o_Autodefense1

Self défense : la voie du lâche…

« Oh ! Mais je suis pas un lâche moi, je suis un warrior, j’ai peur de rien ! Comment que je te lui casse sa face à celui qui vient me chercher  !!! »

Ok bon, ben ne perdez pas de temps à lire cet article, il  n’est pas pour vous.

Pour les autres qui ont fait preuve d’un zest d’humilité et sont restés là, je vais vous donner quelques conseils et techniques simples pour essayer de sauver vos fesses face à des situations  tendues.  Mais attention  pas question de vous apprendre par pc interposé des trucs qui nécessitent des années de Krav Maga et autre Ju Ji Tsu.

Situations

Il faut distinguer deux types de situations  :

1/ Une situation de tension paroxystiques qui va dégénérer en affrontement physique.

2/ Une agression pure et simple qu’elle soit crapuleuse ou gratuite ( genre pour faire des vues sur Périscope)

D’une manière générale, comme le disait Gichin FUNAKOSHI, père fondateur du karaté Shotokan : « Le meilleur combat est celui qu’on évite ».  Ça claque hein comme citation !?  Mais surtout c’est absolument vrai. Que vous soyez adepte du karaté ou non, dans un combat on laisse forcément des plumes et moins vous êtes préparé, plus vous en laisserez. Ensuite il faut voir quel est l’enjeu, mourir pour les 10€ du porte monnaie et un orgueil blessé, je suis pas bon en calcul mais je gage que le compte n’y est pas.

Ce précepte s’applique parfaitement au cas N°1.

D’une manière générale en situation de stress seules deux parties du cerveau sont sur-activées : le cerveau reptilien ( instinct de survie) et le cerveau limbique (émotions).

Le néo cortex qui prend en charge la réflexion est peu sollicité et le stress, la peur peuvent prendre le pas sur toute action réfléchie. Il  nous pousse à réagir soit comme le lapin dans la lumière des phares ou le chat qui traverse devant la voiture en l’entendant arriver.

Solutions

La solution : se préparer mentalement à réagir.

Donc  cas N° 1 : vous  êtes un peu dans la lune par ce que votre patron vient de vous imposer la magnifique opportunité de travailler dimanche prochain alors que vous aviez prévu une sortie buschcraft. Du coup vous refusez lamentablement la priorité à la bmw qui vient de droite…bing, de la tôle et du verre. Vous sortez confus pour faire le constat amiable, mais l’heureux possesseur de la bmw  vous annonce qu’il nourrit soudainement le projet de devenir chirurgien esthétique et vous propose de bénéficier en avant première de ses talents en vous pratiquant un remodelage faciale à coups de talons…

NoPanic, suivez les conseils suivants :

  • Restez à distance, ne le laissez pas s’approcher de vous au point qu’il puisse vous toucher (gardez au moins 1m50, soit l’équivalent d’un double pas)
  • N’essayez pas de hurler aussi fort que lui – le stress rajoute au stress – mais exprimez vous à voix haute en faisant des phrase courtes : » je suis désolé. C’est ma faute. Mon assurance va prendre en charge. »
  • S’il vous insultes, tant pis, l’important est de ne pas laisser son énervement s’amplifier mais bien de le faire redescendre.
  • Quand vous parlez, montrez vos paumes de la main, les bras légèrement décollés du corps, cette posture indique de manière inconsciente à votre interlocuteur que vous êtes dans une dynamique de conciliation (et le non verbal agit tout autant, si ce n’est plus que le verbal)
  • Si votre aspect civilisé ne parvient par à ramener l’individu au calme et qu’il s’approche de vous, reculez, enfermez vous dans la voiture, tant pis s’il l’abîme encore un peu plus.  Vous pouvez également vous réfugier dans un commerce s’il y en a un a proximité. Mais en tous cas ne restez pas sur place. Une fois en sécurité appelé les forces de l’ordre, notez sa plaque au cas où il chercherait à se barrer, filmez la scène avec votre portable.

Mais bon, si je n’arrive pas à me mettre en sécurité qu’est ce que je fais ?

On glisse vers le cas N°2 : Soit un type vous agresse par surprise pour  vous voler  je ne sais quoi , ou se défouler ou tout simplement, vous n’avez pas eu le temps de fuir et l’individu vient vers vous pour vous frapper. Ne lui laissez aucune chance. Si vous prenez le coup le premier il est plus que probable que vous soyez hors d’état d’éviter les autres coups. Il ne s’agit pas de « tuer » l’agresseur mais de le rendre inopérant le temps de pouvoir fuir.

Vous pouvez utiliser ce que vous avez en main pour compensez votre absence de pratique d’art martiaux :

Le stylo destiné à remplir votre constat amiable est une arme excellente dont la forme s’apparente au Kubotan , lequel se tient et s’utilise un peu comme un pic à glace. En frappe sur les points vitaux (voir plus bas) c’est très efficace. Il faut donner plusieurs coups secs et rapide.

untitled

Survie magazine (ou l’auto-journal, vous lisez ce que vous voulez) enroulé  ou un sac à main est très efficace en frappe au visage ou dans les génitoires.

Si vous n’avez rien dans les mains, utilisez vos pieds et vos poings. Pas besoin ici de lever le pied à deux mètres (vous serez lents donc plus vulnérable et vous risquez de tomber comme une bouse…), contentez vous de coups dans les tibias ou le genou ou si vous pouvez dans l’entrejambe.

Pour les coups de poings, soyez primaire comme notre ancêtre Cro-Magnon et utilisez le coups de poing « massue » du haut vers le bas à direction du visage.

Si vos coups ne neutralisent pas réellement l’adversaire, il doivent lui faire prendre conscience que le combat ne sera pas aussi simple que prévu.

Je sais ce que vous vous dites : Je ne suis pas fort, je ne sais pas taper, je ne suis pas costaud, je n’ai aucune chance… Certes vos chances sont intrinsèquement moins élevées que votre agresseur mais dites vous que vous n’avez pas le choix, et que là aussi, ce n’est pas la taille qui compte ( même si ça peu aider), souvenez vous du minet à sa mémère qui fait fuir le gros doberman du voisin… et bien le voilà votre modèle : il frappe vite, beaucoup et là où ça fait mal….

Faites de même, et dès que vous avez une fenêtre barrez vous !

Ah, un détail, minet fait du bruit. Faites de même attirez l’attention. Même dans l’individualisme ambiant quelqu’un viendra soit vous aider, soit préviendra la police…

Où frapper?

Maintenant que vous savez comment frapper , voici où frapper  : les fameux points vitaux

Points vitaux

Frapper un de ces points va provoquer une intense douleur, une diminution temporaire des sens de l’agresseur (vision, audition…), de son équilibre, de sa capacité à se déplacer ou à combattre.
Il existe beaucoup de points vitaux mais nous allons nous concentrer sur ceux qui sont le plus accessible et répondent aux critères suivants :

  • La frappe ne doit nécessiter peu de force (vous voyez que j’écoute ce que vous me dites…)
  • Les points  doivent être facilement accessibles (même en hiver avec une doudoune)
  • La zone doit être suffisamment large pour ne pas nécessiter une grande précision
  • Les coups ne doivent pas être fatals : il s’agit de  neutraliser temporairement l’agresseur pour avoir le temps de fuir.

 

Set of editable vector silhouettes of self defense moves for women

La tête :

  • Les oreilles : une claque (main ouverte) sur l’oreille entraîne une perte d’équilibre et une douleur importante, l’adversaire est sonné
  • Les yeux : un doigt dans l’oeil entraîne une douleur aigue, une difficulté de l’adversaire à se concentrer, et une perte temporaire de la vue
  • Le nez : peut être donné avec le poing ou tout simplement la paume de la main : très douloureux, l’adversaire va être sonné et peut perdre connaissance quelques instants.
  • Les tempes : forte douleur
  • Le menton : un coup au menton peut provoquer un KO (le danger c’est un trauma au cervical, mais il faut quand même y aller fort)
  • La carotide : situé de chaque côté de la gorge, un coup sur cette partie neutralise temporairement l’adversaire puisque son cerveau devient moins irrigué en sang
  • Les cheveux : Eh oui, attraper des longs cheveux et les tirer en arrière permet de dégager le visage pour une frappe et déséquilibre grandement l’agresseur.

 

Le buste :

  • Le sternum : un coup bien placé à cet endroit bloque la respiration temporairement et provoque une forte douleur
  • Les reins  et le foie: un coup sur les reins provoque une très forte douleur et dans le foie coupe l’arrivée en oxygène.

 

frappe aux jambes

Le bas du corps

  • Les testicules : partie extrêmement sensibles qui neutralise très facilement un adversaire .
  • Le genou & le Tibia :  entraine une perte d’équilibre et provoque une forte douleur au point de l’empêcher de se relever ou de marcher.
  • Les pieds : écraser un pied permet d’entraver le déplacement de l’adversaire tout en lui infligeant une forte douleur

Conclusion

Comme vous le voyez, même le plus costaud a ses faiblesses….

Ah, j’oubliais ! J’aurais même du commencer par ça:  protégez vous. Si on ne peut éviter un coup il faut pour le moins essayer de diminuer son impact. Plutôt qu’une contorsion à la matrix, il vous suffit de rentrer votre tête dans les épaules et d’attraper le sommet de votre crâne avec votre main faible,  l’avant bras deviendra alors un bouclier naturel protégeant  le visage.

Le but de cet article n’est pas de vous transformer en Ninja ou de vous donner les moyens de fracasser le type qui ne veut pas faire le constat mais bien de sauver votre peau en cas d’agression inévitable, car même si j’en fais hurler certains, le meilleur combat est celui qu’on évite de livrer…

  • Kasmodian

    Attention ! Frapper les points vitaux est très dangereux quand on ne connaît pas leur fonction, leur emplacement leur profondeur et l’angle avec lequel on les frappe. Même la surface de l’outil utilisé a son importance.
    Bref il faut faire attention à ça. Les points de pressions, ok, les tendons, les nerfs sous-cutanés, les orifices : pas de problèmes.
    Mais les points vitaux… Pas sans une solide formation.

    Pour tout le reste, je suis sur la même ligne que toi, sans aucun doute.

    • emmanuel BELGERI

      Tu as raison sur la dangerosité potentielles de ces frappes, mais comme je le dis , je parles de situations ou tu n’as pas d’autres choix – de légitime défense ; se faire défoncer où se donner la possibilité de se sauver. Ce que tu évoques : les pts de pression, les angles de frappe, c ‘est pour ceux qui sont entraînés et même encore, dans une baston de rue j’ai vu des ‘pros  » se faire laminé par ce que trop « précautionneux ». Je refuse l’idée de jouer le mouton sous prétexte qu’on n’a pas la formation, c’est un élitisme précautionneux qui va à l’encontre même de l’idée de « self défense » – mais j’insiste bien, la première chose à faire c’est éviter le conflit…

  • Kasmodian

    Attention ! Frapper les points vitaux est très dangereux quand on ne connaît pas leur fonction, leur emplacement leur profondeur et l’angle avec lequel on les frappe. Même la surface de l’outil utilisé a son importance.
    Bref il faut faire attention à ça. Les points de pressions, ok, les tendons, les nerfs sous-cutanés, les orifices : pas de problèmes.
    Mais les points vitaux… Pas sans une solide formation.

    Pour tout le reste, je suis sur la même ligne que toi, sans aucun doute.

    • emmanuel BELGERI

      Tu as raison sur la dangerosité potentielles de ces frappes, mais comme je le dis , je parles de situations ou tu n’as pas d’autres choix – de légitime défense ; se faire défoncer où se donner la possibilité de se sauver. Ce que tu évoques : les pts de pression, les angles de frappe, c ‘est pour ceux qui sont entraînés et même encore, dans une baston de rue j’ai vu des ‘pros  » se faire laminé par ce que trop « précautionneux ». Je refuse l’idée de jouer le mouton sous prétexte qu’on n’a pas la formation, c’est un élitisme précautionneux qui va à l’encontre même de l’idée de « self défense » – mais j’insiste bien, la première chose à faire c’est éviter le conflit…

Tom
16/05/2016

Mat aime écrire depuis sa plus tendre enfance, alors moi aussi j'écris une petite bio pour voir ce que ça donne. Permettant un peu d'humaniser cette page.