conserves variées -  Creative Commons Deed CC0

les erreurs du prepper débutant

Avec l’abondance de clichés et mauvaises informations sur certains sites web et sur facebook, il est facile pour les nouveaux preppers de faire beaucoup d’erreurs.

Même si cela fait partie du processus d’apprentissage, pour vous aider à accélérer votre préparation et réduire vos erreurs, voici quelques fautes courantes que vous pouvez éviter. Cet article a été rédigé en s’inspirant de mon expérience personnelle et de différents retour trouvés sur des sites anglophones. Vois quelques erreurs du prepper débutant.

Ne pas avoir de bibliothèque de survie.

Au delà du simple fait qu’ils vous apportent une connaissance par leur contenu, les livres fonctionnent sans électricité. Collectionner les livres c’est apprendre, comprendre pour reproduire et construire par vous même. Si l’expérience est la recette de la réussite, les livres en sont les ingrédients. Avoir des livres vous offre un moyen d’apprentissage plus personnel et plus profond que du contenu en ligne. Sur le papier, vous prendrez le temps de lire et de relire. D’un point de vue plus terre à terre, un mauvais livre est un bon combustible, héhé!

Mettre l’accent sur les fournitures au lieu de compétences.

Avoir la connaissance sur une étagère ne vous dispense pas d’apprendre et d’expérimenter. Simplement parce que vos livres peuvent être détruis ou pas à porté quand vous en aurez besoin. Posséder, c’est bien ça rassure… mais encore faut-il savoir utiliser ce qu’on possède, correctement. Cette année nous allons accentuer nos recherches sur « moins c’est mieux » et vous verrez qu’on peut s’en sortir avec le minimum.

Ne pas avoir assez d’eau.

Je ne peux pas trop insister sur l’importance de l’eau. On en a beaucoup parlé dans plein d’article, c’est un vaste sujet et je teste d’ailleurs en ce moment un nouveau filtre paille à gravité care plus (s’il y a un aspect ou il ne faut pas lésiner sur le matos c’est bien celui-ci). J’en vois beaucoup me dire qu’ils ont de la bouffe pour 6 mois mais trop font encore l’impasse sur l’eau qui est 10 ou 100 fois plus importante que le reste. Pour approfondir (et creuser un puit haha) vous pouvez à ce titre consulter cet article sur l’autonomie en eau.

Négliger la variété alimentaire.

Riz, haricots, farine, sel et sucre. C’est ce qu’on voit à coup sûr sur la liste des nouveaux preppers. Si c’est tout ce que vous avez à manger après une catastrophe, vous allez être rapidement malheureux. Votre corps aura du mal à se adapter au nouveau régime et le ventre étant votre deuxième cerveau, vous allez rapidement souffrir de dépression! L’autre grosse erreur c’est de ne pas manger ce que vous entreposez. Il faut faire tourner vos stocks pour limiter la perte et la péremption de vos produits. C’est aussi un moyen de faire vivre votre préparation et d’affiner votre plan bouffe en fonction de vos besoins, qui changent au fil du temps.

Se faire un arsenal de guerre.

redneck redneck

Si on regarde le prepping du coté US, les exemples nous montrent fièrement leur arsenal d’armes à feu et autre couteaux, tomahawk, sabres, machettes… En France le problème est réglé pour les armes à feu car la détention est réglementée, il en est de même sur le port des couteau par ailleurs. Mais quand bien même, chez NoPanic nous ne traiterons pas de ce sujet par choix: la raison est simple, nous n’y connaissons rien. Ce pôle rejoint quand même cette notion de posséder avant de comprendre. Un couteau c’est bien quand c’est un outils mais êtes vous certain de savoir l’utiliser contre une personne, et surtout en serez-vous capable en toute sécurité?

Ne pas penser aux animaux de compagnie.

Vous aimez vos animaux : votre chien, votre chat ou votre cochon d’inde… Beaucoup de preppers négligent vraiment cet aspect de la préparation. Un chien peut vous sauver la vie, un chat peut parfois (si si!) vous remonter le moral, un cochon d’Inde aussi (et puis c’est bon il paraît, ma grand mère en élevait pour les manger). Comptez donc dans votre stock une place pour votre kiki, eau croquette, soin…

Le BoB et l’évacuation.

C’est certain c’est utile, mais ce n’est pas dans ce sens que doit s’orienter le prepping, la préparation ou l’autonomie. Le Bug out bag c’est simplement du bon sens, de la survie. Avoir à porté de main un peu de matos pour subvenir à vos besoins et à ceux de vos proches pendant quelques jours c’est important. Tout miser la dessus et espérer vivre dans les bois avec un tarp et des pièges c’est une utopie. C’est impossible, presque inconcevable. Si c’est un choix alors pourquoi pas, on peut envisager une marginalisation volontaire mais si c’est subit alors c’est une solution très provisoire. Concentrez vous donc sur votre domicile ou un lieu consacré, bungalow, maison de vacance, communauté…

Être naïf

Si parfois être naïf c’est une qualité, quand il s’agit de se préparer c’est rapidement considéré comme un bâton dans la roue de votre projet. Ne croyez pas ce qu’on vous raconte, ne croyez pas les sites internet, méfiez vous des réseaux sociaux ou des groupes… Méfiez vous aussi de NoPanic, nous ne détenons pas la vérité après tout! Pour avancer il faut croiser les sources et se forger votre propre avis. Il faut se poser des questions et n’avoir aucune certitude. Le fait de se remettre en cause fait avancer et vous concentre sur une des valeurs les plus importantes: l’humilité.

On aurait pu parlé du mental, de la communauté, de tellement de choses… Et vous? quelles sont les erreurs que vous avez commises?

  • Hugo

    Grand merci pour cet article ,il m’as permis de comprendre une chose que je pensais êtres très bien ,avoir son BoB ,BREF, grand merci ,mais ,je ne suis pas naïf ,je vois clairement dans votre jeu ,… vous voulez nous aidez ,mais il faut être prudent (j’emploie le ton mystérieux) ,écrivez,écrivez,je vous crois ,…. mais d’abord place au conseils ,puis a mon avis . MERCI

mat
21/01/2015

Mat aime écrire depuis sa plus tendre enfance, alors moi aussi j'écris une petite bio pour voir ce que ça donne. Permettant un peu d'humaniser cette page.