Quoi faire en cas d’inondations ? Le Guide de Survie !

de Mat & Thom
Publié le : Dernière mise à jour le

Cet article a été écrit par un ami, pompier de profession. Il vous indique la marche à suivre pour survivre à une inondation…

Salut à tous ! Suite à la demande de NoPanic et de quelques-un d’entre vous, je vous ait rédigé un petit « guide de survie aux inondations », version Pompier bien évidement !

Tout d’abord, on se met dans le contexte : Une inondation est un débordement d’un cours d’eau, le plus souvent en crue qui submerge les terrains voisins.

Je pense que je ne vous apprends rien à ce niveau.

Par contre, on va développer les différents types d’inondations, parce que oui il y en a plusieurs !

Puis ensuite, on verra en détail comment s’y préparer :

Les différents types d’inondations

Les causes naturelles

On y pense évidemment en premier lorsqu’on parle d’inondations : ce sont les causes naturelles.

Là encore, on peut distinguer différentes causes :

  • Les pluies diluviennes : Après une longue période de précipitations, les sols sont saturés. L’eau qui ne peut plus s’infiltrer dans le sol s’écoule en surface. Ces crues sont progressives et plutôt lentes, mais une fois que la saturation du sol est atteinte, l’inondation peut être très rapide et d’une importance majeure.
  • Les crues torrentielles : Les crues torrentielles sont dues à des précipitations brutales et intenses. Les cours d’eau, comme des torrents, arrachent et transportent des matériaux tels que des branchages, des blocs de pierre ou des véhicules. Ces éléments peuvent s’accumuler et créer des barrages ou détruire des infrastructures sur leur passage.

NOTE : La gravité des inondations provoquées par les pluies diluviennes et les crues torrentielles sont notamment augmentées par la déforestation, puisque les arbres facilitent la capacité d’absorption du sol, et par la présence de routes goudronnées.

  • Le ruissellement en milieu urbain : Les infrastructures et les chaussées bitumées des zones urbanisées diminuent la capacité d’infiltration du sol et vont jusqu’à provoquer sa totale imperméabilisation. Le ruissellement en surface est très important et en cas de fortes précipitations, l’eau peut contourner un système d’endiguement. Elle peut aussi s’accumuler dans le réseau d’évacuation jusqu’à déborder des égouts.
Pluies Torrentielles à Madere
Pluies Torrentielles à Madere

Les causes technologiques

Les causes technologiques d’inondations sont plus maîtrisables et faciles à éviter que les inondations de causes naturelles.

Cependant, elles peuvent survenir sur l’ensemble du territoire desservi par des systèmes de canalisations d’eau.

Voici quelques types d’inondations de causes technologiques.

  • Vanne restée ouverte : L’oubli d’une vanne ouverte ou d’un robinet peut provoquer une accumulation d’eau selon l’importance du débit et du temps de l’écoulement. Lorsque la source du déversement se trouve à un étage supérieur, l’eau peut affecter plusieurs étages en s’infiltrant dans les murs et les plafonds des étages inférieurs du lieu inondé.
  • Rupture de canalisation : Lorsqu’une canalisation se brise pour quelconque raison, l’eau qui s’en déverse peut s’accumuler dans le sous-sol d’un bâtiment. Avant que l’avarie ne soit contrôlée, une importante quantité d’eau peut s’accumuler.

NOTE – Lors d’une accumulation d’eau dans un immeuble, il y a possibilité de risque électrique et parfois d’effondrement.

Rupture de canalisation
Rupture de canalisation
  • Rupture d’infrastructures : La France dispose de plus de 7500 km de digues. Celles-ci peuvent céder lors de crues ou de fragilisation. Ces ruptures aggravent les effets des inondations dans les zones censées être protégées par les ouvrages.

Exemple : La tempête Xynthia qui a frappé la France à la fin du mois de février 2010 a provoqué d’importantes inondations. Les rafales de vents qui ont atteint 200 Km/h dans certaines régions ont provoqué la rupture de plusieurs digues dans les départements de Vendée, de Charente-Maritime et de Gironde. Des accumulations allant jusqu’à 1,50 mètres ont été recensées sur les côtes vendéennes et charentaises. En plus des nombreux dommages matériels et des déplacements forcés de la population, la tempête a fait plus de 50 victimes.

La tempête Xynthia – rupture de digue
La tempête Xynthia – rupture de digue

Comment se préparer à une inondation ?

Bon c’est bien beau de savoir tout ça, mais on s’y prépare comment ?

Dans un premier temps, allez dans votre Mairie pour vous renseigner si la commune est susceptible d’avoir un risque d’inondation.

Si vous n’avez aucun risque d’avoir les pieds dans l’eau, vous pouvez vous arrêter de lire cet article ici. Ou bien sinon, continuez, mais juste pour nous faire plaisir !…

Toujours avec nous ? Super on continue ! 😀

Recensez les différentes crues que vous pouvez subir et surtout, si cela doit se produire, jusqu’à combien, au maximum, peut monter la crue.

S’il est possible d’avoir une crue 7 m et que le haut de votre toit est à 4,5 m, inutile de vous dire de trouver un lieu de replis.

Dans tous les cas, et surtout si votre maison le permet, RESTEZ CHEZ VOUS !

Demandez vous aussi à quelle vitesse l’eau va arriver (cela sera-t-il progressif ou bien ce sera une vague à la Noé ….) ?

Quel matériel et équipement il faut avoir chez soi ?

Maintenant… que faut-il avoir avec soi ? Que faut-il avoir prévu, anticipé ?

  • Un BoB (Bug Out Bag) : Prévoyez de quoi tenir au moins pour 72h.
    Il est rare qu’une crue dure autant de temps, mais il est possible que les voies de communication (routes), soit inaccessibles. D’ailleurs, laissez les routes libres pour les secours : on a assez de boulot comme ça, alors n’allez pas vous mettre dans un fossé !
  • Administratif : Mettez tous vos papiers administratifs en hauteur.
    On n’y pense jamais, mais refaire tous vos papiers, surtout après des catastrophes, c’est la galère. Vous pouvez aussi composer une archive numérique et garder une clé USB avec vous (ou stockez vos données sur internet). Il existe aussi des clés USB étanches.
  • Soins : Pensez aux médicaments.
    Si l’un de vos proches a des problèmes de santé qui nécessitent des médicaments, prévoyez toujours d’avoir de l’avance sur le traitement. Plus généralement, pensez à avoir une trousse de pharmacie / premiers soins chez vous.
  • Informez-vous : Une radio et des piles.
    Beaucoup de piles. C’est souvent le seul moyen qu’il vous reste pour rester informer des changements.
  • Signalement : De quoi signaler votre présence.
    Bâton fumigènes, peinture sur le toit, etc : surtout si vous avez des personnes qui nécessitent potentiellement une évacuation sanitaire.
  • Eau : De l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau…
    … même si ça peut paraître contradictoire en situation d’inondation ! Si la crue est importante, il est possible que l’eau soit classifié non potable pendant plus d’une semaine. Même si les secours seront là pour vous en apporter, prévoyez toujours !

Complémentaire à ce passage de l’article, je vous invite à jeter un œil sur « Comment anticiper une inondation ?« .

À ne surtout pas faire en cas d’inondation !

Maintenant la partie qui, pour moi, est la plus importante : ce qu’il ne faut surtout pas faire !

Avant tout, ne prenez pas de risque.

Voici trois exemples qu’on rencontre, en tant que pompier, en cas d’inondation :

  • Prendre votre voiture et voir comment est votre ruisseau… sinon mes collègues risquent de venir péter la vitre de voiture pour vous sortir de là.
  • Utiliser votre portable : laissez le réseau libre pour les secours ! C’est une ressource bien trop précieuse pour nous les secours. Utilisez le uniquement qu’en dernier recours (en gros on se moque que votre cave soit pleine d’eau, on viendra plus tard la vider).
  • Utiliser des moyens nautiques pour se déplacer : je ne sais pas pourquoi, mais on voit de plus en plus de personnes utiliser des canoës et autre pour se déplacer… mais la force du courant est bien supérieure à la force de vos bras !
La voiture, un vrai piège
La voiture, un vrai piège

Mon retour d’expérience sur une inondation dans le Gard

Voici un petit retour d’expérience suite aux inondations dans le Gard dans la région d’Alès et de Nîmes avec les sapeurs Pompier.

Évidemment, secret professionnel oblige, je suis très limité dans mon récit.

Tout d’abord, je vais vous demander de ne pas vous fier aux différents reportages que vous avez pu voir sur votre télé : ils montrent peu souvent la réalité et vous montre la majeure partie du temps les images les plus spectaculaires en boucle. Ce que j’ai pu vivre avec mes collègues était bien différent !

Le début de mon aventure a commencé le vendredi aux environs de 18h.

L’État-Major réquisitionne l’ensemble des personnels en renforts en caserne. Nous montons dans les camions et direction Alès.

Premier Briefing de l’officier de crise à 19h. Il nous fait comprendre que la nuit sera dure et longue.

Pas le temps de finir son briefing que nous partons sur deux sauvetages avec mon équipage. Nous effectuerons des sauvetages jusqu’au matin.

De ce que j’ai pu constater : très peu de gens sont préparé à ce genre de catastrophes, et beaucoup sont inconscients.

Beaucoup trop de gens se retrouvent coincés parce qu’ils veulent voir à quel niveau est « leur ruisseau », près de chez eux, et au final nous sommes obligés d’aller les sauver dans leurs voitures à la dérive…

Ensuite, il y a un risque lors des inondations que l’on oublie dans 95% du temps : c’est la foudre.

Dans ma région, nous sommes confrontés chaque année aux épisodes cévenols et épisodes méditerranéen qui sont caractérisé par : de fortes précipitations et foudre.

C’est ainsi que dans la nuit, nous avons dû intervenir sur un feu d’habitation (les images sont passées sur le « 19/45 » de M6 de l’édition du 11/10/14). Dans ces cas-là, je pense que l’on peut dire la faut à « pas de chance ».

Du jeudi 9 au lundi 13 octobre 2014, les sapeurs-pompiers gardois ont été sur la brèche lors des intempéries.

Le bilan de leurs interventions est vertigineux avec jusqu’à 590 hommes en action au plus fort de l’événement climatique : 250 Gardois et 340 renforts de plusieurs départements (66, 06, 11, 83, 13, 05, 04 84, la sécurité civile de Brignoles et Nogent, etc.).

Quatre hélicoptères de la sécurité civile et un Puma de l’armée ont été déployés sur le Gard pour un total de 65 hélitreuillages, principalement dans le secteur de l’Uzège et de la Gardonnenque ; 70 sauvetages de personnes en danger face à la montée des eaux, 546 mises en sécurité et de nombreuses reconnaissances ont été réalisés.

Source
Quoi faire en cas d'inondations ? Le Guide de Survie !

Mon matériel pour les interventions

Maintenant je vais vous parler de mon équipement lors des inondations.

D’abord, mon équipement pompier :

  • Pantalon F1
  • Veste F1
  • Baskets (… et je ne veux pas entendre parler de rangers : essayez de nager avec 1,3kg à chaque pied !)
  • Tenue de pluie haute visibilité
  • Casque F2
  • Lampe F1MSA Gallet (très bonne autonomie, étanche, et surtout on a un support exprès sur le casque)
  • Life jacket (c’est un gilet de sauvetage automatique qui a ses avantages et inconvénients)
  • Paire de gants en cuir
Le casque F2
Le casque F2

Côté équipements perso :

  • Dragotac folder compact
  • Leatherman CX Skeletool

… et cela suffit largement : je suis dans une situation d’urgence pas besoin de plus.

Pourquoi ces 2 outils ?

Le drago est gros et facile de manipuler avec des gants, de plus il a une pointe en tungstène qui fait office brise vitre qui est extrêmement efficace !

Avant j’utilisais un autre leatherman, le leatherman wave : il est super complet, mais justement… trop complet. Il est bien en forêt et fait un excellent multitool pour un EDC, mais en intervention il est gros, puis les outils sont inaccessible avec les gants, alors que le CX est doté sur strict minimum.

Facilement manipulable avec mes gants, il est doté d’un mousqueton je peux l’accrocher sur ma poitrine, ainsi je ne suis pas obligé de le chercher dans mes poches.

dragontac et skeletool
dragontac et skeletool

Quoi faire en cas d’inondation ?

Quoi faire en cas d'inondations ? Le Guide de Survie !

J’espère que ce guide vous a plu : J’ai tenté de le faire complet afin de vous préparer au mieux à ce genre de situations !

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

2 commentaires

Avatar
Bayou 17 octobre 2014 - 11h40

Merci pour ces quelques infos qui paraissent être aussi du bon sens mais trop peu souvent mises en pratiques malheureusement…c’est toujours bien en tout cas d’avoir l’avis de ceux dont c’est le métier d’être prêt à presque tout.
Question : as tu une règle de base pour chaque cas,par exemple, inondation : gagner le point le plus haut de la maison, tremblement de terre : sortir et aller le plus loin des habitations ou s’abriter chez soi … etc. Une sorte de première chose à faire, à notre charge ensuite de s’organiser pour le faire bien avec ce que tu viens de décrire dans le cas de l’inondation.

Répondre
Avatar
Redfish 20 octobre 2017 - 11h59

Je rajouterai aussi: Ne pas circuler à pieds dans les rues.
Les cas classiques:
-Bouche d’égout dont la plaque est partie, mais ça ne se voit pas à cause de l’eau boueuse… tomber dans le trou, vous vous faite aspirer par la force du courant, aucune chance de survie une fois sous terre.
-Element électrique à nus (zone de travaux par exemple) non visible une fois sous l’eau… risque d’électrocution (il y a eut le cas à Marseille lors des précédentes inondations).
-Sans parler de tout ce que vous ne voyez pas sous l’eau même si elle ne monte pas très haut (trou au niveau d’une zone de travaux, ferrailles de chantier, etc…).

Répondre

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Biscuits d'urgence - Convar

Cette ration d'urgence, sous format de biscuit de haute valeur énergétique, peut se conserver jusqu'à 20 ans ! Idéal pour votre BOB, EDV, EDC, etc.

Sursac Bivvi Bag

Juste parfait, ce sursac de couchage Snugpak est étanche, léger (270g avec sac de rangement) et respirant (tissu Paratex Dry).

Paracorde 550 Type III

Disponible en noire, mais également en plusieurs autres couleurs, cette paracorde de 4mm peut supporter jusqu'à 250 kilos !

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée