SER3

Le sac d'evacuation rapide – SER

Shankara m’a fait part de son expérience de préparation d’un ensemble d’éléments qui compose son sac d’évacuation rapide (SER). Cet exemple peut vous servir de base pour composer le vôtre…

Voici la deuxième partie (1ere partie) du contenu de mon sac d’évacuation « rapide » (SER) et à pied en zone urbaine. La première faisait étalage de mon EDC que je souhaite emporter également avec moi. Je n’ai pas remis son contenu ici. J’essaye d’expliquer mes choix sur les différents modules et je suis bien sûr totalement ouvert à la critique J.

Présentation et conseils

Le contenu de mon sac est vraiment basé sur mes expériences de voyage. Notamment son organisation. Il est conçu pour une évacuation où je n’ai pas 5 minutes pour réfléchir comme un incendie, alerte gaz, inondation …. Si j’ai plus de temps pour me préparer à évacuer, j’adapterai le contenu pour mieux coller à la situation avec du matériel que j’ai déjà à la maison. Bien que je ne crois pas à la survie en restant seul, mon sac est conçu pour me permettre d’avoir une certaine indépendance.

SER complet

De nombreux experts recommandent de constituer un sac et puis de ne plus jamais y toucher afin que le jour J il ne manque rien. Cela me paraît être un excellent conseil, mais que… j’ai décidé de ne pas suivre. En effet, je préfère utiliser le matériel que j’emporterai dès maintenant, régulièrement et sur la durée. Il m’est arrivé de « découvrir » après six mois d’usage intensif que mon sac à dos n’était finalement pas adapté à mon utilisation (trop petit et mauvaise aération). De même, le fait d’utiliser régulièrement ses outils permet d’en acquérir une bonne maîtrise. Comme je fais beaucoup d’erreurs dans le choix de mon matériel, je ne veux rien acheter en double. Cela m’apprend aussi à connaître l’organisation de mon sac par cœur. Comme je ne suis pas un expert, suivez leurs conseils ! Ou faite en connaissance de cause.

Je déconstruis donc régulièrement mon SER lorsque je pars en voyage, en week-end, puis je le reconstruis ensuite, le fais évoluer. L’ensemble de mon matériel vaut cher et je l’ai acquis au fur et à mesure des années. J’ai toujours préféré ne pas acheter plutôt que d’acheter du toc, même lorsque je ne gagnais qu’un pauvre SMIC.

J’ai maintenant imprimé la liste de ce que j’emporte et elle se trouve dans mon module administration. J’ai vu pas mal de personnes qui, dans la présentation sur YouTube de leur BOB, redécouvrent une partie du contenu de leur sac en direct.

SER3

Premiers modules

Les deux premiers modules, administration et communication se trouvent dans mon EDC à l’exception :

  • La liste de mon matériel
  • Un bloc note répertoire dans un ziploc contenant mes astuces.
  • Carte routière France plastifiée et carte routière indéchirable de ma région.
  • Une veste jaune de signalisation.

Module couverture

Vient ensuite mon module « couverture » dans un sac étanche :

  • Sous-vêtements de rechange.
  • Pantalon Outlier Slim Dungarees.
  • Un t-shirt en laine mérino.
  • Une paire de chaussettes fine et une paire de chaussettes en laine.
  • Un sweat shirt à capuche « magique ».

J’utilise ce module pour mes voyages professionnels auquel j’y ajoute une chemise blanche que je repasse à l’hôtel. Le pantalon est très cher, mais vaut son prix. Il est assez habillé pour être porté chez mes clients et assez résistant pour n’avoir jamais été troué en randonnée ou à vélo. Il est déferlant et donc sèche très vite. Il m’est arrivé d’être le seul au sec une heure après une grosse pluie. Je trimbale mon sweat shirt « magique » depuis des années. Il est malheureusement rapiécé de partout. Acheté pour une bouchée de pain chez un discounter, il sèche très vite, me tient chaud et je l’aime bien. J’organise une rotation de mes habits non pas qu’ils soient périssables, mais parce que j’aime les porter régulièrement. 

À l’extérieur du sac, sans un sac étanche mauve, j’ai une veste en goretex qui résiste bien aux grosses pluies et au vent. Dans les poches de la veste, des gants et un bonnet. J’ai également des lunettes de soleil et une casquette. J’hésite à échanger la casquette pour un chapeau pour avoir un look plus baroudeur / voyageur que tactique.

Module santé

Mon module santé est composé :

  • Une serviette microfibre très absorbante et qui sèche rapidement (au contraire de celles de chez Décathlon qui ont cependant l’avantage d’être pas cher).
  • Un paquet de mouchoirs.
  • Une trousse de toilette de la taille d’une trousse d’école.
  • Brosse à dents et dentifrice.
  • Petit bloc de savon du dr bronners ou savon d’Alep ou savon liquide spécial voyage.
  • Couple onglé.
  • Mini-miroir.
  • Mini-trousse de couture récupérée dans un hôtel.
  • Mini-peigne.
  • Mini tube de papier toilette.
  • Pince à épiler.
  • Préservatif.
  • Dosette de parfum.
  • Boules Quies.
  • Dans un sac étanche rouge, un module premier secours qui va évoluer.

Encore une fois, je me sers régulièrement de ce module en voyage. Il est très compact et contient tout ce dont j’ai besoin pour rester propre. Je taille ma barbe avec les ciseaux d’un couteau suisse. L’hygiène est capitale, surtout si je dois rester dans un camp confiné avec d’autres personnes. Je ne me suis jamais servi de mon kit de premier secours en dehors d’un mini tube de crème solaire.

Module bricolage

Mon module bricolage est celui qui est le plus à même de changer :

  • Couteau suisse Spartan réservé à l’alimentation et hygiène.
  • Luminaid rectangulaire.
  • Clé pour robinets publiques.
  • Paracorde.
  • 4 piles AA et 4 piles AAA dans un étui en plastique.
  • Boussole.
  • Mini kit de réparation pour tente et sac à dos.
  • Lampe de poche LD10.
  • 2 gros sacs de poubelles spécial extérieur.
  • Briquet dans un morceau de chambre à air.
  • Firesteel.
  • Cordelette 5mm de 6 mètres.

Module eau

Pour mon hydratation :

  • Gourde Nalgène inox 1L.
  • Gourde Nalgène plastique 1L.
  • Quart inox qui s’emboîte + couvercle de pot de confiture.
  • Filtre à eau.

Module feu

  • Réchaud Pocket Rocket.
  • Recharge 230g.
  • Réchaud à alcool fait avec une cannette de bière en alu.

Je n’ai pas de combustible pour le réchaud à alcool. En fait la seule raison de sa présence est qu’il est si léger et compact que je ne voyais pas de raison de me priver.

Module couchage

Module couchage dans un sac étanche résistant fixé sous mon sac :

  • Sac de couchage été.
  • Matelas gonflable compact.
  •  Sac à viande.

J’hésite à emporter ma tente aussi. Dans la verte, j’apprécie le tarp mais dans une évacuation, je veux avoir un peu de vie privée. Le problème est que ça me rajoute 3 kg ce qui est beaucoup. Si je fais ce choix avant de partir, j’enlèverai probablement mon kit EDC pour ne faire plus qu’un sac à dos et alléger le tout.

Module plus

Module glande et réconfort :

  • Jeu de cartes.
  • 4 soupes en poudre bio que j’adore.
  • Cuillère et mini fourchette.
  • Une capsule Kinder remplie de mon thé préféré qui me remonte le moral à son maximum dans 100% des cas J.

Le jeu de cartes est important si je dois attendre avec d’autres personnes pour socialiser, me faire des amis.

Options

  • En option, j’ai aussi une casserole MSR 1L avec mon kit bivouac avec quelques repas dedans.
  • En option, un module « machine à laver » que j’utilise en voyage. Très léger, il me permet de laver mes fringues n’importe où je peux avoir un peu d’eau.
  • En option, un mini-kit bushcraft composé d’un couteau de camp, d’une scie pliante.
  • En option, un chargeur solaire.

Si l’évacuation se fait en véhicule, je prendrai tous ces modules avec plus d’eau et de nourriture.

Contenant

Le sac à dos est un Dragon Egg de chez Direct Action acheté récemment. J’utilise la ceinture abdominale du sac pour y fixer le Foxtrot (voir photo) ainsi bien ancré à l’avant. Quand les deux sont bien en place, le port du sac est très agréable. En deux mouvements, je peux me délester du sac grâce aux bretelles déclipsable. Depuis qu’un mec bourré m’avait choppé par la poignée de mon sac à dos un jour pendant un voyage, c’est une fonctionnalité que j’apprécie. Une petite astuce sécurité aussi est de verrouiller les zips du sac avec la sangle de compression latérale (voir photo). Cela évite une main baladeuse dans les transports. 

Les deux sacs

 Je peux marcher longtemps avec. Par exemple ce week-end j’ai fait une petite marche de 4 heures sans pause en plein soleil avec tout le matériel et je suis rentré sans vraiment ressentir de fatigue dans le dos. Le poids total est adapté à ce que je peux porter facilement : 12.7 kg avec les 2L d’eau pour le sac, 2.3 kg pour l’EDC sans gourde. Le total est donc de 15 kg.

Avis et retex

Les points positifs de mon S.E.R :

  • Deux sacs au cas où je me retrouve forcé de devoir abandonner un.
  • Testé durant les 4 saisons dans la région où je vis.
  • Très modulaire et facile d’accès.
  • Bonne protection contre la pluie.
  • Matériel avec lequel je suis familier et confortable.

Les points négatifs :

  • Assez lourd finalement.
  • Les sacs avec un look trop tactique. Je dois compenser avec des fringues civiles. Regards curieux de certains passants quand je voyage.
  • Pas adapté en cas de végétation trop dense (beaucoup de possibilités d’accroches). Ce n’est pas le but non plus.
  • Pas de module sécurité physique.
  • Manque un masque pour la fumée et particule fine.
  • Kit premier secours à refaire.

Pour finir il est fort possible malheureusement que l’on se retrouve obligé d’abandonner toutes ses affaires : vol ou confiscation, éviter la noyade…  Alors le meilleur sac d’évacuation reste la combinaison de connaissances, d’un bon moral, d’une bonne condition physique et surtout beaucoup de pratique. La théorie est paraît toujours bonne jusqu’à ce qu’on la mette en application.

mat
26/05/2016

Mat aime écrire depuis sa plus tendre enfance, alors moi aussi j'écris une petite bio pour voir ce que ça donne. Permettant un peu d'humaniser cette page.