La machette : les différents types et usages, son histoire et origine

de Sven

Petite épée ou grand couteau, la machette fascine la plupart des gens avides de voyages et d’aventures.

Elle est l’outil iconique des férus d’activités outdoor et de balades en forêts, idéalement tropicales pour compléter l’image d’Épinal !

Cet outil accompagne certains survivalistes, les jardiniers écologistes les pêcheurs et surtout les amateurs de bushcraft.

Une machette se révèle très utile lors des virées en forêt (ou dans la jungle), pour se frayer un chemin à travers les massifs, les ronces et les orties… mais aussi pour le fendage ou le batonnage.

Allez, on vous dit tout !

Qu’est-ce qu’une machette et quelle est son origine ?

La machette est reconnaissable par son manche court (généralement en bois) et son épaisse et longue lame (40-50cm environ), qui lui confère de multiples fonctions.

Pratique et ultra-léger, la machette peut se manier facilement d’une seule main.

C’est avant tout un outil agricole et forestier, mais on lui a trouvé au fil du temps d’autres utilités :

  • défricher / débroussailler,
  • se frayer un chemin dans une végétation dense,
  • couper des branches ou de petits troncs (mais on préférera la scie et la hache)
  • ouvrir des fruits à coque (on pense à la noix de coco, évidemment),
  • récolter (de la canne, mais également diverses céréales),
  • tailler du bois (bushcraft),
  • servir comme couteau de camp, modèle XXL,

L’origine du mot « machette » viendrait indirectement du latin « mattea », qui veut dire massue.

On l’appelle aussi coupe coupe, coutelas, bolo, sabre d’abattis, sabre d’abattage ou encore sabre à canne… en fonction des lieux et des époques.

Il en existe de tous types et de toutes formes, comme on peut le voir sur des sites spécialisés, comme par exemple T.A Defense.

Car le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un outil extrêmement populaire dans de nombreuses régions du monde : Afrique, Asie, Amérique du Sud…

D’ailleurs, la machette africaine se retrouve sur le drapeau de la République d’Angola. Elle est surtout utilisée là bas pour la chasse, la pêche, préparer les repas et pour casser les fruits durs.

Comment la machette a-t-elle évolué au fil du temps ?

À l’origine, et comme j’ai pu vous le présenter, la machette est un outil de travail agricole classique, très utilisé dans les pays au climat chaud et humide.

Elle permet avant tout de se frayer un chemin à travers une végétation dense, de récolter la canne à sucre ou d’ouvrir les cabosses de cacao ainsi que les noix de coco.

Mais sa fonction a évidemment été détournée au fil du temps, comme durant la guerre du Vietnam, où les G.I américains s’en servaient également comme arme blanche.

On a également régulièrement vu cet outil utilisé lors des révoltes et guerres civiles, car très largement répandu dans les campagnes et les villes.

On pense par exemple aux massacres perpétrés dans certains pays africain, dont le Rwanda.

D’ailleurs, la machette n’a pas toujours eu bonne réputation, et fut surnommé « l’arme des lâches » par les Rwandais.

Aujourd’hui, elle est également très présente dans la culture populaire, aussi bien dans les séries (The Walking Dead, Z Nation, ) qu’au cinéma (Vendredi 13, Blood Diamond, Bests of No Nation, Lord of War…).

La machette est également mise en avant dans les jeux vidéo comme Fallout, Resident Evil, Left 4 Dead 2, Wasteland ou encore Far Cry, pour ne citer qu’eux.

Quels sont les différents types de machettes ?

Car oui, il existe différents types de machettes !

Leur design et leur forme varient selon leurs utilisations, et on a ainsi donc pu voir apparaître différentes variantes issues de diverses régions du monde, et de diverses époques.

Chaque peuple a ainsi confectionné l’outil qui lui correspond, selon la nature qui l’entoure et l’utilisation qu’il devait en faire.

Autrement dit, chaque machette a une utilité précise : Choisissez donc votre machette en fonction de vos attentes !

Voici les principaux types de machettes :

La machette canne à sucre

Surnommée aussi « Panga » ou « Tapanga », la machette canne à sucre est avant tout un outil utilisé pour couper la canne, le bois, les lianes ou les fruits à coques.

On la retrouve en Amérique du Sud, dans les DOM-TOM, en Afrique et dans les Caraïbes.

La particularité de sa lame est qu’elle dépourvue de pointe et se termine en angle droit.

La machette : les différents types et usages, son histoire et origine

La machette latine

C’est la machette comme on l’imagine souvent, avec son design classique proche du sabre (d’ailleurs, on l’appelle Sabre à Cannes à la Réunion).

La machette latine se révèle particulièrement légère, avec une lame très souple. Facile à aiguiser.

Idéale pour les travaux de débroussaillage, par exemple.

Une marque connue et appréciée : La Tramontina.

La machette bolo

Bien que son design soit un peu similaire à celui de la latine, la machette bolo se distingue par son poids : elle est nettement plus lourde.

En effet, de la matière est rajoutée au bout de la lame pour gagner en inertie et en puissance.

Une particularité indispensable lorsque vous devez entamer de gros travaux.

La machette thaïlandaise

On retrouve plusieurs types de machette sous cette appellation.

Il y a tout d’abord des machettes dont la lame ressemble à la kukri népalaise. Je pense notamment à la nep, enep ou etoh.

Mais on parle également de machette thaï pour une machette traditionnelle avec un long manche (idéale si on veut la prendre à deux mains).

La machette-serpe (ou serpette)

Comme son nom l’indique, cette machette se distingue par son design en forme de serpe (aussi appelée « tête d’oiseau »), et par une lame rigide et très épaisse.

C’est une machette avec un poids bien équilibré et qui n’est donc pas idéale pour débroussailler sur la durée, au risque de se fatiguer.

Par contre, elle est simple et agréable d’utilisation, idéale pour la coupe à la volée et peut même servir à bâtonner ou être utilisée comme couteau de camp.

La machette parang

Elle nous vient de Malaisie et peut servir de couteau de camp, ou couteau de chasse.

La particularité de sa lame est qu’elle est divisée en trois parties :

  • le bout de la lame et les 10 premiers centimètres sont très affutés, et sont utilisés pour le dépeçage.
  • la partie médiane de la lame, beaucoup moins affûtée, sert à la découpe de petit bois et à tous les usages commun d’une hachette.
  • enfin, la partie qui remonte au manche, qui sert à la découpe de précision : sculpter du bois ou de l’os, etc.

La machette kukri

Cette machette, qu’on appelle aussi le « couteau Gurkha », est facilement reconnaissable par le design de sa lame courbée.

Elle fait généralement entre 500 et 950 grammes, et ne dépasse pas les 40-45 centimètres (manche compris).

C’est un outil népalais, également utilisée comme arme ou comme objet d’apparat. Elle fait aussi partie de l’équipement de base des soldats Gurkhas, régiments de combattants népalais recrutés dans les armées britanniques et indiennes.

La machette : les différents types et usages, son histoire et origine

La machette Golok

Celle-ci nous vient d’Indonésie !

Elle se compose d’une épaisse lame en acier, rectiligne, et d’un pommeau courbé.

C’est ce modèle qui est utilisé par l’armée britannique.

Les autres types ?

Il en existe de nombreux autres, comme la Barong, la Bowie, la Heavy, la Colombienne, la Tactique, etc.

Une fois encore, chaque modèle vous permet de réaliser certaines tâches (et certaines tâches uniquement !), donc à vous de définir VOTRE utilisation.

Quelles sont les utilisations de la machette ?

Comme je viens de le dire, cela dépend du type de machette : certaines sont légères et flexibles, d’autres volontairement plus lourdes et robustes.

Si vous hésitez sur le besoin, privilégiez une machette qui a été conçue pour pour être la plus polyvalente possible :

  • se frayer un chemin dans la verte (on appelle ça « layonner » !)
  • couper du petit bois,
  • élaguer de jeunes branches,
  • défricher une zone pour installer votre campement,
  • servir comme couteau de camp (si elle est courte),
  • faire levier (si lame rigide),
  • creuser (en fonction des modèles),
  • sectionner des câbles,
  • sculpter des hérissons (feather sticks) pour le feu de camp,
  • débroussailler votre jardin ou votre potager (maïs, céréales, engrais verts…),
  • tailler des branches pour faire un abri en bois et feuillages,
  • cuisiner : couper de la viande ou des légumes,
  • se défendre (en cas d’extrême urgence, contre un animal sauvage par exemple),

Quoi qu’il en soit, au moment de choisir votre machette, posez-vous ces questions :

  • Quelle longueur ? Il en existe de différentes tailles, que ça soit pour la lame ou le manche. Une lame de 25, voire 33 cm de long, a une portée plus limitée qu’une lame d’une longueur de 55 cm, qui offre quant à elle une grande amplitude et force de coupe. Elles sont toutefois plus encombrantes et difficiles à transporter.
  • Quel matériau ? Là encore, on parle de la lame et du manche. Pour la lame, il faudra privilégier un acier solide à haute teneur en carbone, pour une plus grande résistante et durabilité. Côté manche, ça sera généralement bois ou matériaux moderne (TPR, micarta…).
  • Quel visuel ? Lorsqu’on se balade en forêt avec une machette, et qu’on croise d’autres personnes, le look « low profile » a son importance. Particulièrement si, lors de votre randonnée, vous traversez des villages ou des villes.

Quoi qu’il en soit, et si possible, je vous conseille de faire des tests avec plusieurs machettes, pour voir si leurs maniabilités vous conviennent à l’utilisation, si le manche est confortable, ne glisse, pas, etc.

Combien coûte une machette et où en acheter ?

Pour se procurer une machette, il faut prévoir au minimum une dizaine d’euros : je pense entre autre à la Tramontina, qu’on trouve partout dans le supermarchés en Guyane, à la Réunion, à la Guadeloupe, etc.

Pour une machette plus technique, plus lourde ou de meilleure qualité (acier), il faut compter une cinquantaine d’euros au minimum.

Le prix d’un modèle haut de gamme, quant à lui, avoisine les 150 euros.

Si vous n’êtes pas dans les DOM-TOM mais en France métropolitaine, il faudra plutôt vous tourner vers des sites spécialisés, ou vers des surplus militaires.

Là, vous aurez des choix de formes, matières et styles à vous faire tourner la tête… mais pensez utilité avant look et design.

Pour finir, sachez qu’il s’agit d’une arme de catégorie D et qu’il est systématiquement nécessaire de fournir une pièce d’identité dans le cadre de son achat. La vente de ce type d’outil est interdite aux personnes de moins de 18 ans.

Rappel : Toute autre utilisation que celles dont nous faisons état dans cet article est interdite et une machette ne doit pas être considérée comme une arme à part entière.

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Filtre à eau Berkefeld

Un des meilleurs filtres à eau à gravité du marché. Purifie votre eau des sédiments, bactéries, parasites, kystes, odeurs, produits chimiques, dérivés chlorés ou encore métaux lourds.

Sac à dos Urban 22L - TT

Nouveauté chez Tasmanian Tiger : Un sac au look totalement urbain. Vous bénéficiez ainsi de la qualité et des avantages du sac militaire (modulaire, système MOLLE, etc.) et du low profile !

Rations de survie

Trois chiffres pour ce biscuit de survie Convar-7 : 125 grammes / 614 kcal / se conserve 20 ans. En bonus, c'est bon et multi-vitaminé !

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée