Que faire en cas d’incendie de forêt ? Comment s’y préparer ?

de Sven

Chaque année, les canicules et les sécheresses se succèdent et leur régularité augmente…

Chaque année, on bat des records de « saison la plus chaude jamais enregistré »…

Cette chaleur hors-norme provoqué de nombreux incendies de forêt sur tout le territoire et, pour seul exemple, ce furent près de 60 000 hectares de forêts qui ont péri dans les flammes sur la seule année 2022.

Soyons clairs : le réchauffement climatique est un facteur aggravant d’incendie, et c’est donc une situation qui va se répéter et s’intensifier dans les années à venir…

Vous habitez non loin d’une forêt ou d’un espace boisé ? En bon prepper, vous devez savoir quoi faire en cas d’incendie de forêt et comment s’y préparer.

Qu’est-ce qu’un incendie de forêt ?

Un incendie de forêt est un feu non contrôlé qui se propage très rapidement dans la forêt, mais aussi dans d’autres espaces boisés. 

Quelles en sont généralement les causes ? 

Un feu de forêt se déclenche majoritairement lorsqu’il fait très chaud… et le risque est particulièrement élevé quand il n’a pas plu depuis longtemps. 

Les origines des feux de forêts sont diverses, mais dans 90 % des cas (9 cas sur 10 !) : un incendie de forêt est d’origine humaine.

Parmi ces 90%, on retrouve majoritairement de départs de feux involontaires liés à des imprudences, des comportements dangereux ou à des activités professionnelles :

  • L’origine peut aussi venir des infrastructures : une ligne de chemin de fer avec un défaut électrique par exemple.
  • L’été rime généralement avec soirées extérieures, camping, randonnées ; etc. Mais il rime aussi avec barbecues, feux de camp et déchets inflammables jetés dans la nature par négligence (mégots, bouteilles en verre…). 
  • Un incendie peut être aussi déclenché par un feu d’écobuage, c’est-à-dire un feu provoqué par un agriculteur pour défricher un espace cultivable.
  • Les chantiers sont aussi une source non négligeable d’incendies (étincelles).

Une part non négligeable (10%) de ces feux sont aussi dues à des actes de malveillance :

  • les pyromanes, qui mettent le feu pour le plaisir de voir « brûler »,
  • les incendiaires, qui visaient la maison d’un voisin ou l’entreprise de laquelle ils ont été licencié, pour seul exemple…

Ah ! Et pour les départs de feux liés à des phénomènes naturels, on retrouve par exemple la foudre ou les éruptions volcaniques.

Quels sont les différents types de feu ?

Les feux de sol

Ils se propagent au niveau de la matière organique qui se trouve dans le sol.

Ce sont les feux les moins virulents compte tenu de la nature du combustible.

Par contre, ils sont très durs à éteindre et sont souvent à la source de « relance de feux de surface », parfois plusieurs semaines après.

On peut les voir par les fumeroles qui se dégagent du sol, même après que les feux de surface aient été éteints.

Les feux de surface

Ils brûlent les herbes, les buissons, les arbustes et tout combustible proche du sol.

Ils peuvent se propager assez vite et changer rapidement de direction, en fonction entre autre des vents.

Les feux de cimes

Ce sont les plus dévastateurs et les plus difficiles à arrêter.

Les feux de cimes touchent le sommet des arbres et gagnent très rapidement en intensité et vitesse s’il y a du vent.

Comment se développe un feu ?

Trois facteurs sont nécessaires :

  • la présence d’un combustible ;
  • la présence d’une source de chaleur ;
  • et la présence d’oxygène.

À cela s’ajoutent des conditions climatiques particulières, ainsi qu’une certaine topographie du lieu.

Par exemple, il y a beaucoup de chances de voir un feu se développer dans les landes.

À quelle vitesse se déplace un feu de forêt ?

En moyenne, on estime qu’un feu de forêt a une vitesse moyenne de 0,5 km/h.

Cependant, plusieurs paramètres sont à prendre en compte.

Cela dépend des espèces d’arbres, certaines plus combustibles que d’autres. Le degré d’humidité rend également la propagation d’un feu plus lente.

Enfin, des vents violents peuvent augmenter la vitesse des incendies de manière phénoménale, une vitesse allant jusqu’à 8 km/h ! 

Quels sont les impacts et conséquences d’un feu de forêt ?

On peut les classer en trois types :

  • la destruction par le feu de la biodiversité, des écosystèmes et des zones urbaines (logements, etc.) touchés.
  • la pollution de l’air, ce qui a un impact sur la salubrité de l’environnement et la santé des personnes directement touchés. En plus du dioxyde de carbone et de la vapeur d’eau dégagés par les fumées, si le feu touche des parcelles polluées, il peut y avoir des dégagements de métaux lourds, polluants chimiques, etc.
  • les gaz à effet de serre, qui ont un impact de long terme sur le dérèglement climatique et donc l’augmentation des probabilités d’autres incendies : une boucle de rétro-action négative !

Quelle probabilité que vous soyez touchés par un incendie ?

Elle est plus ou moins forte selon la région dans laquelle vous habitez.

Il est évident que vous avez très peu de chances d’être affecté par un incendie de forêt si vous résidez à Paris. 

On estime que les régions les plus à risques se situent au niveau du massif aquitain, dans le Sud-Ouest, et du massif montagneux méditerranéen au Sud-Est.

En effet, la concentration forestière y est plus dense que dans le reste de la France.

De plus, dans le Sud, les canicules ne sont pas rares, et ajouté à ça les activités agricoles des paysans, un incendie aura vite fait de se déclarer.

Ces dernières années, les risques d’incendie ont augmenté en même temps que le nombre de sécheresses.

Mais rassurez-vous…

Même si votre logement se trouve dans une région à risque, vous pouvez éviter la catastrophe. Ainsi, on a constaté que 80 % des habitations protégées en cas d’incendie n’ont subi aucun dommage, aussi grand soit le feu déclenché.

Comment anticiper et se prémunir d’un feu de forêt ?

Faites preuve de bon sens

Quand on sait que 9 incendies sur 10 sont causés par l’activité humaine, la solution la plus naturelle est d’adopter un comportement responsable. 

Si l’idée vous tente de faire un barbecue ou un feu de camp en période de sécheresse : arrêtez tout de suite !

Les braises, même petites, sont volatiles et peuvent enflammer le moindre combustible.

Certaines espèces d’arbres sont hautement inflammables, comme le cyprès ou le pin. Évitez-les.

Lorsque vous randonnez et/ou que vous campez dans la forêt, n’allumez un feu qu’en cas d’absolue nécessité.

Si vous êtes fumeur, ne jetez pas vos mégots dans la nature, même éteints. 

Enfin, emmenez vos déchets verts à la déchetterie ou compostez-les. Ne les brûlez surtout pas !

Informez-vous

En période de canicule, restez informé, tenez-vous au courant des prévisions météorologiques, et si aucun changement ne se profile, restez prudent et soyez prêt à tout moment.

Les autorités locales peuvent quant à elles vous prévenir des interdictions d’accès dans les espaces boisés. 

Comment se préparer à un incendie ?

Comment protéger son habitation ? Quels équipements faut-il ?

Le Code forestier est un document juridique qui vise à protéger les espaces naturels et les populations vivant à proximité. Pour limiter la propagation d’un feu de forêt, il impose des obligations légales de débroussaillement (OLD).

Elles s’appliquent sur toutes les habitations et constructions situées à 200 m d’un espace boisé.

Les broussailles qui se trouvent à moins de 50 m de l’habitation doivent être impérativement enlevées, et les arbres doivent être suffisamment espacés et élagués.

D’autres recommandations peuvent s’appliquer comme :

  • disposer de plusieurs moyens d’arrosage ;
  • arroser 30 m autour de sa maison, 60 si elle est en pente ;
  • installer des équipements extérieurs résistants au feu (évitez le PVC) ;
  • installer des détecteurs de fumée et des extincteurs dans toutes les pièces ;
  • sortir tous les matériaux inflammables et les éloigner à plus de 15 m ;
  • placer son bois de chauffage à au moins 15 m de sa maison ;
  • nettoyer les toits et les gouttières des feuilles et aiguilles volatiles ;
  • prévoir un masque anti-fumée ;
  • zoner et « pailler » son jardin avec du gravier et des pierres ;
  • dégager le chemin de sa maison pour faciliter l’accès aux pompiers ;
  • préparer son sac d’évacuation au cas où les autorités ordonnent de quitter sa maison.
Que faire en cas d’incendie de forêt ? Comment s'y préparer ?

En randonnée ou en balade ? Quels équipements faut-il ?

Les risques d’incendie en randonnée sont particulièrement élevés en période de sécheresse. 

Premier conseil : informez-vous toujours en amont sur l’endroit où vous allez. Vous ne voudriez pas vous retrouver nez à nez avec les flammes !

Ensuite, préparez votre itinéraire à l’avance, et ayez toujours des itinéraires de secours en cas de pépin.

Il est bon de prendre une carte avec vous et votre téléphone.

Si vous êtes dans des endroits où vous ne captez pas, vous avez toujours la possibilité d’investir dans un dispositif InReach, un GPS qui permet d’être retracé par satellite même hors connexion. Son coût est un peu élevé, mais si vous êtes en danger, il peut vous sauver la vie.

Que faire en cas d’incendie ?

Vous avez vu un feu ou de la fumée qui se dégage de la forêt ? Appelez immédiatement le 18, le 911, le 112 ou le 114 pour le signaler. Donnez votre localisation et toutes les informations nécessaires.

Ensuite, la première chose à faire est de se protéger soi et sa famille. Ne cherchez pas à sauver le reste. Cela vous fera perdre du temps en plus de vous mettre en danger. 

Si les autorités l’ordonnent, évacuez immédiatement les lieux.

Sinon, voici ce que vous devez faire pour limiter les dégâts :

  • coupez tous les gaz ;
  • allumez toutes les lumières de votre maison pour être visibles par les secours ;
  • couvrez-vous entièrement avec des matières naturelles et épaisses (surtout pas de tissu synthétique) ;
  • respirez dans un linge humide ; 
  • laissez votre portail ouvert pour l’arrivée des secours ;
  • ratissez et mouillez tout l’extérieur de votre maison, et rangez le mobilier du jardin dans votre garage ;
  • mettez des seaux d’eau autour de votre maison ;
  • sortez une échelle et placez-la contre la façade ;
  • recouvrez toutes les ouvertures et interstices avec des chiffons humides et des plaques de contreplaqué ;
  • si vous avez une cheminée, ouvrez son clapet et fermez le pare-étincelles ;
  • éloignez vos meubles des ouvertures ;
  • si vous voyez des braises, éteignez-les immédiatement ;
  • éteignez les foyers avec du sable, de la terre ou de l’eau ;
  • vérifiez votre sac d’évacuation et tenez-le près à être embarqué.
Que faire en cas d’incendie de forêt ? Comment s'y préparer ?

Où se réfugier en cas d’incendie ?

Si vous êtes coincés dans votre habitation

En cas d’incendie, et si on ne vous a pas donné l’ordre d’évacuer, votre maison est votre meilleur refuge, sauf si elle est en bois.

Dans ce cas précis, la seule chose que vous pouvez faire est de vous réfugier chez votre voisin. Ne sortez pas en voiture. C’est le meilleur moyen pour vous asphyxier. 

La pièce idéale pour se réfugier n’est pas la cave comme on pourrait s’y attendre, mais la salle de bains.

Là, remplissez votre baignoire d’eau et mettez-vous dedans, ou humidifiez une couverture non synthétique et allongez-vous dessous.

En pleine nature

En pleine nature, les choix de refuge sont très limités.

Si vous vous retrouvez malencontreusement piégés par un incendie de forêt, restez calme et ne paniquez pas.

Cherchez un endroit qui fera office de barrière, comme un rocher ou une butte de terre. Si vous êtes à proximité d’une clairière ou d’un point d’eau, c’est encore mieux.

L’absence de combustible empêchera le feu de vous atteindre. 

Que faire en cas d’incendie de forêt ? Comment s'y préparer ?

Le mot de la fin

Vous savez maintenant que faire en cas d’incendie de forêt. Ces conseils peuvent vous sauver la vie si vous êtes confrontés à ce danger. 

Et surtout, ne vous amusez pas à jouer les héros !

Un bon citoyen prévoyant ne met jamais sa vie en danger et priorise sa protection et celle de ses proches avant tout.

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Biscuits d'urgence - Convar

Cette ration d'urgence, sous format de biscuit de haute valeur énergétique, peut se conserver jusqu'à 20 ans ! Idéal pour votre BOB, EDV, EDC, etc.

Sursac Bivvi Bag

Juste parfait, ce sursac de couchage Snugpak est étanche, léger (270g avec sac de rangement) et respirant (tissu Paratex Dry).

Paracorde 550 Type III

Disponible en noire, mais également en plusieurs autres couleurs, cette paracorde de 4mm peut supporter jusqu'à 250 kilos !

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée