Notre test et avis sur les Sacoches BikePacking Ultralight (HPA)

de Mat & Thom
Publié le : Dernière mise à jour le

Grand amateur de vélo et en préparation de gros voyages, il y a quelque temps j’ai voulu m’essayer au bikepacking.

En cherchant le plus adapté à ma pratique, j’ai flashé sur les sacoches BIKEPACKING ULTRALIGHT de HPA.

Le bikepacking, par définition, c’est la rencontre minimaliste du vélo et du camping léger. On part à l’aventure avec le strict nécessaire et on s’adapte.

Ça peut être 3 jours, 3 semaines, 3 mois, 3 ans… Ou juste 3 minutes si on tombe et qu’on va à l’hôpital !

Et à chaque durée, à chaque projet, le matériel se doit d’être adapté.

N’étant pas prêt à partir 3 ans, j’ai déjà voulu partir 4 jours, sur 400km. Il me fallait donc des sacoches légères.

Présentation des sacoches BIKEPACKING ULTRALIGHT de HPA

Eh bien, pour être légères, elles le sont, ultra légères même ! Un peu moins de 400 grammes les deux sacoches !

Pour gagner du poids, pas de chichi, pas de gadget : juste une toile en nylon 320 enduit PU orange bien pétant.

À l’usage, ce sont vraiment deux gros sacs : 6 à 8 litres pour l’avant et 8 à 10 litres pour l’arrière.

Il n’y a pas de pochettes secrètes, de filets ou rangements adaptés.

Les sangles sont ajustables, à la manière d’un MOLLE, assez longues pour s’adapter (je pense) à tous les vélos.

La fermeture par enroulement, velcro et fermoir est idéale pour assurer l’étanchéité.

Les sacoches BIKEPACKING ULTRALIGHT sont prévues pour des trajets flash de courte durée, des courses comme le Paris-Brest-Paris, diagonales rapides ou brevet.

Ne comptez pas donc trop partir une semaine par exemple.

Notre test et avis sur les Sacoches BikePacking Ultralight (HPA)

Caractéristiques générales

Volumes

  • avant : 6-8 L
  • arrière : 8-10 L

Poids

  • avant : 160 g
  • arrière : 180 g avant

Matériaux : Nylon 320D enduit PU

Composition

  • Fermeture par Velcro et enroulement
  • Attache modulable et ajustable
  • Assemblage cousu et galonné
  • Étanchéité

Organisation

Ce qui rend les sacoches BIKEPACKING ULTRALIGHT si légères, mais aussi moins robustes, c’est l’absence d’armature ou de principe de rigidification propres à d’autres marques.

Il faut donc prévoir de bien les remplir, réfléchir comme une partie de Tétris ! On peut même aussi les mettre dans le mauvais sens…

Pour ma part, j’ai par exemple préféré ranger à l’avant mes fringues, mes papiers, ma petite bouffe de pédalage et toutes autres petites choses accessibles à la volée durant mon trajet.

Il faut savoir une chose : même si l’avant s’attache plutôt bien au cintre de son vélo, suivant le chargement, il faudra détacher la sacoche complètement pour accéder au contenu. Ce qui n’est pas un problème si l’on s’y prépare !

À l’arrière, j’ai préféré caser du petit matériel de réparation et de soin au fond proche de la selle, donc les choses qui ne me serviront quasiment pas, a priori. Puis, vers l’entrée de la sacoche, ma bouffe et mon petit matos de campement.

Comme ça, je n’ai à me servir de la sacoche arrière que deux fois par jour : pour manger dans la journée, et pour camper le soir.

Les sacoches BIKEPACKING ULTRALIGHT à l’usage

La sacoche arrière peut être amenée à ballotter si on n’anticipe pas une bonne fixation.

Les sangles glissent un peu de temps en temps. Rien de bien méchant, il suffit là aussi d’anticiper un peu et de les sécuriser.

Les passages de sangles « libres » sont idéaux pour y fixer d’autres choses, comme une popote, une gourde, un réchaud…

La fermeture par enroulement est top en deux points :

  • l’étanchéité bien sûr,
  • mais aussi la capacité à compacter les sacoches au fur à mesure de son périple (ça demande juste de revoir l’organisation de ses sangles).

L’usure de surface est plutôt rapide si l’on dépasse l’usage préconisé, mais sans exagérer.

Le nylon ne vaut pas un Cordura 1000 en solidité. Mais il offre surtout un gain de poids, et c’est bien ce qu’on attend de ce produit !

HPA prévient de la perte d’imperméabilité dans le temps, comme pour tous les tissus enduits, et préconise donc de ré-imperméabiliser de temps en temps.

D’ailleurs, voici une erreur à ne pas commettre : oublier un fond de gourde ouverte qui se vide dans la sacoche… L’étanchéité, c’est dans les deux sens, hein !

Avis

J’ai utilisé les sacoches BIKEPACKING ULTRALIGHT sur une sortie de 400km, entre Nantes et Brest, sur un trajet sans difficulté et sans performance.

Elles m’ont largement suffi.

En fait, elles deviennent vite indispensables à toute sortie courte de moins de trois jours.

J’ai eu quelques difficultés à bien positionner la sacoche arrière dans un premier temps. Mais ensuite, une fois bien arrimée, c’était parfait…

Il m’arrive régulièrement d’utiliser ces sacoches sur des sorties d’une journée, de 80 à 120 km. Surtout la sacoche avant, pratique pour emporter une veste, un coupe-vent, quelques outils et du ravitaillement.

Sachez enfin qu’au-delà de ces sacoches BIKEPACKING ULTRALIGHT, HPA propose une large gamme de sacs, sacoches et bagages techniques pour les amateurs d’outdoor, de pêche et d’aventure ! Ma petite préférée, c’est la Masta Pouch !

A lire aussi

Une question ? Un commentaire ?

En naviguant sur ce site, vous acceptez ses cookies, utiles pour vous offrir la meilleure navigation possible OK INFOS

Cookies & Vie Privée