FABRIQUER RÉPARER DIY

Tom | le 25/04/2012

EN BREF

Si vous suivez tous nos conseils, vous allez survivre. Mais qu’en est-il de votre équipement? Le mécano qui révisait votre SUV, votre taille-haie et votre groupe électro n’a plus de mâchoire… Apprenez dans cette fiche technique les bases pour optimiser vos chances de survie.

Accès rapide
- LES OUTILS 
- FABRIQUER 
   - UNE ARME
   - UN ABRI
   - UN PIÈGE
- RÉPARER & ENTRETENIR 
   - UNE ARME
   - UN ÉQUIPEMENT (vêtement)
   - UN ÉQUIPEMENT (matériel)
- ÉNERGIES
   - CARBURANT
   - ÉLECTRICITÉ
- ASTUCES
- CONCLUSION

LES OUTILS

Comme pour le reste, soit vous préparez votre paquetage à l’avance, soit vous décidez de ne pas anticiper et de vous débrouiller le moment venu. Si vous faites partie de la seconde catégorie, dites-vous que vous ne serez pas les seuls et qu’il sera par conséquent presque impossible de regrouper tout ce dont vous pourriez avoir besoin (de l’huile, du savon, et du sel). Un bon conseil, qui est à suivre dès aujourd’hui, si vous êtes amené à acheter ou à renouveler votre équipement, optez pour du matériel de qualité. Oubliez les kit de 18 tournevis à 2€. NoPanic recommande les outils Facom.

Comptez dans votre BOB quelques outils indispensables classés selon leur niveau d’importance :
– Marteau ++++
– Pierre à aiguiser ++++
Tournevis cruciforme +++
– Nécessaire de couture +++
– Pince multi-prises ++
– Pince coupante ++
– Tournevis plat +
– Clés plate ou à pipe +
– Chignole +
– Clé Allen –
– Ciseaux à bois –

Comme fournitures, prévoyez :
– Corde
– Clous (assortiment)
– Vis (assortiment)
– Fil à coudre
– Colle (assortiment)


FABRIQUER

Plus rien ne fonctionnera comme avant, ce sera la loi du DIY (do it yourself- faites le vous-même). Et ça tombe bien, car en consultant régulièrement NoPanic, vous serez des pros du DIY.


– UNE ARME

Si vous vous trouvez en situation de détresse, désarmé, il faudra improviser, une fois de plus, avec votre environnement. Commencez par faire l’inventaire de ce qui vous entoure, calmement et sans prendre de risque. Faites en sorte, dans n’importe quelle situation, d’avoir toujours un tour d’avance sur les autres. Utilisez aussi vos vêtements, il peuvent vous sauver la vie.

Quelques exemples d’armes improvisées :

Une pierre dans une chaussette fera une bonne matraque.
Une fourche de bois et l'élastique de votre caleçon feront un lance pierre.
Une bout de verre brisé scotché à un bout de bois feront une arme blanche.

Comment fabriquer une arbalète:

Du bois, des vis, de la code, une latte de sommier, de la dextérité et quelques soirées au camp et vous fabriquerez une arbalète de secours… Suivez ce plan ou improvisez, faites des tests et dites-vous qu'avec de la motivation rien n'est impossible

Comment fabriquer une machette:

Il vous faut une lame d'acier (mini 2/10 d'épaisseur), une bonne scie à métaux, une meuleuse et de la cordelette pour le manche (paracord 550 c'est l'idéal). Découpez votre forme, affûtez le tranchant, testez sur votre doigt, nouez la paracord autour du manche, défoncez un chaton.

– UN ABRI

On a tous fabriqué, à un moment ou un autre, une cabane dans le jardin, dans les bois, avec les coussins dans le salon… Tout le monde connaît le bonheur de se retrouver sous une petite toile avec un goûter improvisé entre cousins… Imaginez la même chose mais sans les cousins, les coussins et avec des sangliers qui rôdent. Beaucoup moins drôle, hein? De toute façon, si vous êtes amené à construire un abri de fortune, autant vous dire que ce ne sera pas pour jouer aux cartes ou manger des Oreos…

Construire un abri de fortune nécessite quelques notions de base, Tout d’abord, prenez soin d’analyser environnement, exposition climatique, risque d’invasion, solutions de repli et tout le bazar. Ensuite rassemblez les éléments (naturels ou non) qui pourront vous servir à confectionner votre toit pour la nuit. Vous pouvez profiter d’un arbre coupé ou tombé par la tempête, d’une carcasse de voiture ou encore d’une taule quelconque, le but étant tout de même de se fondre dans l’environnement le plus possible sans se piéger soi-même. Si vous êtes libre d’improviser pour ce toit d’une nuit, il y a tout de même deux règles à suivre : isolez-vous du sol et isolez vous du ciel. Une fois pour toute, faites-vous à l’idée que vous aurez froid et qu’il est presque impossible de faire un véritable abri avec un toit imperméable seulement avec des branchages. Pour le sol, utilisez de la mousse, en plus d’être confortable elle est très isolante. Astuce, elle se ramasse toujours au Nord? Et bien en fait non. Vous allez trouver facilement des guides pour construire un abri, nous vous présenterons le tarp qui est une très bonne alternative. Méfiez-vous, reconsidérez toutes les options, imaginez-vous à 50 cm dans le sol sous des écorces de bouleaux du Canada avec un marcassin et sa famille qui viennent vous faire câlin câlinette et câlinou, vous regretterez d’avoir suivi à la lettre les conseils de Bear Grylls (qui même s’il sait rester 10 jours dans la toundra par -45° C n’a jamais encore bu d’urine de marcassin).

Trucs à savoir:

Une cordelette ou une corde tendue façon corde à linge entre un piquet et un tronc d'arbre plus une couverture de survie ou une bâche, un matelas de mousse, vous aurez un abri de fortune en 2 secondes…
La neige est un excellent isolant thermique et phonique. Sous les branches basses des sapins, vous pouvez façonner un abri contre la chute de flocons et le vent. Comme à chaque fois, un tapis de mousse et une petite histoire pour faire dodo et vous passerez une bonne nuit…
Pensez à toujours laisser une arrivée d'air pur pour respirer convenablement ainsi que pour permettre l'évacuation d'air souillé par vos mycoses des pieds. C'est indispensable si vous êtes amené à faire du feu…

– UN PIÈGE

à venir


RÉPARER & ENTRETENIR

On oublie la société de consommation ou on change plus vite de téléphone que de slip et on se consacre à l’entretien du peu qui nous reste. Des gestes simples, la base d’une survie garantie.

– UNE ARME

Pour entretenir une arme, il vous faudra, au minimum, un chiffon et de l’eau, une lime ou une pierre à aiguiser, un marteau, de la graisse et quelques petits outils. Nettoyez vos armes après chaque assaut, ne les laissez pas se dégrader, elles sont vos meilleurs amies.

Attention aux armes trop endommagées ou montrant un fort risque de défaillance, cela pourrait causer votre perte. Préférez des armes en bon état. Nettoyez systématiquement vos armes à feu après utilisation et contrôlez-les avant d’avoir à vous en servir. Aiguisez vos armes blanches et, au besoin, redressez les armes tordues à l’aide d’un marteau.

– UN ÉQUIPEMENT (vêtement)

Qu’il s’agisse de vos chaussettes ou de vos protections, veillez à avoir un équipement en bon état, il en va de votre survie. Procurez-vous un kit de réparation de base composé d’aiguilles, de fils, etc. Apprenez dès aujourd’hui les points de base, le point avant servira dans 90% des cas.

Conservez toujours un change complet et propre, vous pourriez en avoir besoin après avoir coupé 30 ou 40 stères de bois… Attention, l’eau est précieuse, utilisez les ressources naturelles comme les ruisseaux ou les lacs pour faire votre lessive.

– UN ÉQUIPEMENT (matériel)

Faites un point précis et fréquent sur vos stocks. Qu’il s’agisse de bouffe, de munitions, d’essence, n’attendez pas d’être à sec pour vous réapprovisionner. La gestion des stocks est très délicate, il faut savoir jauger entre le strict minimum et le superflu. Tenez un cahier avec un inventaire et organisez-vous, désignez pourquoi pas des responsables, des intendants.

Un conseil, gardez votre BOB à jour toujours à portée de main pour ne pas le laisser en cas de fuite.


ÉNERGIES

Nous ne pouvons pas vivre sans énergie, c’est un des fondement de notre société, c’est autour de cela qu’elle se construit et que, malheureusement, elle se détruit (pollution, guerre…). Pourtant, vous devrez apprendre à vous en passer au maximum, voici quelques conseils pour profiter des ressources environnantes.

– CARBURANT

Le carburant sera indispensable pour alimenter un groupe électrogène et un véhicule. Les pompes à essence seront prise d’assaut et, par la suite, ne fonctionneront plus faute d’électricité. Apprenez à siphonner un réservoir, principe de base des vases communicants:

Ce principe établit qu’un liquide remplissant plusieurs récipients qui sont reliés entre eux à leur base par un tube, tuyau accomplissant un effet de siphonage, occupe la même hauteur dans chacun d’entre eux. Cela découle du fait que la pression hydrostatique en un point est proportionnelle à la profondeur, quelle que soit la forme des récipients (à part un éventuel effet de capillarité qui proviendrait de l’étroitesse extrême de l’un d’entre eux). (source)

Il existe des kit, parfois adaptés à un réservoir, mais un simple tuyau suffit. Mettez une extrémité du tuyau dans le fond du réservoir à siphonner, aspirez ou pompez pour amorcer l’essence et déposez l’autre extrémité du tuyau dans un bidon. Attention, il faut que votre bidon se trouve plus bas que le réservoir siphonné sinon l’essence ne coulera pas, normalement en le posant au sol, le transfert s’effectue.

– ÉLECTRICITÉ

Plus vous aurez d’appareils électriques (émetteurs, talkies-walkies…) plus vous aurez besoin d’électricité, c’est une évidence. Aujourd’hui, nous avons du mal à prendre réellement conscience de notre dépendance électrique. Il existe des solutions de compenser ce besoin. Dans un premier temps, vous pourrez utiliser les accumulateurs d’électricité comme des piles ou des batteries. Ensuite viendra l’électricité d’un groupe électrogène.

Mais quand tout ceci sera épuisé, il sera alors temps de penser à produire votre propre électricité. La solution la plus simple à mettre en œuvre est la production éolienne. Il existe des kits mobiles encore à l’idée de concept mais qui sont fonctionnels. Vous trouverez aussi de petites éoliennes sur certains bateaux (les puissances des éoliennes marines que l’on trouve sur le marché varient de 60 à 400 Watts). Prévoyez un endroit en hauteur et exposé à des vents continus pour espérer recharger vos accu.

Une autre alternative existe sur le marché : la production d’électricité solaire. Vous trouverez des panneaux portables, souples ou rigides, parfois adaptés aux équipements (sac à dos, vêtements…) ou directement intégrés aux objets (lampe, radio…)

Il existe encore quelques options plus marginales comme la production dynamométrique intégrée à certains objets comme des lampes ou des radios. Vous pouvez aussi utiliser l’énergie hydro-électrique mais sa mise en place est assez complexe.


ASTUCES

Pour finir cette partie technique de la survie, voici quelques astuces de base. Vous pouvez commenter et partager vos compétences dans les commentaires

– LE FEU

Faire un feu n’importe où, n’importe quand.
Le feu est la base de la vie, entraînez-vous dès aujourd’hui à faire du feu, n’importe où et sous n’importe quel temps. Apprenez en premier lieu à reconnaître les combustibles les plus efficaces.

Les matériaux chimiques comportant une identification du genre flamme noire sur fond orange son extrêmement inflammables, ils sont donc à utiliser avec beaucoup de précaution mais s'avèreront très efficaces (diluants, White spirit, essence).
les matériaux naturels comme l'huile, la paraffine, le tissus, font aussi de bons combustibles, ils sont très courants et ne représentent aucun danger.
Le bois est le combustible le plus courant. Que vous l'utilisiez sous forme naturelle ou transformée, c'est la base d'un bon feu. Pour démarrer, utilisez les résineux qui sont très inflammables. Rien de mieux que de petits fagots, les brindilles de bois sec, les nœuds de pin, les écorces, les feuilles de palmier sèches, les aiguilles de pin, l'herbe desséchée, le lichen, les fougères…

Déclarer sa flamme
Il y a de nombreuses façons d’allumer un feu, les techniques les plus anciennes sont l’échauffement du bois par friction ou la production d’étincelles au moyen d’un silex et d’un minerai de fer. Ceci reste très compliqué et vous devrez avoir dans votre équipement un briquet ou de quoi faire des étincelles. Si ce n’est pas le cas, alors lisez ce qui suit.

Par friction : frottez énergiquement deux morceaux de bois, utilisez des essences fibreuses pour avoir une meilleure sciure (lierre, laurier, noisetier…). Si vous êtes efficace et patient, alors la sciure produite par le frottement va être portée à incandescence et former une petite braise qui pourra enflammer un combustible très inflammable (paille, amadou…)
Par magnification de la lumière du soleil : à l'aide d'une loupe ou d'un miroir convexe, concentrez les rayons du soleil en un seul point sur un matériau inflammable (papier, paille, amadou…). Pour trouver une loupe, regardez du coté des optiques de phares de voiture ou chez un copain très myope. Pour le miroir convexe, polissez le cul d'une canette de Coca à l'aide de dentifrice ou de chocolat (une petite heure de friction avec un chiffon rendra le métal très réfléchissant.

Gardez votre feu abrité, il est inutile de faire un grand feu de joie, mieux vaut le garder longtemps et discret, vous pourriez ameuter tous les marcassins dans un rayon de plusieurs kilomètres. Repérez le sens du vent dominant et l’état du sol avant de vous lancer, un sol humide devra être isolé par des pierres ou des rondins de bois. (voir le bob feu)

L’EAU

Désaliniser l’eau. Il existe des méthodes complexes pour rendre l’eau salée potable mais il sera très difficile pour vous de rassembler tout l’équipement nécessaire. Utilisez cette astuce simple:

Il vous faut un grand bac, un petit bac, une source de chaleur (soleil), une bâche propre, une corde et une pierre.
Mettez le petit bac au centre du grand bac. Remplissez le grand bac d'eau salée, couvrez hermétiquement avec la bâche et une corde. Posez la pierre sur la bâche au dessus du petit bac et exposez l'ensemble à la source de chaleur.
Vous avez reproduit le cycle de l'eau. Le soleil va faire évaporer l'eau salée qui va se condenser sur la bâche puis ruisseler en direction de la pierre et, enfin, couler dans le petit bac.


CONCLUSION

Pour clore ce chapitre, préparez-vous à devoir économiser votre matériel et donc à l’entretenir. Deux paramètres entrent en compte : l’arrêt total de production et l’épuisement des stocks. Il faudra que vous deveniez expert en improvisation, en récupération, en bricolage… Vous devrez vous adapter et vous contenter de ce que vous aurez sous la main. Dites adieu à la surconsommation… Commencez dès aujourd’hui à vous amuser à créer des choses avec vos mains, vous n’irez pas bien loin avec une souris d’ordinateur quand il n’y aura plus de courant…


  • Ocho la Mano

    tres bon article merci ^^

    • NoPanicfr

      merci!

  • Jehan De L’Ours

    J’aime bien tous les articles, traités avec efficacité et humour aussi. Me penchant depuis peu sur les notions de « survivalisme », je m’aperçois finalement que comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, moi je suis un survivaliste depuis … avant que le mot soit inventé ! mdr ! … mais une petite révision des connaissances n’a jamais fait de malà qui que ce soit 😉

    • et oui c’est souvent le cas, j’ai d’ailleurs découvert comme toi que j’avais un penchant sur cette thématique sans avoir mis de mot dessus… C’est naturel!

      merci pour les compliment, on essaie d’être sérieux avec humour, ça sert à rien de faire dans le catastrophisme, d’autre s’en chargent très bien!

Soutenez Nopanic !

Venez sur DISCORD !

Codes Promo

Code Promo Lyophilisé Code Promo V8 Equipment Code Promo Airsoft Opération