Se repérer, lire une carte

Tom | le 25/04/2012

evil dead carte

EN BREF

Savoir se repérer est essentiel dans un monde sans internet ni GPS. Depuis combien de temps n’avez-vous pas ouvert de carte ni utilisé de boussole, hein? D’ailleurs savez-vous les utiliser? Dans ce guide, nous allons tenter de vous fournir les meilleurs conseils possibles pour trouver la station essence ou la pâtisserie la plus proche…

Accès rapide
- SE REPERER 
   - LIRE UNE CARTE 
   - UTILISER UNE CARTE 
   - UTILISER UNE BOUSSOLE
   - COMBINER CARTE ET BOUSSOLE
   - TROUVER LE NORD SANS BOUSSOLE
- CONCEVOIR UNE CARTE / UN PLAN
- CARTOGRAPHIE INTERACTIVE
- CONCLUSION

SE REPERER

Commencez par compléter votre packetage avec au moins une boussole et une carte. Premier conseil, n’attendez pas le dernier moment ou le Jour J pour chercher ces deux nouveaux compagnons, ça sera déjà trop tard. Un podomètre pourrait être utile, il calcule le nombre de pas que vous faites, donc une distance.

Pour les cartes, soyez exigeant et intelligent ! Vous habitez Surgères et prévoyez d’aller survivre chez votre beau-frère à Font-Romeu? Trouvez une carte de France, une carte départementale des Pyrénées-Orientales, une carte de Font-Romeu, et une carte des montagnes avoisinantes ! Et oui, si vous décidez de tenter votre chance là-bas, augmentez vos chances de survie en ayant une vue précise de votre Eldorado…

– LIRE UNE CARTE

Vous avez vos cartes et êtes prêt à partir, bien. Vous savez repérer la maison de Mamie et la cabane de votre beau-frère, vous savez qu’il faut prendre cette grande route rouge, bien. Il va être moins facile de connaître exactement le nombre de kilomètre à faire, et comme vous n’avez pas fait le plein de votre BX 4 TC vous ne savez pas où vous allez tomber en rade. Font-Romeu c’est haut, non? Combien d’altitude? Vous savez reconnaître ce petit triangle sur la carte?

Essayons de comprendre les grands principes d’une carte.

– Trouvez sur votre carte un chiffre étrange du genre 1:25000 ou encore 1:100000, c’est l’échelle de la carte. Ça va vous permettre de connaître exactement les distances entre deux points.

- 1:50000 indique que 1 cm sur la carte est égal à 50000 cm, soit 500 mètres sur le terrain.
- Une carte 1:25000 est donc plus précise qu'une carte 1:100000

Repérez les couleurs ! Elles ne sont pas là pour décorer et vous serviront à comprendre rapidement la nature du terrain où vous vous trouvez.

- Le vert représente la nature ! Parcs, forêts, prairies…
- Le bleu représente l'eau ! Rivières, fleuves, océans…
- Le rouge et jaune représentent les axes routiers.
- Le orange représente les villes, villages, agglomérations… Et parfois certain axes routiers. Même sans couleurs vous pourrez différencier une route d'une ville, sinon vous êtes déjà mordu.
- Le noir représente les roches. Falaises, grottes…
- Le marron représente la Terre. Montagnes, collines…

Repérez les symboles ! Géométrique ou non, parfois des lettres, ils ont tous leur définition propre.

Repérez les chiffres ! Ce sont des altitudes ou des kilométrage, parfois des numéros d’axes routiers…

A savoir que toutes les cartes contiennent une légende. Celle-ci vous fournit toutes les indications nécessaires à la lecture de la carte. Vous pourrez connaître la différence entre un trait noir en pointillés, une tache verte, et un rond blanc plein.

– UTILISER UNE CARTE

Maintenant que vous savez lire une carte, que vous savez différencier la forêt de Loire-les-Marais et le Pic de Chouette, que l’A10, qu’on appelle l’Aquitaine, correspond à l’E5 et qu’elle fait 543 km de long entre Paris et Bordeaux, vous avez plus de chances de survivre. Mais comme vous êtes perdu à la Renardière et que sur votre carte il n’y pas la distance en la Renardière et Font-Romeu, vous paniquez ! Lisez donc la suite.

Calculer une distance est très simple. Commencez par mesurer en centimètres la distance entre deux points. Utilisez l’échelle fournie par la carte : vous avez mesuré 3,8 cm et votre échelle est de 1:25000, alors 950 mètres séparent vos deux points !

Explication

Votre échelle est 1:25000, donc 1 cm sur votre carte correspond à 25000 cm, soit 250 mètres. Donc grâce à un simple calcul : 3,8 * 250, vous trouvez la distance séparant vos deux points.

C’est une distance à vol d’oiseau, rectiligne donc. Pour une distance entre deux points mais suivant une route avec des virages, placez un morceau de ficelle sur cette route le plus précisément possible, et mesurez cette ficelle. Utilisez la méthode décrite ci-dessus.

Calculer une altitude est encore plus simple. Sur une carte, l’altitude est présentée sous forme de courbes marrons. Si vous regardez bien, vous verrez que certaines de ces courbes sont accompagnées d’un chiffre, c’est l’altitude. Si vous voyez 287 sur une courbe, alors tout ce qui se trouve sur cette courbe est à 287 mètres d’altitude. Comment faire pour les autres courbes qui n’ont pas d’annotation?

Explication

Vous trouvez, sur la légende de la carte, qu'il y a x mètres d'altitude représentés entre chaque courbe. S'il y a 5 mètres, alors les courbes représentées à coté de la courbe 287 sont 282 et 292. Pour savoir laquelle est laquelle, il suffit de repérer plus loin celle qui est annotée 237 par exemple, ou 337. Vous pourrez alors définir l'orientation de la pente.

– UTILISER UNE BOUSSOLE

La boussole est un outil de navigation magnétique, elle vous permettra de vous orienter spatialement si vous savez vous en servir. Ce n’est pas si simple, voici donc la méthode d’utilisation.

Rappelons d’abord les points cardinaux, NORD, SUD, EST, OUEST, respectivement, N, S, E, O (ou W pour West). Ce sont des repères spatiaux internationaux, il y a un Nord et un Sud pour tout le monde, sauf pour ceux qui perdent le Nord. On trouve bien souvent des expressions comme NE pour désigner le Nord Est, ou encore SSO, pour le Sud Sud Ouest, et toutes les combinaisons possibles.

En détail, une boussole c’est : un boîtier, une aiguille blanche et rouge, un cadran gradué en degrés et mobile, et une aiguille ou flèche immobile. Elle va donc vous aider à trouver le Nord magnétique (différent, mais assez proche du Nord géométrique pour ne pas s’en soucier). Sachant qu’une carte est toujours orientée Nord, et que le coté rouge de l’aiguille magnétique de la boussole pointe toujours vers le Nord aussi, il est très facile de se repérer ! Posez donc votre carte à plat, posez votre boussole dessus, faites pivoter votre carte pour que l’aiguille pointe vers le Nord de la carte et hop ! Votre carte est orientée dans le bon sens !

– COMBINER CARTE ET BOUSSOLE

Maintenant que vous savez utiliser une carte et une boussole, que vous savez ou vous êtes, alors vous saurez vous déplacer. Si vous ne savez pas où vous êtes, errez jusqu’à trouver un panneau, un lac, une ville… Se déplacer avec une boussole et une carte est difficile à comprendre sans pratique mais essayer après avoir lu cette méthode est s’assurer de ne jamais se perdre.

-Première étape, trouvez le nord en posant votre boussole à plat sur votre carte.

-Posez le centre de votre boussole sur le point ou vous vous trouvez.

-Tout en maintenant la boussole pour que l'aiguille rouge pointe vers le Nord, faites pivoter le cadran pour que la flèche immobile se place en direction de l'endroit ou vous voulez aller.

-Vous avez trouvé votre direction, vous devrez marcher dans la direction de la flèche immobile.

Petit conseil : vous ne pourrez pas toujours aller tout droit, arrêtez-vous donc régulièrement à des endroits précis, routes, bornes kilométriques, aires de repos, panneaux, ou tout élément facilement repérable et indiqué sur votre carte. Vous pourrez alors rectifier votre direction en appliquant de nouveau la méthode ci-dessus. Notez sur votre carte chaque arrêt pour faciliter un éventuel retour ou prêter votre carte à un autre survivant.

– TROUVER LE NORD SANS BOUSSOLE

Vous êtes perdu car vous avez sauté les étapes de ce guide, vous n’avez bien sûr pas de carte et encore moins de boussole. Qu’il fasse jour ou nuit nous allons vous aider, comme toujours…

Il fait jour, vous allez pouvoir vous repérer grâce au soleil. Il se lève à l’Est et se couche à l’Ouest. Facile, non? À savoir, à midi, quand il est au plus haut, le soleil est au Sud, donc votre ombre pointe au Nord. Si vous ne voulez ni attendre midi, ni le lever ou le coucher du soleil, il existe une méthode avec votre montre à aiguille. Mais bon, perdu, paniqué, vous aurez oublié cette méthode.

La méthode de la mousse. Alors en fait… ah non, la mousse c’est des balivernes, elle pousse souvent au Nord certes, mais selon les vents dominants et différemment selon le type d’arbre. En bref, oubliez…

Il fait nuit, appliquez donc la méthode du soleil à la lune. Plus difficile en revanche, surtout s’il n’y en a pas. Si c’est le cas, trouvez l’étoile polaire !

Il peut être difficile de la trouver à cause de sa faible luminosité. Comme sur la photo ci-dessus, trouver la Grande Ourse, reportez la distance entre les deux dernières étoiles de la casserole, faites mijoter, vous tomberez sur l’étoile polaire, la Petite Ourse, et obtiendrez votre Diplôme en Rayonnements, Plasmas et Astrophysique. Et donc si vous faites face à cette étoile, vous regarderez par la même occasion… vers le Nord !

Si vous ne voyez ni la lune, ni les étoiles, inutile de vous dire que vous êtes dans un sacré paquet de merde… Mais il y a ce guide complet juste pour vous!


CONCEVOIR UNE CARTE / UN PLAN

Pour votre survie et celle de votre groupe, il sera nécessaire de concevoir des plans et des cartes. Mais attention aux dessins griffonnés sur des post-it qui s’avèreront illisibles et incompréhensibles une fois sur le terrain. Voici quelques conseils.

Dans un premier temps, apprenez à lire et à utiliser une carte grâce aux guides ci-dessus et faites profiter vos compagnons de votre savoir. Établissez des codes couleur, reprenez les couleurs standards citées plus haut: bleu pour l’eau, vert pour la nature, etc… Notez un maximum d’informations, noms de rue, distances, remarques personnelles, et tout ce qui pourra aider le lecteur du plan. Repérez aussi les endroits stratégique comme les abris, les points facilement identifiable (un calvaire, un arbre particulier…). Pensez à indiquer les zones à risque et les endroits visités. Identifiez les lieux riches en ressources et les autres où ils est inutile voir dangereux de s’aventurer. Quoi qu’il en soit, soyez précis et généreux.


CARTOGRAPHIES INTERACTIVES

Observer le monde permet d’anticiper beaucoup de problème, encore faut-il savoir quoi et où regarder, voici une sélection non exhaustive de carte informatives qui pourront vous être utiles. Cette carte RSOE EDIS recense en direct les divers accidents importants (médicaux, catastrophes naturelles, pollutions, etc.)


CONCLUSION

Vous savez dès lors vous repérer dans l’espace. N’attendez pas le jour J pour vous entraîner, commencez dès aujourd’hui à prendre l’habitude d’observer votre environnement, repérez les espaces qui pourrait être sécurisés. Organisez votre fuite, depuis votre lieu de travail ou votre maison, sachez où partir et par quel chemin. L’anticipation est la clé de la survie.

  • Manu Bourquardez

    Un article a ne pas prendre a la légère ! Je sais pas expérience qu’une fois sur le terrain, sa n’a plus rien a voir avec la carte et demande une certaine observation et habitude pour ne pas ce perdre ou aller dans une mauvaise directions.

    • NoPanicfr

      je confirme!

  • Benoit Devault

    Le podomètre comme vous dite peut-être pratique…..mais on fait quoi quand les piles lâche???Pour ma part j’aime bien utiliser un Ranger pace count…désolé je ne sais pas la traduction….les militaires l’utilise pour compté leurs pas et ainsi savoir la distance parcourue.J’ai fait le mien en paracorde…..trs pratique!!

  • Loic

    Salut Benoit ! C’est quoi un ranger Pace count et si tu expliquer ton système en para corde .merci

  • Hobbes

    Une précision également concernant la préparation d’itinéraire sur carte. Il est effectivement important de repérer, grâce à la légende, tous les éléments se trouvant entre le départ et l’arrivée, notamment les zones marécageuses, et les coupures humides (cours et plans d’eau, naturels ou canalisés) et coupures sèches (accidents de terrain formant obstacle infranchissable ou difficilement franchissable sans matériel, comme murs naturels ou artificiels, falaises ou pentes raides,…). Je me rappelle d’une marche topo au 152eme d’Infanterie qui, moi à l’azimut pour rejoindre le camp et la section derrière, harassée, s’était terminée par le sourire railleur de l’instructeur : « 2 nouvelles.. la bonne : le camp est à 50 m. (ahhhhhhh….)…la moins bonne : les 50 m en question sont à la verticale et il nous faut 2 km pour contourner la falaise… »
    Important de noter, toujours dans l’anticipation « carte » d’un mouvement « terrain », que la distance mesurée sur carte est effectivement à vol d’oiseau : même pour une ligne droite, les choses ne sont pas les mêmes entre deux points distants « carte » de 200 m, si le terrain qui les sépare est d’altimetrie constante, ou s’il faut se taper une descente raide et une remontée idem : non seulement le terrain est plus dur, mais la distance est mathématiquement plus longue..
    Dernier point, concernant les déplacements : se balader à la carte en pleine journée, sous le ciel bleu est une chose…devoir le faire de nuit sous pluie battante n’est pas « plus compliqué », mais carrément infaisable sans entraînement et matériel. cela commence par un dispositif porte-carte étanche (vu que vous allez devoir sortir la carte 50 fois pour faire le point, autant qu’elle ne soit pas douchée chaque fois et que les pliures répétées ne la déchirent pas !). cela peut être une simple pochette transparente A4, un nylon zippé, etc… ajoutez-y un crayon (ne tombe pas en panne même par froid, chaud, sec ou pluie) et SURTOUT (c’est écrit assez gros ?) la frontale Petzl (pardon…la lampe de votre choix si vous décidez de ne pas retenir la meilleure précitée pour laquelle je ne travaille pas, je le précise) avec lumière rouge !!! Frontale forcément, pour utiliser la boussole sur carte sans être mutant ou déesse hindoue, et rouge car marre de voir des gars faire des points « carte » tous les 100 m avec la « super torche 270 lumens » qui vous fait repérer à 10 km et rend tout le groupe aveugle pour les 15 prochaines minutes (c’est à dire jusqu’au point suivant, etc…). La lumière rouge est plus discrète que la blanche (oui, cela peut paraître paradoxal, mais c’est ainsi) et surtout, préserve la vision nocturne (la fameuse rhodopsine que votre œil s’enquiquine patiemment à fabriquer pour vous éviter de vous étaler à chaque racine et qui est détruite en un clin d’œil, si je puis dire, à chaque ahurii qui vous allume sa led blanche).

Soutenez Nopanic !

Demandez-nous !

Codes Promo

Code Promo Lyophilisé Code Promo V8 Equipment Code Promo Airsoft Opération