Sculpter / tailler une cuillère en bois : Guide, étape par étape

de Sven

Je suis un sculpteur de cuillère amateur.

Plus exactement, je suis un « sculpteur de feu de camp ».

Une randonnée, un bivouac, un feu de camp, le ciel, la nature, un peu de temps, mes couteaux…

Voyez le genre ?…

Je vous livre donc ici mon expérience, probablement pas déontologique, mais empreinte de beaucoup de plaisir et de beaux moments… avec à la clé, tout de même, des cuillères en bois qui me servent dans la vie de tous les jours et lors de mes escapades (randonnées et bushcraft).

Quel matériel faut-il pour sculpter une cuillère en bois ?

Voici une première bonne nouvelle : il vous faut en tout et pour tout uniquement un couteau.

Alors… idéalement, évitez le couteau de poche et privilégiez le couteau de camp.

Ces derniers ont généralement une meilleure prise en main (donc plus de sécurité) et une lame fixe plus longue et plus solide que les couteaux de poche.

Cela va vous permettre, entre autre, de pouvoir faire du bâtonnage (j’en reparle plus bas… mais en gros, l’idée est de fendre une bûche en tapant sur la lame).

Et pour faire le creux de la cuillère ?!

Là, deux options s’offrent à vous :

  1. le bout de charbon brûlant
  2. le couteau croche

L’option 1 consiste à poser un bout de charbon sur votre bout de bois (future cuillère) et de l’attiser afin qu’il brûle sa surface et, au fur et à mesure, créait un creux.

C’est la solution la plus longue, mais celle qui ne nécessite aucun matériel.

L’option 2 consiste à s’équiper d’un couteau avec une lame recourbée (comme un « crochet »), spécialement conçu pour creuser le bois.

Sculpter / tailler une cuillère en bois : Guide, étape par étape

Quel bois choisir ?

En randonnée, j’ai tendance à dire : celui qu’on trouve !

Vous savez, il y a souvent sur le bord des chemins creux des tas de bois (bûches et bûchettes)… il vous suffit alors d’en choisir un à la bonne taille (celle de la largeur de la cuillère + 1cm environ) et ça fera bien l’histoire.

Cependant, il y a tout de même des bois plus faciles à travailler que d’autres.

Plus tendres.

Je pense entre autre au :

  • tilleul,
  • peuplier,
  • marronnier,
  • aulne,
  • cèdre,
  • pin,
  • sapin…

Un peu plus dur, mais encore tout à fait acceptable, on a le :

  • noisetier,
  • bouleau,
  • mélèze,
  • cyprès…

Mais si vous êtes motivés, sachez qu’on peut tout à fait tailler des bois durs comme le :

  • chêne,
  • frêne,
  • hêtre,
  • charme,
  • érable,
  • pommier (et tous les fruitiers en général),
  • olivier,
  • noyer,
  • robinier…

Ils nécessiterons cependant plus d’effort et useront plus rapidement les lames de vos couteaux.

Cependant, ils sont quasi obligatoires si vous souhaitez faire de la sculpture de détails (car ils ont une meilleure tenue globale).

Faut-il du bois sec ou du bois vert ?

C’est vous qui voyez !

Les deux sont absolument possibles, mais il est important de retenir que :

  • le bois vert est plus facile à trouver et se sculpte plus facilement (car il est plus tendre)… mais il faut faire attention au séchage
  • le bois sec est plus dur à travailler mais on n’a pas à se préoccuper du séchage

Comment s’y prendre ? Étape par étape !

Bon, pour les photos ci-dessous, j’ai récupéré une buchette d’un tas de bois dans un chemin creux.

Je l’ai choisi relativement droit (mais on peut très bien volontairement faire des cuillères avec des manches courbés) et suffisamment long pour faire une cuillère de cuisine.

Il s’agit d’un bois dur que je n’ai pas su identifier (je suis plus un gars de feuille que d’écorce)… mais si vous avez une idée, ça m’intéresse que vous me la partagiez en commentaire !

Note : dans le doute, je vais m’assurer de bien faire sécher la cuillère avant utilisation, au cas où la sève puisse être toxique.

Concernant la technique, il en existe de nombreuses et certaines (très) probablement meilleures que la mienne.

Mais vu que c’est moi qui écrit cet article… bah, vous aurez la mienne (pas de bol).

1 – Je débute par le bout creux de la cuillère

Je commence toujours par enlever l’écorce et aplanir la zone où je prévois de faire le creux de ma cuillère.

On travaille toujours dans le sens de la fibre du bois.

Puis, je démarre le dit creux.

Dans le cas présent, très principalement avec le couteau croche (bien que j’ai testé de le faire via une tablette d’alcool solide, utilisé normalement pour le réchaud. Spoiler : ça ne fonctionne pas des masses ; d’où le côté légèrement brûlé sur les photos).

Une fois que je suis certain que j’ai globalement réussi la forme que je souhaitais avoir, on peut passer à l’étape N°2.

Ci-dessus : Idée à la con N°7561 (j’ai voulu voir si je pouvais remplacer le charbon avec un bout d’Esbit (alcool solide pour le réchaud) pour faire le creux. Résultat : Alors… oui… mais non. Plutôt non, d’ailleurs.

2 – Je fends la buchette en deux

Vous pouvez tout à fait commencer par cette étape… puis faire ensuite le creux de votre cuillère.

Ça revient au même.

Pour fendre la buchette en deux, j’ai tout simplement utilisé la technique du bâtonnage.

Cela consiste à utiliser votre couteau de camp comme « coin » :

  • Vous le positionnez à l’endroit ou vous souhaitez fendre votre bout de bois
  • … et vous frappez ensuite dessus à l’aide d’un autre morceau de bois

3 – J’attaque le manche

Là encore, afin de gagner du temps, je fais principalement du bâtonnage.

Je pense que les images seront plus explicites qu’une explication à l’écrit.

4 – On affine et on sculpte !

Ça y est, le dégrossi est terminé.

Il ne reste donc « plus qu’à » affiner le tout en sculptant doucement (mais sûrement) le manche et le contour du creux de la cuillère.

Faites attention : on a vite fait de faire un mouvement brusque et d’enlever une pièce de bois qui n’était pas prévu.

Pour cette cuillère « grossière », cela m’a pris environ 2 petites heures (tranquille, tranquille).

5 – Une p’tite finition ?

Si vous le souhaitez, il vous est possible de faire une petite finition sur vos cuillères et autres ustensiles bushcraft !

Pour ma part, une fois de retour de mon bivouac, j’ai simplement passé deux coups de papier de ponçage (un gros grain, puis un petit grain) et je l’ai huilé (à l’huile d’olive).

Avec finition – a coté de « copines » d’un précédent bivouac
Avec finition – a coté de « copines » d’un précédent bivouac

A lire aussi

S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Sac d'évacuation - 1 personne

Pensé pour les situations de crise qui nécessitent une évacuation rapide (ouragan, séisme, inondation...). Sac développé avec les conseils des équipes de Secouristes sans Frontières.

Ration Militaire - 3000 kcal

Ration de combat alimentaire, de l'armée, pensée pour 24h : petit déjeuner, déjeuner, dîner et compléments. Haute valeur énergétique.

Assortiment Lyophilisé

Sélection des 10 meilleurs repas lyophilisés et déshydratés : Real Turmat, Expedition Foods, LyoFood, Adventure Food, Trek'n Eat, Mx3, Travellunch, Voyage, Tent Meals et Firepot.

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée