The Lie We Live

The Lie We Live, le mensonge que nous vivons.
Spencer Cathcart

En ce moment, vous pourriez être n’ importe où, faire n’ importe quoi au lieu d’être assis seuls devant un écran. Qu’est ce qui nous empêchent de faire ce que nous voulons vraiment? D’être là où nous voulons être? Chaque jour nous nous réveillons dans la même pièce et suivons les mêmes routines pour vivre le même jour qu’hier. Pourtant, à un moment quand nous étions enfants, chaque jour était une nouvelle aventure. Sur le chemin quelque chose a changé. Avant nos journées se vivaient plus librement, aujourd’hui elles sont planifiées. Est-ce que c’est celà cela grandir ? vieillir? être libre? Mais sommes nous réellement libres?
Nourriture, eau, terres : les éléments dont nous avons besoin pour survivre sont la propriété de grosses sociétés. Si vous essayez de prendre ce que la Terre vous donne, vous serez arrêtés pour vol. . Donc, nous obéissons aux règles. Nous découvrons le monde à travers des manuels à l’école. Pendant des années, nous sommes assis à avaler ce qu’on nous dit, testés et notés comme des sujets dans un laboratoire. Élevés non pas pour faire une différence dans ce monde, mais élevés pour ne pas être différents.
Assez éduqués pour faire notre travail, mais pas assez pour savoir pourquoi nous le faisons. Donc, nous travaillons et nous travaillons en n’ayant pas le temps de vivre la vie pour laquelle nous travaillons. Jusqu’au jour où nous sommes trop vieux pour faire notre travail et nous mourrons. Nos enfants prennent ensuite notre place et ça continue.
Nous sommes le carburant qui donne le pouvoir à une élite. L’élite qui se cache derrière les logos des entreprises. Ce monde est leur monde. Et leur ressource la plus précieuse c’est nous. Nous construisons leurs villes, nous faisons fonctionner leurs machines, nous nous battons dans leurs guerres. Avant tout, l’argent n’est pas ce qui les motive. C’est le pouvoir.
L’argent est simplement l’outil qu’ils utilisent pour nous contrôler. Un morceau de papier sans valeur dont nous dépendons pour nous nourrir, pour nous déplacer, nous divertir. Ils nous donnent de l’argent et en retour, nous leur donnons le monde. Là où il y avait des arbres qui purifiaient notre air il y maintenant des usines qui l’empoisonne. Là où il y avait à boire de l’eau, il y a des déchets toxiques; Là où il y avaient des animaux libres de leurs mouvements,il y a maintenant des élevages industriels où ils naissent et sont abattus sans cesse pour notre satisfaction.
Plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim, bien que nous ayons assez de nourriture pour tout le monde. Où est ce que tout ça s’en va? 70% des céréales que nous cultivons est donné pour engraisser les animaux que nous mangeons. Pourquoi ne pas aider les affamés? Parce qu’il n’y pas de profit à tirer d’eux.
Nous sommes comme une peste balayant la terre, détruisant l’environnement même qui nous permet de vivre. Nous ne sommes pas en train de détruire la planète. Nous détruisons toute vie sur elle. Chaque année des milliers d’espèces vivantes disparaissent. Et le temps nous entraine vers notre propre extinction. On nous dit que tout peut être résolu en donnant de l’argent à des scientifiques afin qu’ils puissent découvrir de nouveaux médicaments pour que nos problèmes disparaissent. Mais les compagnies pharmaceutiques comptent sur nos maladies pour faire des profits. Nous pensons qu’en courant pour un téléthon nous aidons la recherche à trouver des remèdes, mais en fait nous fuyons la cause. Notre corps est le produit de ce que nous consommons et la nourriture que nous mangeons est fabriqué uniquement pour faire des profits. Nous nous remplissons avec des produits chimiques toxiques. La viande des animaux est infestée par les médicaments et les maladies..
Nous portons le masque des gens « civilisés. Mais quand nous l’ôtons, que sommes-nous? Nous oublions que ce sont seulement dans les cent dernières années que nous avons permis aux femmes de voter et permis aux Noirs de vivre comme des égaux. Nous sommes ok pour tuer les cochons, les vaches, les poules, les personnes de pays étrangers. Mais nous ne sommes pas d’accord pour tuer nos voisins, nos chiens, nos chats, ceux que nous ont appris à aimer et à comprendre. Cela montre le peu que nous avons appris. Que nous continuons à agir avec une agression primitive plutôt que penser avec compassion.
Un jour, cette sensation que nous appelons la vie nous quittera et noss objets de valeur ne seront plus que des souvenirs. Les conséquences de nos actions d’hier resteront. Nous vivons dans un monde sur le point de s’effondrer. Les guerres de demain n’ auront pas de gagnants. La violence ne sera jamais la réponse, elle détruira toutes les solutions possibles. Si nous regardons tous nos désirs les plus profonds, nous verrons que nos rêves ne sont pas si différents. Nous partageons un objectif commun. Le Bonheur.
Nous déchirons le monde à la recherche de la joie, sans jamais regarder en nous-mêmes. Les gens les plus heureux sont ceux qui possèdent le moins. Sommes-nous vraiment si heureux avec nos iPhones, nos grandes maisons, nos voitures? Nous sommes devenus déconnectés. Nous idolâtrons des gens que nous n’avons jamais rencontrés. Nous voyons l’extraordinaire sur les écrans, mais l’ordinaire partout ailleurs. Nous attendons quelqu’un pour apporter des changements sans jamais penser à changer nous-mêmes.
Les élections présidentielles pourraient aussi bien être un tirage au sort. Ce sont deux faces d’une même pièce de monnaie. Nous choisissons le visage que nous voulons et l’illusion de choix, du changement est créé. Mais le monde reste le même. Nous ne parvenons pas à réaliser que les politiciens ne nous servent pas; ils servent ceux qui les financent au pouvoir.
Nous avons besoin de leaders, pas de politiciens. Mais dans ce monde de suiveurs, nous avons oublié de nous diriger nous-mêmes. Cessez d’attendre le changement et soyez le changement que vous voulez voir. Nous ne sommes pas arrivés jusqu’ici en attendant que quelque chose se passe. La race humaine a survécue non pas parce que nous étions plus rapides ou plus forts, mais parce que nous avons su travaillé ensemble.
Il n’est pas question de sauver la planète. La planète existera encore que nous y soyons ou pas. La Terre est là depuis des milliards d’années, chacun de nous aura la chance de vivre au moins 80 ans. Nous sommes une fraction de seconde dans le temps de la Terre. Pour le meilleur ou pour le pire, notre génération va déterminer l’avenir de la vie sur cette planète. Nous pouvons soit continuer à servir ce système de destruction jusqu’à ce qu’aucun souvenir de notre existence reste. Ou nous pouvons nous réveiller.
Nous sommes les visages de tous ceux qui sont venus avant nous. Et maintenant c’est notre tour. Vous pouvez choisir de vous tailler votre propre chemin ou suivre la route que d’innombrables autres personnes ont déjà pris.

  • magellan

    Ok mais comment vu que la moindre once de liberté que nous tentons d’obtenir est systématiquement réprimée. Nous sommes la grenouille jetée dans la casserole et qui ne se rend pas compte que l’eau boue peu a peu….
    Pessimiste, oui je le suis car le monde cour sans l’ombre d’un doute à sa perte.