Que faire au Potager / Verger au mois de Mai ? – Autonomie Alimentaire

de Sven

Mamert, Pancrace et Servais, vous connaissez ? Non ?…

Pourtant, tout jardinier averti doit s’en méfier quand le mois de mai est arrivé.

Ce sont en effet ces fameux Saints de glace qui, dans certaines régions, peuvent s’avérer traîtres pour les jeunes pousses encore toute frêles.

Les Saints de glace correspondent au 11, 12 et 13 Mai.

On considère qu’il ne faut pas planter les plantes dites fragiles (tomates, courges, etc.) en extérieur avant cette date.

Donc, jusqu’à la mi-mai, la prudence est encore de rigueur, même si le joli mois de mai est vraiment synonyme de réveil de la nature.

Quels travaux au potager en mai ?

En mai, le potager demande beaucoup d’attention et de soins, et surtout de temps.

Mais entre nous, c’est un plaisir chaque jour renouvelé de voir la nature s’éveiller, d’autant que la douceur printanière est vraiment installée en journée.

On a besoin d’une laine le matin… et on finit souvent en tee-shirt l’après-midi.

C’est une période faste en plantation, en semis, mais aussi en désherbage et en paillage.

Quelles graines semer en mai ?

Même si les gelées tardives sont encore à craindre, en mai, il est temps d’investir pleinement son potager et surtout de semer en pleine terre.

En effet, le gel d’une ou deux nuits n’est pas préjudiciable pour les nouveaux semis, la terre étant suffisamment réchauffée.

Alors à vos semoirs pour :

  • les légumes-racines comme les carottes, les betteraves, les panais, les radis…
  • les légumes-feuilles comme les laitues et chicorées, le pourpier, le cresson, la roquette, les épinards, les choux raves et pommés, les choux-fleurs et de Bruxelles, le brocoli, les blettes, les poireaux…
  • les légumineuses telles que les haricots verts ou à écosser, les petits pois, les fèves, les pois chiches et lentilles…
  • les aromatiques : basilic, cerfeuil, persil, coriandre, aneth…
  • les maïs…

Bref, où que vous habitiez, lâchez-vous !

Testez, expérimentez… Certains semis seront une réussite, d’autres un peu moins, suivant la nature de votre sol, l’exposition de vos parcelles, le temps consacré, vos méthodes de culture, votre attention, le hasard…

Et il est primordial de comprendre (et d’accepter) ce qui fonctionne (ou pas) dans votre potager.

Par exemple, dans mon potager, j’ai décidé d’arrêter le semis de carottes car le sol est trop lourd… et je ne fais plus de salade en pleine terre, du fait des trop nombreuses limaces (lié à mon paillage).

Pas grave, on s’adapte !

Pour ma part, je fais les salades en bacs, sur ma terrasse.

Oh !… et si vous utilisez la même technique que moi, qui consiste à laisser des courges de l’année précédente directement sur les zones de plantations… c’est au mois de Mai que les graines germeront naturellement et que les plants sortiront leur tête du paillis.

Quels légumes planter en mai ?

Une fois les Saints de glace (11, 12 et 13 mai) derrière vous, il est temps de planter tous les semis faits sous châssis ou au chaud :

  • les tomates
  • les aubergines
  • les poivrons et piments (fin mai)
  • les melons (fin mai)
  • les cucurbitacées (courgettes, cornichons, concombres, courges et potirons)
  • les poireaux d’automne et d’hiver
  • toutes les salades en échelonné
  • le cardon
  • les choux brocolis, raves, et pommés
  • le fenouil
  • toutes les plantes aromates : thym, ciboulette, origan, laurier, sauge, menthe…

Pour les pommes de terre, ça sera aussi le moment en fonction d’où vous habitez.

Par chez moi, je les laisse toute l’année en place (je n’en récolte qu’une sur deux) et arrivé au mois de Mai, les plants font déjà 30-40cm.

Quels légumes se récoltent en mai ?

En mai, vous pouvez déjà récolter des radis et de la salade, des carottes en primeur, de la roquette, des navets, des épinards, des fèves et des petits pois, la blette, des pommes de terre primeurs, des oignons blancs, les premières fraises, quelques choux.

Les asperges commencent aussi à sortir de terre, les premiers artichauts peuvent être prélevés.

Que faire au potager en mai ?

Alors certes le travail de semis et de plantation est chronophage mais il vous faut prendre du temps pour quelques travaux, indispensables pour le bon développement des plantules.

À commencer par le binage et le sarclage, les deux indispensables du désherbage.

En effet, certaines adventices indésirables s’en donnent à cœur joie.

vous remarquerez au passage que je n’ai pas dit « mauvaises herbes » mais « adventices » car ces plantes ne sont pas si mauvaises que ça. !

Certaines se mangent, d’autres sont considérées comme médicinales, beaucoup sont mellifères, mais toutes en général apparaissent pour éviter que le sol soit nu. Et la nature n’aime guère la nudité donc autant dire qu’elles peuvent être utiles.

Tout ça pour vous dire que vous faites ce que vous voulez ! Vous désherbez ou vous gardez vos « mauvaises herbes »…

Pour ma part, je sélectionne et en conserve un certain nombre dans mon potager : orties, pissenlits, ail triquètre, etc.

Pour éviter de garder un sol nu, pensez aussi à pailler.

Vous pouvez par exemple conserver vos tontes de gazon, mais faites-les bien sécher avant de les mettre au pied de vos jeunes légumes. Sinon, cette herbe fraîchement coupée forme vite une croûte compacte et contre-productive.

D’ailleurs, vous pouvez aussi profiter pour essayer la culture des pommes de terre sur gazon !

Autre option pour le paillage : faites du BRF (bois raméal fragmenté) avec les jeunes branches coupées dans votre haie.

Pensez aussi à éclaircir vos semis de radis, carottes, salades…

Enfin, faites une petite place aux fleurs dans votre potager en plantant des œillets d’Inde, de la bourrache, des capucines, les cosmos…

Que faire au verger en mai ?

Au verger, la floraison s’achève et les fruits commencent à se former.

Les travaux se réduisent au désherbage et à l’arrosage des jeunes arbres. Vous pouvez aussi ajouter un peu d’engrais riche en potasse.

Et surtout ouvrir l’œil car les insectes nuisibles sortent d’hivernation ou naissent tandis que les maladies cryptogamiques se réveillent.

Dans ce cas, installez au besoin les plaques engluées, les pièges à phéromones et faites une pulvérisation de bouillie bordelaise.

Et profitez-en pour faire aussi une petite pulvérisation du purin d’ortie ou de consoude, préparé le mois passé, pour les fortifier.

Et si on bricolait ?

Les outils de bricolage ont fait place aux râteau, binette et pioche, mais, vous pouvez quand même ressortir le marteau et les clous pour fabriquer un petit gîte à chauve-souris.

Si je vous dis simplement que la chauve-souris est une insatiable mangeuse de moustiques ou de papillons de nuit, vous comprendrez vite son utilité.

Normalement, seul le mâle devrait investir votre gîte la journée.

Donc, il vous suffit de deux planches espacées de 2 cm et clouées en parallèle sur une planche légèrement plus longue qui fera office de toit. Ce gîte s’installe plein sud sur un mur extérieur, dans des combles ouvertes ou sur un arbre à au moins 3 mètres de haut.

Le mois de mai est aussi la période idéale pour couper ou faire rentrer du bois de chauffage. Peut-être le moment opportun pour construire votre abri à bois ?

Comment s’occuper de nos animaux en mai ?

Comme nous, les animaux redécouvrent les joies du printemps.

Du côté du poulailler…

Mes poules passent des heures à se prélasser au soleil, s’accordant un petit bain de poussière de temps en temps.

Profitez-en pour ressemer en herbe une partie de leur enclos.

Lors de mes balades dans la campagne environnante, je prends toujours un couteau avec moi pour récolter des pissenlits (feuilles et fleurs), des brins d’herbe bien verts et tendres (chiendent, ray-grass ou pâturin), du mouron blanc et des orties (ou du lamier pourpre si vous avez oublié vos gants !).

Mes poules en raffolent !

Et pensez aussi à faire le tour de l’enclos et du poulailler car les prédateurs que sont le renard et la fouine ont donné naissance aux bébés.

Et, pour nourrir la petite famille, rien de mieux qu’une bonne poule bien dodue !

Du côté de la ruche…

Chez les abeilles, tout le monde est au travail : la reine pond et les butineuses butinent.

Les ruches sont en pleine expansion et il faut donc veiller à ce qu’elles n’essaiment pas (et donc au besoin procéder à des divisions).

Pensez à contrôler vos ruches de temps à autres (visites les plus espacées possibles, en journée ensoleillée, le moins de vent possible, 15°c minimum, idéalement vers midi ou début d’après midi).

C’est aussi le moment pour faire, si il le faut, les transhumances (et donc de trouver les bons endroits pour ça !).

Pensez à faire de la découpe de couvains mâles (afin de le limiter le varroa), ou à détruire les cadres à mâles (pièges à varroas) si vous en aviez mis.

L’extraction du miel (aka pillage) et la mise en pot du miel peut déjà débuter, en fonction de votre région et de l’année.

Sinon, ça sera l’installation de rehausses.

Quoi qu’il en soit, c’est une période faste et incontournable pour la ruche : soyez présents et attentifs.

Côté nature « sauvage », elle nous offre quoi en mai ?

En mai, la nature est foisonnante.

Et, outre les plantes à donner aux poules, vous pouvez partir à la recherche de plantes sauvages comestibles.

Par exemple :

  • l’ail des ours (veillez à ne pas la confondre avec le muguet, hautement toxique, car les feuilles se ressemblent beaucoup),
  • l’ail triquètre,
  • les fraises des bois,
  • la mélisse,
  • l’oseille sauvage,
  • les coquelicots (dont on parsème les fleurs sur une salade),
  • … ou les fleurs de sureau noir pour faire du sirop.

Dans le sud, il reste encore quelques asperges sauvages à récolter et, ailleurs, quelques morilles ou mousserons avant que s’ouvre la saison des chanterelles.

Si vous êtes sur la côte, Mai est également une excellente période pour aller récolter des algues comestibles : haricot de mer, laitue de mer ou encore dulse.

C’est également généralement un excellent mois pour la pêche en mer.

Que faire au Potager / Verger au mois de Mai ? - Autonomie Alimentaire

Et vous, quels seraient vos conseils pour le mois de Mai ?

Pensez à préciser votre climat, avant de nous livrer vos meilleures astuces et bottes secrètes ! 😜

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Biscuits d'urgence - Convar

Cette ration d'urgence, sous format de biscuit de haute valeur énergétique, peut se conserver jusqu'à 20 ans ! Idéal pour votre BOB, EDV, EDC, etc.

Sursac Bivvi Bag

Juste parfait, ce sursac de couchage Snugpak est étanche, léger (270g avec sac de rangement) et respirant (tissu Paratex Dry).

Paille filtrante - Survie

Ce système de filtration qui permet de purifier plus de 1000 litres d'eau, soit 666 jours de besoins en eau potable pour une personne.

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée