La paracorde : qu’est-ce que c’est ? Comment la tresser ? [GUIDE]

de Sven
Publié le : Dernière mise à jour le

En outdoor, particulièrement dans le domaine de la survie (avec les fameux « bracelets de survie » ou « bracelets de secours »), on entend rapidement parler de paracorde (ou paracord).

Mais…

On va répondre à toutes ces questions, directement dans cet article.

Qu’est-ce que la paracorde ?

Le mot « paracorde » est la contraction de « cord » et de « paratrooper ».

Autrement dit, « la corde des parachutistes ».

Plus précisément, il s’agit d’une corde qui a été inventée pour les parachutistes américains (paratroopers) durant la seconde guerre mondiale.

En réalité, elle était utilisée dans toute l’armée américaine comme cordelette « tout usage » : on s’en servait pour accrocher de l’équipement, réparer des lanières, remplacer des lacets, accrocher des branches sur les véhicules (pour les dissimuler), etc.

Son intérêt ? Pas cher, très solide, peut être fondue pour éviter qu’elles s’effilochent… et ayant fait ses preuves !

La paracorde est en nylon : elle est composée d’une gaine dans laquelle il y a généralement des filins.

Sa popularité a dépassé son époque puisqu’on la retrouve encore aujourd’hui très fréquemment, toujours comme petit cordage polyvalent, dans de nombreuses activités outdoor : bushcraft, nautisme, rando, survie, etc.

Les différents types / modèles de paracord

Il existe six différentes catégories de paracordes :

  1. Type I / Résistance à 45kilos / 1 filin central
  2. Type IA / Résistance à 43kilos / pas de filin
  3. Type II / Résistance à 181kilos / 4-7 filins centraux
  4. Type IIA / Résistance à 102kilos / pas de filin
  5. Type III / Résistance à 249kilos / 7-9 filins centraux
  6. Type IV / Résistance à 340kilos / 11 filins centraux

La plus connue est le Type III : Elle est généralement appelée « Paracorde 550 » (car 249 kilos = 550 livres).

A noter que, comme toute corde nylon, la paracorde peut s’allonger de 30%. C’est à dire que sous un poids important, et avant rupture, la corde s’allonge.

Les différentes couleurs

A l’origine, les paracordes étaient déclinées dans les couleurs militaires « classiques » :

  • noir
  • beige
  • vert feuille
  • vert kaki
  • rouge (médical)
  • orange (sauvetage)
  • bleu marine
  • gris
  • … et blanc !

Mais depuis la seconde guerre mondiale, cela a bien évolué.

Vous pouvez donc trouver aujourd’hui quasiment toutes les couleurs de vos rêves !

Également, certaines marques à destination du grand public proposent des paracordes phosphorescentes.

Quelle paracorde choisir / acheter ?

Comme précisé précédemment, la paracorde la plus fréquemment rencontrée (et donc utilisée) est la type III, ou paracorde 550.

C’est celle que je vous conseille.

C’est celle qui va offrir le plus grand choix de couleur, car la plus commercialisée auprès des civils (rappelez-vous : les militaires sont moins enjaillées par les couleurs flashy & cie). Vous les trouverez en couleur unie, mais également panachées.

La 550 est généralement composée d’une gaine tressée, entre 4 et 5 mm de diamètre, et de 7 à 9 filins (ou faisceaux). Sa résistance a la rupture est de 550 livres, soit 249 kilos.

Avec le temps, de nombreuses marques ont fortement innovées et proposent des paracordes « tunées » : phosphorescentes, avec un filin en chanvre (pour allumer un feu), un filin en fil de pêche (pour… bah, pêcher), etc.

C’est parfois gadget et c’est parfois utile : à vous de voir, selon vos besoins.

Enfin, pour information, certaines personnes appellent « paracorde » des cordages qui n’en sont pas : micro cord, nano cord, dyneema, etc.

Ça n’enlève cependant absolument rien à ces cordages qui peuvent présenter un réel intérêt, en fonction (une fois encore) de vos besoins.

Comment tresser la paracorde ?

C’est bon : vous avez fait votre choix de modèle et de couleur de paracorde… il reste maintenant à la tresser.

Enfin, pas nécessairement : vous pouvez vous en servir, comme on l’a vu, de nombreuses et différentes manières.

Mais ici, ce qui va nous intéresser, c’est le tressage !…

Tressage de paracorde : en dé pour languettes

Pour vous présenter correctement ce tressage, je dois d’abord vous mettre en situation…

J’ai toujours eu un problème avec les languettes de mes sacs.

Au bout de quelques mois ou semaines, elles se détachent toutes seules, peu importe la marque du sac ou le type d’attache.

J’ai donc cherché un type tressage en paracorde qui résisterait à une utilisation de tous les jours.

Je voulais des languettes suffisamment grosses pour pouvoir les attraper facilement avec des gants mais de tailles raisonnables pour ne pas gêner.

Il fallait également qu’elles puissent passer facilement dans les sangles latérales de compression afin de venir sécuriser les zips en voyage, comme sur la photo ci-dessous.

J’en ai aussi profité pour opter pour un système de codes couleurs que j’utilise pour tous mes sacs et pochettes.

Plutôt qu’un classique mais certes efficace tressage cobra, je suis parti sur quelque chose de plus original.

J’utilise maintenant ce système depuis un an et j’en suis pleinement satisfait !

Les différentes étapes du tressage :

  1. Commencez par prendre un morceau de paracorde de plus ou moins 50 cm en fonction du nombre de dés que vous voulez réaliser et de la taille de la boucle souhaitée.
  2. Passez la dans la languette du zip et repliez la de manière à la diviser en deux brins de tailles égales.
  3. Prenez le brin de droite et passez le par dessus le brin de gauche.
  4. Puis venez le rabattre sur le droite en passant par dessous.
  5. Avec le brin de droite, formez une boucle et repassez le brin de droite sous le brin de gauche.
  6. Pincez le nœud pour le maintenir. Attrapez le brin de gauche et passez le par dessous dans la grande boucle du haut.
  7. Rabattez le brin de gauche pour le passer dans la boucle de droite par le dessus : Vous devriez obtenir un joli carré.
  8. Il ne vous reste plus qu’à ajuster la taille de la boucle principale et de serrer le nœud.
  9. Renouvelez à votre convenance : Pour mes sacs, je fais en règle générale trois petits dés et seulement deux pour les pochettes.

Tressage de paracorde : le bracelet de survie

L’idée du bracelet de survie est d’avoir à son poignet plusieurs mètres de paracordes « bien rangées / tressées », facilement utilisables au besoin :

  • Pour attacher une bâche ou des branches ensemble, afin de faire un abri,
  • Remplacer un lacet de chaussure,
  • Remplacer une ceinture de pantalon,
  • Faire un garrot (attention à bien savoir l’utiliser !),
  • Remplacer un manche de couteau (exemple avec ce couteau),
  • Faire une corde de remorquage,
  • Etc, etc.

En fonction des modèles de tresses choisies, vous avez également potentiellement un fil de pêche ou de chanvre, idéal pour allumer un feu en situation de survie.

Le tuto DIY :

Tressage : stocker facilement de la paracorde

Dernière idée : stocker facilement votre paracorde, de manière compacte, mais également (et surtout) facile à utiliser.

Entre nous, cette méthode me semble plus utile et pratique que le bracelet… même si vous ne l’avez pas au poignet.

Comme toujours, c’est à voir en fonction de vos besoins.

Et vous, quels usages avez-vous de la paracorde ?

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

1 commentaire

Avatar
Laird Eric de Glencoe 15 juin 2016 - 16h01

Perso mes 3 écheveaux de 550 sont très rapide et vrille tout le temps .
Je dévrille tout en enroulant la partie faite , mais rien à faire .
Et je parle pas des tentatives de tressage avec .

Répondre

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée