Tempête de neige : comment survivre dans sa voiture ?

de Mat & Thom
Publié le : Dernière mise à jour le

En plein hiver, que vous viviez en France, en Suisse, en Belgique ou plus encore au Québec, il se peut que vous soyez confronté à cette poudre blanche, froide, glissante ou parfois collante…

Et il se peut également, qu’au plus fort d’une tempête de neige, vous vous retrouviez bloqué dans votre voiture.

Nous vous avons déjà parlé du Kit Neige à emporter dans votre voiture, complémentaire à votre EDV, afin d’anticiper le cas où vous seriez bloqué dans la neige.

Mais admettons que ça ne soit pas votre jour / semaine / mois (rayez les mentions inutiles) et que vous soyez bloqué sur une route perdue, dans votre voiture, pour plus de temps que prévu…

Que faire et surtout que ne faut il pas faire ?

Dans une telle situation, vos deux principaux ennemis sont le froid et la soif.

Si vous avez pensé à suivre nos conseils, vous aurez de quoi faire face pendant quelques heures mais comme on le dit toujours le matos ne fait pas tout, encore faut il avoir les bons réflexes.

La voiture

Commençons par le sujet principal : La voiture.

Elle doit être bien entretenue et surtout avoir du carburant.

Cela peut paraître stupide quand on le dit comme ça, mais une voiture sans carburant ce n’est plus qu’un morceau de ferraille mal isolé.

L’idéal, et pas que par temps froid, c’est d’avoir toujours au moins la moitié du plein dans sa voiture. J’en ai fait un principe. Alors, ok, on passe à la pompe plus souvent… mais croyez moi, ça m’a sauvé la mise à plusieurs reprises et pourtant je ne vis pas en Alaska.

De manière générale si vous partez pour un long périple ou pour une destination où  la météo  vous a annoncé un risque important de fortes précipitation : Faites le plein avant de partir et complétez avant d’arriver sur zone.

Une voiture avec 55 litres de carburant vous assurera environ 36 à 48 heures de chauffage en continu sans rouler (en fonction du moteur et du réglage du chauffage).

Et quand on sait que dans les pires conditions on peut se retrouver bloqué jusqu’à 72H00, ça donne un peu de marge au corps pour s’adapter et pour retarder la gestion de l’hypothermie, qui est notre principal adversaire.

Au début, allumez le moteur toute les heures pendant 10 minutes, puis si vous sentez que la batterie commence à montrer des signes faiblesses laissez le moteur allumé : ça serait ballot de se les geler alors que le réservoir est garni mais que la batterie est morte.

S’il neige encore, dégagez régulièrement votre pot d’échappement pour éviter d’étouffer le moteur mais aussi pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone qui ne manquera pas de revenir dans l’habitacle à votre insu.

S’il vous reste peu de carburant, faites tourner 2/3 fois par 24h00 pour éviter que les conduites de carburant ne gèlent (et ainsi vous permettre de repartir après la crise passée).

Évitez de dégage immédiatement vos vitres et pare brise de la neige. Cela ferait potentiellement gagner du temps au secours, quand ils feront le tour des voitures… mais ça serait au détriment de l’isolation. Et oui, la neige est un bien meilleur isolant que le verre (d’où les igloos en neige et non en baie vitrée).

Par contre, surtout si votre moteur est éteint, si vous possédez un chiffon de couleur (pourquoi pas un bandana Rouge) fixez le en évidence (antenne)  pour signaler votre présence (surtout si vous êtes bloqué hors autoroute, sur une petite route de montagne par exemple).

En effet les secours privilégient les personnes qui sont restées dans les véhicules avant d’élargir les recherches.

Vous

Au cas où vous seriez isolé en pleine montagne, en théorie vous avez du bois à proximité pour faire du feu (merci le kit neige et l’EDC) et pour écrire un gigantesque SOS dans la neige pour les secours héliportés.

Si vous voyez des secours au loin, mais qu’à priori ils ne vous calculent pas, klaxonnez (basique mais pas inutile de le rappeler).

Mais n’allons pas trop vite : les hommes en rouge (ou bleu) ne sont pas encore là et votre premier combat c’est garder la chaleur.

Si vous avez des couvertures de survie tant mieux, sinon utilisez ce que vous avez sous la main :  Si vous avez des journaux, des magasines dans votre voiture, des cartes dans la boites à gants (petite précision, ça ne marche pas avec le GPS….), froissez les et bourrez les dans vos vêtements. C’est un très bon isolant largement utilisé par les SDF.

Protégez en priorité votre triangle épaule – cou – tête : il représente à lui seul plus de 35% de la déperdition totale de chaleur du corps humain.

Si vos sièges sont couverts avec une housse amovible, enlevez les : cela fera une couche supplémentaire et une cape très efficace.

Si l’un des passagers est trempé, retirez-lui immédiatement ses vêtements humides. S il montre des signes d’hypothermie, utilisez votre chaleur corporelle pour chauffer son tronc avant tout. Ne chauffez jamais les bras ou les jambes en premier, au risque de provoquer une insuffisance cardiaque. Mettez ensuite la personne dans des vêtements secs ou une couverture si vous en avez.

Utilisez la chaleur humaine : que vous soyez seuls ou à deux, basculez sur la banquette arrière. En effet, outre le fait qu’elle soit d’un seul tenant et évite les remontées froides, elle permet de se serrer l’un contre l’autre. L’idéal étant de partager la même couverture pour unifier la chaleur.

Si vous avez du scotch, ou du duct tape, calfeutrez les tours de portes et de fenêtres pour limiter les déperditions. N’en laissez qu’une utilisable pour sortir.

Tempête de neige : comment survivre dans sa voiture ?

Une fois la gestion de la chaleur « gérée », il vous faut vous organiser pour l’eau.

Vous avez besoin de boire environ 10 cl d’eau par heure pour éviter la déshydratation.

Soit vous avez notre fameux kit voiture ( oui je me répète, mais ça vous prouve à quel point il peu être vital) et vous pourrez gérer en partie… ou alors vous n’avez rien.

Il vous reste à boire de la neige mais faites la fondre avant, car la « manger » va vous refroidir (oui la neige c’est froid).

Idéalement mettez la dans un récipient à l’intérieur de l’habitacle ; son impact sur la température ambiante sera négligeable .

Petite précision tout de même : l’eau de neige n’a pas de goût et peut être dangereuse à long terme (l’absence de minéraux déséquilibre l’organisme et finir par endommager les organes vitaux). Sur 48h00, pas de risque majeur : cela évitera la déshydratation, mais cela n’étanchera pas votre soif (cela est justement du à l’absence de minéraux).

Bannissez l’alcool et le café, car le premier dilate les vaisseaux sanguins ce qui abouti à une refroidissement plus rapide et les deux perturbent les fonctions rénales avec à la clé accélération de la déshydratation.

Si vous choisissez d’allumer un feu tant pour vous réchauffer que pour faire fondre la neige, à défaut d’allumettes ou de briquet vous pouvez utiliser l’allume cigare et en dernier ressort (vraiment en dernier) la batterie du téléphone portable ; mais je ne saurais trop vous conseiller de le préserver au chaud pour alerter les secours, prévenir vos proches et suivre la météo.

D’ailleurs, coupez-le entre chaque utilisation pour économiser la batterie. Convenez d’une heure fixe avec vos proches pour les joindre éventuellement.

L’alimentation n’est pas vraiment un problème, car le corps peu tenir pratiquement trois semaines sans manger (mais ça sera dur, surtout les deux premiers jours).

Si vous avez un peu de nourriture, ne mangez pas tout d’un coup : répartissez et mangez en petite quantité (cela est meilleur pour le moral et aide le corps à mieux gérer les fringales).

« Chef, chef, faut que j’aille à la selle !  » – Là c’est improvisation totale : trouvez un endroit qui assurera votre dignité (c’est pas qu’elle soit plus importante que votre survie, mais cet aspect psychologique est parfois plus fort que la logique) et faites au mieux, sans contaminer la neige que vous seriez à même de boire.

Ceci dit, avec le déshydratation il y a peu de risque que vos besoins terminaux ne se fassent remarquer trop souvent.

Un conseil si c’est juste urinaire : soulagez-vous dans une bouteille et servez-vous en comme bouillotte.

La tempête se calme… Partir ou rester ?

La radio de la voiture devra être calée sur les chaînes d’info, si possible locales pour pouvoir évaluer votre situation, sa durée prévisible et du coup les options qui s’offrent à vous.

Théoriquement et historiquement sous nos latitudes, personne n’est resté coincé plus de 72h00 avant l’arrivée des secours.

Et même si  24h00 coincé dans une voiture, ça peut être long, très long, il vaut mieux rester à l’abri et attendre les renforts.

N’envisagez de quitter la voiture que si la tempête est finie, que la situation fait que les secours risquent d’être longs à venir et uniquement si des habitations sont à portée raisonnable.

N’envisagez pas de marcher 10 kms dans la neige sans tenue adéquat.

Si vous devez marcher dans la neige, protégez en vos pieds, car une fois trempés, c’est les gelures assurées avec perte de motricité, de sensibilité et assez rapidement perte des orteils voire du pied.

Mais avant cela, vous vous serez probablement retrouvé déguisé en bonhomme de neige en pleine pampa.

Au besoin, désossez les housses de vos sièges et scotchez les, serrez les avec du câbles électrique pour en faire des bottes.

Et pour que les secours vous repèrent rapidement, n’oubliez pas de mettre vos gilets jaunes de sécurité.

Tempête de neige : comment survivre dans sa voiture ?

Cet article n’est pas exhaustif des situations et cas de figure, mais se veut un simple éveil aux problématiques principales.

Pour le reste, il faudra comme toujours s’adapter, comme disent les militaires : « le terrain commande »…

En espérant que ce genre de situation vous seront étrangères, d’ici là soyez prudents, soyez prévoyant et….. pensez au kit neige !

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

1 commentaire

Avatar
Poisson rouge Le chat 22 février 2018 - 11h08

Arf, suis fan de notre scrat des neiges.
😀
Sinon, j’ai quelques compléments pour l’article:
Dégagez vos vitres et pare brise régulièrement,
> Je dirai « surtout pas ».
La neige est est bon isolant… et les vitres sont la principale source de perte de chaleur (le verre est un mauvais isolant thermique).
Si vous avez un peu de nourriture, ne mangez pas tout d’un coup, répartissez et mangez en petite quantité (cela est meilleur pour le moral et aide le corps à mieux gérer les fringales)
> Autre avantage à manger en petite quantité, ça demande moins d’effort au système digestif… donc moins de calories perdues à cet effet.
« Chef, chef, faut que j’aille à la selle ! »
> A noter que pour un petit pipi, une bouteille d’eau de recup et ça fait une super bouillotte (20cl d’eau à 37°)… technique très utilisée en trek l’hiver.
Ca serait dommage de perdre toutes ces calories.
En tout dernier recours, vous pourrez boire (une unique fois) cette urine.
Pour le popo, un sachet ziplock fait aussi l’affaire… mais c’est moins ragoutant.
^^

Répondre

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée