’est crucial pour vous assurer une bonne nuit de sommeil et (accessoirement) éviter l’hypothermie.

Deux points clés à considérer lors de l’achat de votre sac :

N°1 : L’Importance de la température de confort et de la température limite

Les sacs de couchage sont généralement classés selon leurs températures de confort et leurs températures limites.

La température de confort est celle à laquelle une femme* peut dormir confortablement (relâchée, détendue, les bras le long du corps) sans se sentir trop froid, tandis que la température extrême est la température à laquelle un homme* va ressentir le froid extérieur (alors que vous êtes en position fœtale).

*Note : Les femmes ressentent généralement plus le froid que les hommes en raison de la thermosensation, qui est influencée par la testostérone. En bref, cette hormone inhibe la protéine-canal TRPM8, responsable de la détection du froid sous la peau, rendant les hommes moins sensibles au froid.

Mes conseils :

  1. Choisissez un sac avec une température de confort proche de la température la plus basse que vous êtes susceptible de rencontrer lors de votre bivouac.
  2. Vérifiez la météo avant de partir : Si les températures sont susceptibles de varier, optez pour un sac de couchage avec une plage de températures plus large.
  3. Choisissez un sac de couchage adapté à votre morphologie : Si vous êtes grand, assurez-vous que le sac est suffisamment long pour vous permettre de dormir confortablement, etc.
  4. Pensez à la forme du sac de couchage : Les sacs de forme momie sont généralement plus chauds car ils épousent mieux la forme du corps et réduisent les espaces d’air froid. Cependant, ils peuvent être moins confortables pour ceux qui ont besoin de plus d’espace pour bouger pendant leur sommeil (c’est mon cas !).
  5. Enfin, n’oubliez pas de tenir compte du poids et du volume du sac de couchage. Les sacs de couchage d’hiver sont généralement plus lourds et encombrants que leurs homologues d’été, mais il existe des options plus légères et compactes (oui… je vous vois venir : « plus chers », également) pour ceux qui cherchent à économiser de l’espace et du poids dans leur sac à dos.

N°2 : Les différents types de sacs de couchage pour l’hiver

Il existe deux principales catégories de sacs de couchage pour l’hiver : les sacs en duvet et les sacs synthétiques.

Chaque type a ses avantages et inconvénients.

  1. Sacs de couchage en duvet :
  • Avantages : Légers, très compressibles, excellente isolation thermique, longue durée de vie si bien entretenus.
  • Inconvénients : Coûteux, perdent leur pouvoir isolant lorsqu’ils sont mouillés, nécessitent un entretien particulier.

Mon conseil :

Si vous optez pour un sac de couchage en duvet, recherchez un modèle avec un traitement hydrophobe pour améliorer sa résistance à l’humidité.

  1. Sacs de couchage synthétiques :
  • Avantages : Moins chers, conservent leur pouvoir isolant même lorsqu’ils sont mouillés, plus faciles d’entretien.
  • Inconvénients : Plus lourds, moins compressibles, durée de vie plus courte.

Mon conseil :

Si vous choisissez un sac de couchage synthétique, privilégiez les isolants de haute qualité (type Climashield, Thinsulate, PrimaLoft…) pour obtenir un bon rapport poids/chaleur.

Faut-il utiliser un sac à viande ou drap de sac ?

Puisqu’il est souvent difficile (et coûteux) d’avoir un sac de couchage adapté à chaque température rencontrée, l’une des astuces consiste à le compléter avec un sac à viande ou un drap de sac.

C’est ce que je fais en général : un seul et unique sac de couchage… et des accessoires pour l’adapter en fonction de la saison.

Ça a évidemment ses limites, mais ça reste tout de même très polyvalent.

En quoi un drap de sac augmente-t-il l’isolation ?

Le principal avantage d’un drap de sac est qu’il ajoute une couche supplémentaire d’isolation entre vous et le sac de couchage.

Cette couche additionnelle piège l’air chaud, augmentant ainsi la capacité de votre sac de couchage à conserver la chaleur.

Bonus : il permet aussi de protéger l’intérieur de votre sac de couchage, prolongeant sa durée de vie et facilitant son entretien.

Mes conseils :

  1. Choisissez un drap de sac adapté à la forme de votre sac de couchage (rectangulaire, momie, etc.) pour une meilleure compatibilité.
  2. Optez pour un drap de sac avec une ouverture facile (comme une fermeture éclair ou des boutons) pour faciliter l’entrée et la sortie.
  3. Pensez à laver régulièrement votre drap de sac pour l’hygiène (on n’est pas des bêtes !).

Les différents matériaux : avantages et inconvénients

Il existe plusieurs types de matériaux pour les draps de sac, chacun ayant ses propres avantages et inconvénients en termes d’isolation, de poids, de compressibilité et de durabilité.

Voici un aperçu des matériaux les plus courants :

  1. Coton : Avantages : Confortable, doux / agréable sur la peau. Inconvénients : Lourd, peu compressible, sèche lentement, peu adapté au froid.
  2. Soie : Avantages : Léger, doux, agréable, isolation faible. Inconvénients : Coûteux, moins résistant.
  3. Polyester/Microfibre : Avantages : Léger, résistant, sèche rapidement, bonne isolation, abordable. Inconvénients : Moins doux que la soie.
  4. Polaire (Thermolite) : Avantages : Excellente isolation, doux, confortable. Inconvénients : Plus épais, plus lourd, moins compressible.

Pour ma part, j’ai un draps de sac en soie pour l’été et un polaire pour les nuits froides et fraîches.

Indispensable : ajouter un (bon) matelas de sol

On ne le répétera jamais assez : un bon matelas de sol est essentiel pour assurer une isolation optimale lors de vos bivouacs en hiver.

Il vous protège du froid et de l’humidité du sol, tout en vous offrant (bonus) du confort pour une nuit de sommeil réparatrice.

Les différents types de matelas de sol et leur rôle dans l’isolation

Il existe plusieurs types de matelas de sol, chacun ayant ses propres avantages et inconvénients en termes d’isolation, de confort, de poids et de prix :

  1. Les matelas en mousse : Ils sont légers, peu coûteux et durables. Par contre, on est vraiment sur une isolation « de base », mais peuvent être moins confortables que d’autres options.
  2. Les matelas autogonflants : Composés d’une combinaison de mousse et d’air, ces matelas offrent un bon équilibre entre confort et isolation. Ils sont un peu plus lourds et encombrants que les matelas en mousse, mais leur isolation est généralement (très) supérieure. (cf. notre guide sur les matelas autogonflants).
  3. Les matelas gonflables : Ils offrent un excellent confort ainsi qu’une bonne isolation, grâce à des chambres à air ou des matériaux isolants intégrés… et ils sont très légers et compressibles. Par contre, il sont généralement plus coûteux et moins durables que les autres options.

Quel est le matelas de sol le plus adapté au bivouac d’hiver ?

Pour un bivouac en hiver, il est important de choisir un matelas de sol offrant une isolation thermique élevée.

La valeur R (résistance thermique) d’un matelas indique sa capacité à isoler du froid.

Plus la valeur R est élevée, plus le matelas est isolant.

Pour un bivouac en hiver, il est recommandé de choisir un matelas avec une valeur R d’au moins 4 (voire 6, si vous voulez être tranquille).

Les matelas gonflables avec isolation intégrée (comme duvet ou fibres synthétiques) sont généralement les plus adaptés pour les bivouacs d’hiver, car ils offrent une excellente isolation et un confort supérieur.

Les matelas autogonflants peuvent également être une bonne option si leur valeur R est suffisamment élevée.

Mon conseil :

Pour renforcer l’isolation, vous pouvez superposer un matelas en mousse à cellules fermées sous votre matelas principal.

Cette combinaison permet d’améliorer l’isolation thermique et de protéger votre matelas gonflable ou autogonflant des éventuelles perforations.

Sac de couchage hiver : Comment ne pas avoir froid ? Astuces & Conseils

Porter des vêtements thermiques adaptés

Je vous parlais tout à l’heure des draps de sac pour « complémenter » votre sac de couchage, en fonction de la température nocturne…

L’autre solution est évidemment le fait de porter des vêtements thermiques !

Le pyjama du bivouaqueur, si vous préférez…

L’importance de bien choisir ses vêtements pour dormir

Mes conseils :

  1. Privilégiez des vêtements ajustés mais pas trop serrés : Les vêtements trop serrés peuvent réduire la circulation sanguine et diminuer l’efficacité de l’isolation.
  2. Assurez-vous que vêtements de nuit soient secs et pas humides : Les vêtements humides réduisent considérablement l’isolation thermique. Gardez vos vêtements dans un sac étanche, dans votre sac à dos, et changez-vous juste avant de dormir.
  3. Optez pour des couches multiples : Utilisez le système de couches pour maximiser l’isolation.
  4. Pensez aux grosses chaussettes, aux gants et au bonnet : Les extrémités se refroidissent le plus vite : gardez-les au chaud !

Les différentes matières et leur efficacité thermique

Voici quelques-unes des matières les plus courantes et leurs avantages et inconvénients en termes d’isolation :

  1. La laine mérinos (ma préférée) : Cette matière naturelle est très appréciée pour ses propriétés isolantes, respirantes et anti-odeurs. La laine mérinos est douce et confortable, et elle conserve la chaleur même lorsqu’elle est humide.
  2. Le polyester : Léger, respirant et sèche rapidement. L’isolation est modérée, mais c’est généralement moins coûteux que la laine mérinos.
  3. Le polypropylène : Efficace pour évacuer l’humidité et sécher rapidement, mais elle offre une isolation encore légèrement inférieure au polyester.
  4. La polaire : Chaude, confortable, légère et respirante. C’est un grand oui.

Mon conseil :

Choisissez des vêtements en laine mérinos (+200g/m², voire +250g/m²) ou en polyester (type Climatherm) de bonne qualité.

Si il fait vraiment froid, ajoutez des couches avec vos vêtements de journée (veste duvet, polaire, etc.) à condition qu’ils soient secs. (Note : d’où l’intérêt d’un sac de couchage pas trop « serré »).

L’utilisation de chaufferettes ou de bouillottes peut aider à augmenter la température à l’intérieur de votre sac de couchage et à améliorer votre confort lors de nuits froides en bivouac. Voici un aperçu des avantages et des inconvénients de ces sources de chaleur et quelques conseils pour les utiliser efficacement et en toute sécurité.

Utiliser des chaufferettes ou des bouillottes

Le nouveau meilleur ami de vos nuits les plus froides, particulièrement lorsque vous n’arrivez pas à vous réchauffer « seul ».

Les avantages et inconvénients des différentes sources de chaleur

  1. Les chaufferettes chimiques : Souvent jetables, elles produisent de la chaleur grâce à une réaction chimique. Elles sont légères, faciles à utiliser et peuvent durer plusieurs heures.
    Avantages : Légères, portables, faciles à utiliser. Inconvénients : Durée de vie limitée, production de déchets, chaleur difficilement modulable.
  2. Les chaufferettes réutilisables : Elles fonctionnent grâce à un élément chauffant électrique ou en métal. Elles nécessitent généralement d’être rechargées ou réactivées entre chaque utilisation.
    Avantages : Réutilisables, économiques, chaleur modulable. Inconvénients : Nécessitent un rechargement ou une réactivation, plus lourdes que les chaufferettes chimiques.
  3. Les bouillottes (ma solution préférée !) : Votre gourde, bouteille ou poche à eau remplie d’eau chaude.
    Avantages : Réutilisables, chaleur durable, économiques. Inconvénients : Nécessitent de quoi faire chauffer de l’eau.

Comment les utiliser de manière efficace et sécuritaire ?

Mes conseils :

  1. C’est un complément à votre sac de couchage, votre matelas et vos vêtements. Ne comptez pas uniquement sur elles pour vous réchauffer.
  2. Placez les chaufferettes ou bouillottes près de vos zones sensibles au froid, comme les pieds, les mains ou la poitrine. Évitez tout contact direct prolongé avec la peau pour prévenir les brûlures.
  3. Assurez-vous d’avoir bien fermé votre bouteille-bouillotte avant de la mettre avec vous dans le sac de couchage… vous n’avez pas envie d’une inondation (et le froid qui en résulterait) !
  4. Ne surchauffez pas les bouillottes et vérifiez régulièrement qu’elles ne fuient pas.
  5. Si vous utilisez des chaufferettes chimiques, pensez à les activer quelques minutes avant de vous glisser dans votre sac de couchage pour qu’elles aient le temps de monter en température.

Faire attention à l’humidité !

L’humidité, quand il s’agit d’isolation thermique et de confort, est votre ennemi.

Vous devez donc adopter les bonnes stratégies pour gérer l’humidité et éviter la condensation dans votre abri.

En quoi l’humidité a-t-elle un impact sur l’isolation thermique ?

Pour simplifier, elle peut affecter la capacité de votre sac de couchage à conserver la chaleur de plusieurs manières :

  1. L’humidité réduit l’efficacité des matériaux isolants, en particulier le duvet, qui perd une grande partie de son pouvoir isolant lorsqu’il est mouillé.
  2. L’humidité corporelle peut s’accumuler à l’intérieur du sac de couchage, provoquant une sensation de froid et d’inconfort.
  3. La condensation à l’intérieur de votre abri (les tentes surtout) peut entraîner l’accumulation d’humidité sur les parois et les équipements, réduisant ainsi leur efficacité thermique.

Astuces pour évacuer l’humidité et éviter la condensation

Mes conseils :

  1. Assurez-vous que votre tente ou abri dispose d’une ventilation adéquate pour permettre à l’air humide de s’échapper et éviter la condensation.
  2. Choisissez des vêtements de nuit qui évacuent l’humidité et favorisent la respirabilité pour éviter la transpiration et l’accumulation d’humidité à l’intérieur du sac de couchage.
  3. Si possible, faites sécher vos vêtements et équipements humides avant de vous coucher pour éviter d’ajouter de l’humidité à l’intérieur de votre sac de couchage.
  4. Si vous transpirez beaucoup pendant la nuit, c’est que vous avez trop chaud… donc limitez le nombre de couches de vêtements, et autres accessoires. Avoir trop chaud risque de vous amener à avoir ensuite trop froid.
  5. Essayez d’avoir au maximum la bouche et le nez à l’air libre, afin de ne pas créer de condensation à l’intérieur du sac de couchage.
Sac de couchage hiver : Comment ne pas avoir froid ? Astuces & Conseils

Techniques de couchage pour mieux conserver la chaleur

J’ai acquis ces techniques auprès de moines Shaolin et de sherpas de l’Himalaya…

Quoi ? J’en fais trop ?…

Ok, ok…

Les différentes positions pour dormir et leur impact sur la conservation de la chaleur

La position dans laquelle vous dormez peut affecter la façon dont vous conservez la chaleur.

Voici quelques positions de sommeil qui peuvent vous aider à mieux conserver la chaleur :

  1. La position fœtale : Dormir en position fœtale, avec les genoux repliés vers la poitrine, aide à réduire la surface de contact entre votre corps et l’air froid. Donc, elle aide à conserver la chaleur.
  2. Dormir sur le côté : Là encore, cette position réduit la surface de contact avec le sol et aide donc à conserver la chaleur. Car la principale perte de chaleur d’un sac de couchage est la zone où le dit sac est « écrasé ». Moins de sac « écrasé » = Moins de perte de chaleur. CQFD.

Mon conseil :

Selon votre position, si vous avez du « vide » autour de la zone des reins ou de l’abdomen, placez une doudoune ouverte, soit sous vous, soit sur vous, à l’intérieur du sac de couchage pour combler cet espace et mieux conserver la chaleur.

L’importance de bien régler les cordons et fermetures du sac de couchage

Une évidence, mais bien fermer son sac de couchage aide grandement (sans déc’ ?) :

  1. Ajustez la capuche bien serrée autour de votre visage pour limiter la perte de chaleur. Seuls votre bouche et votre nez doivent être à l’air libre.
  2. Veillez à ce que la fermeture éclair de votre sac soit complètement fermée.
  3. Certains sacs de couchage sont équipés de cordons de serrage au niveau de la collerette ou autour de la capuche. Si vous en avez, servez-vous en : serrez ces cordons au max’ pour limiter les courants d’air.

Mon conseil :

Une bonne technique est d’utiliser un foulard, une écharpe ou un chèche pour couvrir votre cou et limiter ainsi l’air froid qui rentre par l’ouverture au niveau du visage.

Le seul intérêt d’être réveillé par le froid ? La vue, lorsque le jour commence à peine à se lever…
Le seul intérêt d’être réveillé par le froid ? La vue, lorsque le jour commence à peine à se lever…

Entretenir et préparer son sac de couchage pour l’hiver

« En quoi entretenir mon sac de couchage va-t-il me permettre d’avoir moins froid l’hiver ?!… »

Si c’est ce que vous vous demandez, alors lisez cette partie de l’article avec attention !

Les astuces pour bien préparer son sac avant l’utilisation

  1. Stockez votre sac de couchage à plat ou suspendu… mais JAMAIS dans son sac de compression. Cela détériorerait l’isolant et réduirait fortement sa température « réelle » de confort.
  2. Lorsque vous transportez votre sac de couchage en randonnée, probablement dans son sac de compression, pensez à le protéger de l’humidité avec un sac étanche.

Mes conseils :

Après chaque randonnée, je sors mon sac de couchage de son sac de compression et le met en haut de mon étagère-dressing (dans une grande valise).

Pour le sac étanche, j’utilise simplement un sac poubelle et je fais bien attention de l’isoler de ma réserve d’eau.

Un bon entretien est nécessaire pour préserver les performances thermiques du sac

Mes conseils :

  1. Nettoyez votre sac de couchage régulièrement (et faites gaffe aux instructions du fabricant pour le lavage et le séchage, particulièrement pour les sacs en duvet. On peut vite les flinguer).
  2. Je me répète : Évitez de comprimer le sac de couchage trop longtemps, au risque d’altérer la qualité de l’isolant et réduire son efficacité thermique.
  3. Stockez le sac de couchage dans un endroit sec et à l’abri des insectes : évitez le garage, si ce dernier n’est pas clean de chez clean.
  4. Réparez les déchirures et les accrocs dès que possible pour éviter que l’isolant ne s’échappe et que le problème ne s’aggrave.
Sac de couchage hiver : Comment ne pas avoir froid ? Astuces & Conseils

En conclusion ?

J’aurais pu vous parler du choix de votre abri pour la nuit (tente, hamac, tarp, abri naturel, refuge…) et des avantages / inconvénients de chacun.

J’aurais pu vous parler de sur-sac.

J’aurais pu vous parler de feu de camp et de où s’installer par rapport à ce dernier pour bénéficier de la chaleur (sans prendre feu dans la nuit).

J’aurais pu vous parler de l’alimentation du soir, de son impact sur votre digestion et donc de votre consommation énergétique. Ou de la soupe et/ou tisane qui ont un rôle de bouillotte interne.

J’aurais pu vous parler de ce terrible moment où il vous faut sortir de votre nid douillet pour aller pisser la nuit… et de comment vous re-réchauffer après ça.

J’aurais pu vous parler des particularités du hamac en hiver.

J’aurais pu vous parler des fausses bonnes idées, qui ne marchent pas, comme boire une lampée d’alcool avant de se coucher, s’enrouler dans une couverture de survie (qui ne respire pas = #condensation), ou encore de s’intoxiquer à coût de réchaud dans la tente…

Mais j’ai le sentiment de l’article / du travail bien accompli avec déjà pas mal de conseils et astuces.

A vous de jouer et de les compléter dans les commentaires : je suis preneur de toutes vos idées !!

A lire aussi

S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Sac d'évacuation - 1 personne

Pensé pour les situations de crise qui nécessitent une évacuation rapide (ouragan, séisme, inondation...). Sac développé avec les conseils des équipes de Secouristes sans Frontières.

Ration Militaire - 3000 kcal

Ration de combat alimentaire, de l'armée, pensée pour 24h : petit déjeuner, déjeuner, dîner et compléments. Haute valeur énergétique.

Assortiment Lyophilisé

Sélection des 10 meilleurs repas lyophilisés et déshydratés : Real Turmat, Expedition Foods, LyoFood, Adventure Food, Trek'n Eat, Mx3, Travellunch, Voyage, Tent Meals et Firepot.

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée