Faire du feu : l'amadou

mat | le 16/03/2013

Avant de vous présenter tout un tas de firesteel, j’aimerais vous parler d’un petit truc naturel, gratuit et très efficace : l’amadou.

Je vais sortir de ma pensée (et de la votre) cette petite chose qui nous encombre afin de capter au mieux votre attention dans les lignes qui vont suivre. NON je ne vais pas vous parler d’Amadou et Mariam, rien a voir (sic) avec le sujet de cet article.

Amadou, qu’est-ce ?

Je vous invite à lire à haute voix ce titre qu’on pourrait croire tout droit sorti d’un sonnet de Rimbaud.
L’amadou est un champignon, enfin pas tout à fait, il provient de l’amadouvier (Fomes fomentarius) qui est un champignon basidiomycète de la famille des Polyporaceae. Il n’est pas comestible, ou alors à vos risques et périls. Son nom d’origine provençale veut dire « amoureux« . C’est une allusion poétique (merci Arthur) qui fait allusion à sa capacité à s’enflammer, comme le cœur d’un jouvencelle pour un beau prince ténébreux…

Amadouvier sur un hêtre

Amadouvier sur un hêtre

On trouve l’amadou sur divers feuillus comme le hêtre, platane, bouleau, peuplier, chêne ou marronnier. C’est un redoutable parasite et il n’est pas très fun… Il se fixe sur des arbres malades ou fragiles et produit une pourriture blanche qui finira par tuer son hôte.

Amadou, pourquoi ?

L’amadou a plusieurs fonction très intéressante pour la survie en milieu naturel, en médecine par exemple :

Au XIXème siècle, l’amadou fut employé sous forme de bande ou de compresse pour conserver la chaleur, en particulier pour les personnes atteintes de douleurs rhumatismales. On utilisait également des plaques d’amadou pour prévenir les ulcérations de certaines parties du corps dans le cas d’immobilisation de longue durée. Certains médecins ont même proposé son application pour soigner des brûlures. Cependant, c’est en tant qu’hémostatique que l’amadouvier fut le plus utilisé. Ainsi, en 1750, Sylvain Brossard, chirurgien à La Châtre-en-Berry, propose un nouveau moyen permettant d’arrêter les hémorragies des artères. Ce pansement était réalisé à partir d’une « excroissance fongueuse » qui n’était autre que la chair de l’amadouvier : l’amadou. (source)

Quand on a froid ou faim, tout doit se faire vite et avec du résultat. Lorsque vous établissez votre camp pour la nuit, le premier réflexe, c’est de faire du feu, pour la chaleur et la bouffe. Quand vous aurez grillé toutes vos allumettes et vidé vos briquets bic, il n’y aura plus trop de choix… La fonction la plus importante de l’amadou reste tout de même son fort pouvoir inflammable, il est un firestarter des plus efficaces :

Allumage de l’amadou

À l’époque préhistorique, les hommes allumaient le feu grâce à des étincelles produites par la percussion d’un morceau de bisulfure de fermarcassite ou pyrite contre une roche dure (du silex, par exemple). Pour récupérer l’étincelle, il était nécessaire d’utiliser une substance capable de s’embraser facilement. L’amadou, chair de l’amadouvier, compte parmi les matières les plus efficaces dans ce domaine. On a d’ailleurs découvert un morceau d’amadou dans le matériel d’Ötzi, cet homme de l’âge du cuivre, retrouvé parfaitement conservé, car congelé, dans un glacier à la frontière austro-italienne en 1991. (source)

Amadou, comment ?

Voici quelques conseils pour utiliser au mieux son amadou.

Choisissez votre amadou sur un arbre et faite le sécher au maximum, ensuite veillez à bien sélectionner la partie spongieuse du champignon. Prélevez une petite quantité puis émiettez-là comme sur cette photo :

Partie spongieuse de l’amadou

Il ne faut vraiment pas beaucoup de matière pour lancer un feu. Avant de commencer a enflammer votre amadou, assurez vous d’avoir à disposition de la paille ou des brindilles sèches pour alimenter les petites flammes/braises que vous aller produire.

Production d’étincelles sur l’amadou

Avec votre allume feu fire steel (je vous présenterai différents produits dans les semaines à venir), vous allez produire une étincelle suffisamment puissante pour embraser vos copeaux d’amadou. Ajoutez ensuite votre combustible, petit bois ou paille et laissez prendre votre feu.

Conclusion

Voilà, vous savez tout tout tout sur l’amadou dou dou. C’est gratuit efficace et rapide, ça ne demande que très peu de pratique avant de réussir à tous les coups. Pensez-y la prochaine fois que vous irez vous promener dans les bois !

  • jeremy dolphens

    est-ce qu’il y a d’autres champignons de troncs qui lui ressemblent et qui seraient toxiques lors de la combustion?

    • NoPanicfr

      aucune idée…
      dans le doute…

    • Triton

      Le champignon langue de boeuf. Il est comestible jeune et donc pas du tout toxique à brûler. Mais, il ne brûle pas aussi bien que l’amadou car il a tendance à pourrir en vieillissant.

  • simon

    Ce champignon est très courant non ?

    • NoPanicfr

      ha oui!!

  • Fabrice Schaaff

    sinon, pour à peine 3 sous et une petite dose de ridicule lors de l’achat, le tampon féminin est parfait pour prendre une étincelle et il est léger et emballé étanche !

    • oui! un grand classique!
      par contre on ne le trouve pas dans la nature 🙂

  • Dominique

    L’écorce du Sequoia géant pourrait faire l’affaire aussi.

    • Dominique

      Bonjour, en ayant à la maison j’ai testé…en ayant oublié que la dite écorce est ignifuge ! c’est balo…

  • Alexis Gourdon

    Bonjour. Je fais du bushcraft depuis peut avec mon coloc et perso n’étant pas un expert en champignon et ne sachant si j’allais trouver systématiquement le bon, j’ai chercher une autre technique et qui est tout aussi efficace. C’est le coton carbonisé qui est très simple à faire et qui avec un vieux drap-housse de matelas pourras durée pour de nombreuses sortie 😉

    super site au passage

  • Pingback: Survivalisme | Pearltrees()

Soutenez Nopanic !

Venez sur DISCORD !

Codes Promo

Code Promo Lyophilisé Code Promo V8 Equipment Code Promo Airsoft Opération