Briquet solaire : Comment allumer un feu ? Mon Test et Avis

de Sven
Publié le : Dernière mise à jour le

Lorsqu’on souhaite allumer un feu lors d’un bivouac, ou en situation de survie, il y a plusieurs solutions qui s’offrent à nous :

  1. Le briquet gaz,
  2. Le zippo essence,
  3. L’allumette,
  4. Le firesteel,

… et en général, le choix s’arrête là.

Car, oui : je pourrai aussi évoquer le duo silex-marcassite (ambiance préhistoire), ou encore l’allumage par friction, mais vous conviendrez que c’est un poil moins accessible au grand public et que ça nécessite quelques savoir-faire.

Pourtant, il existe bel et bien une autre solution, qui est tout simplement l’utilisation du soleil !

C’est en tout cas la promesse faite par le « briquet solaire ».

Est-ce que ça marche ? Dans quelle condition ? Est-ce réellement utile ou gadget ?…

Je vous dis tout ça (et plus) dans ce retex.

Qu’est-ce qu’un briquet solaire ?

Le briquet solaire est un allume feu qui concentre les rayons solaires en un point précis, amenant le dit-point (et tout ce qui s’y trouve) à incandescence.

Autrement dit, il « capte » de nombreux rayons sur ses miroirs incurvés, qu’il dévie (par réflexion) et qu’il concentre sur votre amadou.

L’amadou chauffe, s’enflamme : fin du game.

Enfin, presque…

Quel briquet solaire ai-je testé ?

Avant d’aller plus loin dans ce test, et que je vous raconte ce que j’ai apprécié (et moins aimé) avec ce briquet, et également les difficultés que j’ai rencontrées, je me dois de vous présenter la bête.

J’ai testé le briquet solaire Suncase Gear, de chez Solar Brother.

C’est une boite française qui assemble ses produits avec des matériaux issus très majoritairement de France. #cocorico

Le Suncase est une innovation brevetée, fabriquée à 70% avec des matériaux recyclés, qui a pas mal d’avantages techniques :

  • léger : 12 grammes
  • relativement compact : 7,5cm x 3cm x 2cm
  • waterproof : fonctionne même mouillé
  • windproof : fonctionne même si il y a du vent
  • les miroirs peuvent servir à faire des signaux de secours
  • ergonomique : facile à prendre en main
  • économique : 12.95€, à mettre en lien avec « l’énergie gratuite » utilisée (le soleil)

Le fabricant donne deux autres avantages, que j’aurai tendance à relativiser un poil

Tout d’abord le fait que les « miroirs sont incassables ».

C’est fondamentalement exact car ces derniers sont souples… mais la structure du briquet (sur lesquels sont les miroirs), elle, n’est PAS incassable.

Également, il met en avant le fait que le briquet est fonctionnel 24h/24h, grâce au fait qu’il soit « bi-énergie ». C’est à dire que le Suncase est conçu pour accueillir un briquet gaz (Bic mini) qui prend le relai du briquet solaire, la nuit ou par temps nuageux.

Ok…

C’est en effet un bon argument, comparativement à d’autres briquets solaires, mais je ne le qualifierai pas pour autant de bi-énergie, puisqu’il s’agit en réalité de deux objets distincts.

Note : Le briquet gaz s’intègre directement dans le suncase, pour un encombrement moindre, et on peut utiliser le briquet solaire sans enlever le briquet gaz.

Quels sont les différents types de briquets solaires ?

Je viens de très rapidement évoquer le fait qu’il y avait d’autres types de briquets solaires : C’est en effet le cas !

Par exemple, il y a un briquet solaire en forme de parabole.

Il est généralement proposé à un tarif plus abordable (4 à 10€), mais est plus lourd (30 grammes), plus volumineux (10cm x 10cm x 3cm) et, d’après les retex que j’ai pu lire, beaucoup plus fragile.

Briquet solaire : est-ce que ça marche vraiment ?

Quand j’en ai parlé à la communauté NoPanic sur Facebook, les premiers avis étaient septiques, voire mitigés.

Ce sont des avis qu’on retrouve également un peu partout sur la toile, que ça soit en avis produits sur les boutiques, en articles retex ou en vidéo Youtube.

Cependant, chez NoPanic, il en faut plus pour nous décourager… et on aime se faire notre propre avis !

Du coup, on est partis le tester…

Test en situation réelle : lors d’une sortie bivouac

Pour être totalement transparent avec vous, j’ai d’abord testé ce briquet solaire dans mon jardin.

Objectif : comprendre son fonctionnement, ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, à quelle heure, avec quelle météo…

Voici donc quelques bases :

  • les branches du briquet sont en verre fumé, pour éviter de se cramer la rétine
  • il faut faire dépasser l’objet à allumer (l’amadou) de 2mm à l’intérieur du Suncase
  • l’objet doit idéalement faire minimum 5mm (pour bien être fixé dans la « pince »)
  • à condition qu’il fasse soleil, en été, ça fonctionne toute la journée (jusqu’à 21h00 au moins)
  • si votre objet est blanc / clair, accrochez-vous avant que ça prenne (y compris du simple papier) : la couleur réfléchit trop les rayons du soleil
  • si votre objet est foncé, vous aurez les premières fumées en quelques secondes
  • vous n’obtiendrez JAMAIS de flamme avec ce briquet, mais des brandons / braises (on recherche en réalisé l’auto-combustion de l’objet)

Une fois la théorie validée, je l’ai évidemment embarqué pour le tester en situation réelle dans une petite rando-bivouac autour d’un lac.

Voici la règle du jeu : réussir à démarrer un feu avec le briquet solaire Solar Brother, sans aucun amadou ou starters.

Car oui, c’est trop facile sinon !

J’ai vu pas mal de vidéos retex où les testeurs se servent de coton carbonisé pour démarrer leur feu… C’est un peu comme tester une allumette sur une bonbonne de gaz : ça devrait marcher, mais ça ne prouve pas grand chose !

Pas de ça chez nous, donc : il va falloir se débrouiller avec ce qu’on trouve sur place.

Après quelques heures de marches (et une baignade, je plaide coupable), je me suis donc posé dans un endroit au hasard (sinon qu’il fallait une jolie vue, tant qu’à faire) et j’ai ramassé ce que j’ai trouvé autour de moi.

Dans le cas présent, quelques branches et feuilles mortes, ainsi qu’une des amas de « feuilles et de vase » séchées.

J’ai ensuite essayé de brûler les différents objets :

  • la feuille brûle instantanément, mais évidemment ne fait pas de braise
  • le bois brunit et, au bout de quelques minutes, devient un tison
  • la feuille-vase séchée part quasi instantanément en braise

Une fois qu’on a une braise, il faut la transvaser dans un « nid » qu’on aura préalablement réalisé et qui sert à faire passer notre tison à flamme, puis à feu de camp.

Comme toujours, on fait ce nid avec ce qu’on a sous la main : feuillages, brindilles, écorce… le tout le plus fin et sec possible.

On pose le tison au milieu du nid, qu’on prend délicatement en main… et on souffle (doucement, puis sûrement).

Et là, miracle : j’ai fait du feu avec un briquet solaire en pleine nature.

Autrement dit : OUI, ÇA FONCTIONNE !…

Les limites du briquet solaire ?

Comme tout allume-feu (briquet, allumette, firesteel…), le briquet solaire a des limites.

Par exemple, j’ai rencontré quelques réelles difficultés lors du passage du tison, du briquet au nid.

Il est arrivé à plusieurs reprises que la braise s’éteigne instantanément. C’était principalement dû à un mauvais choix d’amadou ou à une exposition pas assez longue… mais aussi au fait qu’on ne peut plus entretenir le tison durant quelques secondes, du fait de la manip’.

C’est d’ailleurs, la seconde principale limite de ce briquet : il faut trouver le bon amadou et il faut un peu de savoir-faire.

Rien d’insurmontable, mais à prendre en compte.

« La seconde ? »

Bah oui…

La première limite d’un briquet solaire, c’est le fait qu’il faut du soleil.

Autrement dit, vous avez déjà une durée fixe de la journée où votre briquet est inexploitable, à savoir la nuit… et une durée aléatoire, en fonction de la météo et de la période de l’année.

Une autre alternative : la lentille

Quand on parle de faire du feu à partir de rayons du soleil, on a généralement tous le réflexe Castors Juniors + loupes

Ahhh, souvenirs, souvenirs…

Bref !… Si la source de chaleur, entre la lentille et le briquet solaire, est la même (à savoir le soleil), les principes physiques qui régissent la combustion de notre bout de papier diffèrent.

D’une part, nous avons la lentille (par exemple une loupe, qui est une lentille convergente). Elle capte les rayons du soleil (parallèles) qui, en la traversant, se rejoignent (convergent) en un point unique.

C’est le principe de la réfraction.

D’autre part, nous avons les briquets solaires qui utilisent des miroirs. Cette fois-ci, les rayons solaires ne traversent pas mais sont simplement réfléchis et donc déviés vers un point unique.

C’est le principe de réflexion.

D’un point de vue pratique, il y a théoriquement plus de perte de chaleur dans le cas de la réfraction (lentille) que dans le cas de la réflexion (briquet solaire).

Concrètement, cela signifie que si vous souhaitez vous équiper d’une loupe pour démarrer un feu, il en va en falloir une de grande taille : on oublie les petites loupes de quelques centimètres de diamètres.

J’ai testé !… et j’ai préféré

Avec le briquet solaire Solar Brother, j’ai également pris leur « Adventure Kit« .

Il s’agit d’une petite pochette jaune fluo (difficile à égarer) composée de 4 éléments :

  • une lentille solaire souple (dite la « firecard »)
  • un miroir souple (dit le « miroir de survie »)
  • une fiche plastifiée avec le code morse
  • une pochette qui contient le tout

Je vais pas vous la faire à l’envers : j’adore ce kit.

La pochette fait 10cm x 14cm x 2mm d’épaisseur et seulement 25 grammes.

Le miroir souple est incassable, utile pour faire des signaux d’urgence ou simplement communiquer à très longue distance… et indispensable comme miroir de complaisance : pour se coiffer le matin après une nuit en bivouac difficile, ou pour s’enlever une sangsue dans le dos.

La fiche plastifiée morse a toute les infos dont on a besoin.

Et enfin, la lentille…

C’est une carte souple, totalement incassable et totalement waterproof.

Il suffit de poser votre amadou directement dans votre nid, de placer dessus correctement le point lumineux créé par votre lentille (distance et angle), légèrement souffler et c’est parti…

En conclusion ?

Mon avis sur le briquet solaire Solar Brother

Le briquet solaire fonctionne réellement, malgré ses limites intrinsèques (météo, nuit), à condition de bien maîtriser la technique du nid et d’avoir les bons amadous sur son site de bivouac.

De fait, il n’est évidemment pas suffisant comme seul allume-feu (et c’est d’ailleurs, j’imagine, pour cette raison que Solar Brother a créé ce dock pour un briquet gaz).

C’est donc, pour moi, un allume-feu complémentaire (de secours) à l’allume-feu principal (briquet / firesteel).

Côté expérience, une fois maîtrisé, c’est vraiment très agréable à utiliser… exception faite de ce passage délicat du briquet au nid, où il y a clairement des ratés (en ce qui me concerne).

Est-ce que j’adopte ce briquet pour mes futures sorties ? Non, à cause de cette difficulté.

Par contre, je vais le garder chez moi, pour m’amuser et prendre du plaisir lors d’un allumage de barbeuc’ par exemple.

C’est aussi à mon sens un très bon outil didactique pour expliquer à votre entourage l’intérêt (et la puissance) du soleil pour la cuisson, le séchage, etc.

Note : il est idéal pour les fumeurs ! Les cigarettes s’allument toute seules… et comme vous ne pourrez pas fumer les jours nuageux, votre santé en bénéficiera également.

Mon avis sur la lentille (et plus globalement du Adventure Kit)

Pas vraiment de suspens puisque je l’ai déjà dit plus haut : j’ai une préférence pour cette lentille.

Plus simple d’utilisation, plus légère, incassable… je n’y vois que des atouts, exception faite qu’il s’agit là aussi évidemment d’un allume-feu secondaire.

Parfait pour un EDC ou un sac d’évacuation, j’aurai d’ailleurs appelé ce kit « Survie » plutôt que « Adventure ».

Toujours est-il que, peu importe son nom, ce kit va maintenant m’accompagner dans TOUTES mes sorties, sans exception. #jesuisfan

Et vous, votre avis ?

Vous avez déjà testé l’un ou l’autre ? Un autre briquet solaire ?

Dites-nous tout en commentaire !

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

Découvrez notre sélection 😍

Le top de la crème de nos Partenaires... rien que ça !

Biscuits d'urgence - Convar

Cette ration d'urgence, sous format de biscuit de haute valeur énergétique, peut se conserver jusqu'à 20 ans ! Idéal pour votre BOB, EDV, EDC, etc.

Sursac Bivvi Bag

Juste parfait, ce sursac de couchage Snugpak est étanche, léger (270g avec sac de rangement) et respirant (tissu Paratex Dry).

Paracorde 550 Type III

Disponible en noire, mais également en plusieurs autres couleurs, cette paracorde de 4mm peut supporter jusqu'à 250 kilos !

Et recevez mes actus, à lire au coin du feu 🔥🌲

Un seul email par mois maxi. Pas de pub' et cie : moi aussi, je déteste les SPAMs !

... et suivez-moi sur les réseaux sociaux ! 😉

NoPanic est un Magazine Web consacré à l’Outdoor, à l’Autonomie, à la Low Tech, et au Survivalisme / Prepping...

Toutes les semaines, on vous propose des articles, des dossiers, des guides et des tests de matériels.

La Citation du moment

"Noé n'a pas attendu qu'il pleuve pour construire son arche" - Auteur Inconnu

Ils nous soutiennent (merci !)

Lyophilisé & Co

Baroudeur Altitude

Les Survivalistes

Ces Partenaires permettent à NoPanic d’être 100% gratuit et sans publicité pour les visiteurs, mais également de se développer afin de vous offrir toujours plus de nouveaux contenus, actus, et cie.

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée