Dossier Vélo

Vélotafeurs, Winter is coming !

Tom | le 10/09/2017

how-to-bike-in-the-winter-tips-for-cycling-during-winter-in-boston

Comme l’hiver approche, ici quelques conseils pour l’affronter à vélo dans vos trajets quotidiens !
L’hiver, c’est la nuit. Partout en France (métropolitaine du moins), la nuit c’est de 17h à 8h, en gros, très gros. Il faut défier le noir, voir, être vu surtout, mais aussi être au chaud et en sécurité.

bikepeace-winter

L’équipement du vélo

D’abord le vélo. Plusieurs points à aborder.
Déjà il faut faire quelques révisions d’usage, vérifier ses pneus, ses freins. Sans connaissances, il est largement préférable d’aller voir un mécano. Avec un peu d’astuce et de curiosité, pourquoi ne pas s’inscrire dans un atelier participatif et se faire aider à entretenir son vélo soi-même.

Pneus, pas peuneus

Pour l’hiver et l’automne, prévoyez des pneus neufs, et adaptés. Un bon pneu, environs 40-50€ l’unité, peut tenir plus ou moins 10.000 km. Ils sont testés en labo, mais en vérité, en ville sur les pistes cyclables dégueulasses et pleines de verres, ils tiendront 4000 ou 5000 km. De quoi tout de même largement passer la saison pour un vélotafeur lambda.

pneu_schwalbe_marathon

  • Pour un vélo typé course, neuf ou vintage, je conseillerais les pneus Continental Grand Prix 4 Saisons: 35-40€
  • Pour un vélo pur vélotaf, ville, urbain, je dirais les Schwalbe Marathon Plus: 25-35€
  • Pour un VTT, j’ai toujours roulé en Maxxis CrossMark, mais on sort du contexte vélotaf.

D’une manière générale les Schwalbe Marathon (Tour, Tour Plus, Suprême, Racer, etc.) sont largement reconnues par la communauté pour leur résistance (Niveau max sur le barème de la marque), et leur performance. En plus, on les trouve dans quasiment toutes les tailles et toutes les sections.
L’investissement en vaut largement la peine, croyez-moi !

 

Les freins

Conseils basiques, faites changer vos patins. Là où je travaille, je vois 80% des gens arriver avec ce que j’appelle des suicide-bikes, des épaves ou des beaux vélos, qu’importe, mais sans freins. Avec des patins usés, secs, des plaquettes glacées ou sans garniture…
Faites changer vos patins ! Ça coûte 20 ou 30 balles, pièces et main d’oeuvre, pour la paire. N’hésitez pas à demander pourquoi pas des patins spéciaux pour temps humide, si vous en ressentez le besoin.

Si vous êtes en hydraulique, profitez du début de saison de merde, pour faire une vidange et un changement de plaquette. Ca coûtera plus cher, mais bon, c’est vous qui l’avez voulu hein !

dsc_6272-small

 

L’équipement du vélotafeur

Moi j’ai horreur de me geler les roubignoles en roulant. On est transi, on a moins de réflexes, bref, j’essaye d’investir de temps en temps dans de bons tissus techniques.

Les fringues du haut!

Pour le haut, faut respecter les trois couches ! Y’a pas à inventer de nouveautés…

  • Un sous-vêtement thermique respirant. Exit le coton.
  • Une veste chaude, à adapter suivant la température extérieure
  • Une coupe-vent et/ou coupe pluie.

Moi j’ai plusieurs choix dans chaque couche, ce qui me permet de mixer suivant la température et le temps. J’ai quelques fringues de chez V8, voir les retex. Sinon je me suis tourné vers Pearl Izumi, une marque nippone et américaine. Ce sont des vêtements pour cycliste très cher. Mais avec un peu de bon sens, vous pouvez trouver les collections des hivers passés pour 80% parfois. Un indice. 

Il existe pas mal d’autres marques réputées que je conseille, Gore Bike Wear, EKOI, B’Twin, et d’autres. Y’en a pour toutes les bourses. N’hésitez pas à commenter si vous avez besoin de conseils.

winter-cycling-toronto-weather-march-2014

 

Celles du bas !

Pour en bas, moi tant qu’il ne fait pas 10 degrés ou moins, je roule en short. Y’a plusieurs écoles, certains parlent de 15°C, d’autre de 18°C. Température à laquelle se couvrir les jambes entièrement devient indispensable pour maintenir ses muscles au chaud.
J’ai un short tout bête de chez B-Twin qui fait largement l’affaire depuis 5 ou 6 ans, même si les fermetures zip des poches ont pété !

En dessous de 10°C, je mets une sorte de legging de course à pied Kalenji. Ce qui me suffit largement. Il existe des collants et des combinaisons spéciales vélo de toutes marques, tailles, couleurs, etc, mais pour un trajet de vélotaf de quelques dizaines de minutes, mon legging suffit.
Je déconseille quand même les jeans, et les pantalons à pince. Au moins, tentez le jogging chaud, le collant, le bas, le pantalon de ski, etc.

Pour les chaussettes, idem. Pas besoin de trucs trop techniques, sauf si cela vous fait plaisir.
Des normales, mais hautes. Hautes pour rentrer dans son legging et passer pour un con ! Mais un con qui a chaud au moins. Le confort avant le style, toujours.

Pour les chaussures, des baskets d’hiver normales. Des chaussures de marche basses. Tant que vos pieds sont au chaud, à l’abri du vent et du froid. Hyper désagréable de rouler avec les orteils congelés.

showers_pass_rain_wear

 

En sus

C’est non obligatoire en France, mais devrait l’être, le casque. Je n’en parle pas plus, c’est un équipement de toute l’année !

Le tour de cou ! Impossible de rouler avec du froid dans la nuque et la gorge ! J’ai acheté un Buff en mérinos l’an dernier, ça tient bien chaud. Par contre ça garde l’humidité de votre respiration et peut vite devenir trempé…
Je pense m’en trouver un plus technique en Fastwick. Voir même un passe-montagne.

Les gants. Des mitaines suffisent en automne.
En hiver, préférez des gants d’hiver. Ah bon ? Oui. Attention à bien vérifier les températures d’usage. L’an dernier j’ai été un peu gourmand à prendre des gants -8°C, résultat, j’avais les mains trempées de sueurs dedans entre 0 et +8°C. Donc bien choisir la température suivant votre région.
Je ne vais pas énumérer toutes les possibilités de gant par contre hein !
Moi j’ai bien mettre des sous-gants fins en soie dans les gros gants thermiques.

Le poncho et le pantalon de pluie. Si vraiment vous habitez dans une région de merde, comme la Normandie ou la Bretagne (et toc !), il existe des solutions aquatiques nickels. Bon ça prend un peu le vent par contre.
Moi j’ai deux trucs achetés pas trop trop cher chez B-Twin, et pour être utilisé 3 fois par an en urgence ça vaut largement le coup.

womens-cycling-clothing-gloves-winter-style-1

 

D’une manière généralement pour les fringues d’hiver, évitez le coton et jetez-vous sur du tissu technique adapté à la situation. Froid, grand froid, vent, tempête, pluie, etc. Ça demande plutôt un gros budget si on achète tout d’un coup plein pot, mais tout est trouvable moins cher en tapant dans les collections anciennes.

 

 

La lumière

Je mets ça dans une catégorie à part, car je considère l’éclairage à vélo comme indispensable, et ce, toute l’année. Il existe aussi des lumières pour la monture ainsi que pour le pilote.
On dit toujours : voir et être vu. Moi je dirais plutôt, être vu, être vu et être vu. Même de jour !

Pour la monture

Il existe de tout. À pile, à dynamo, à recharge USB, à LED, à ampoule, pour le cadre, le cintre, les roues, etc.

Pour un vélo « normal », une antiquité achetée sur LeBonCoin ou un vélo entré de gamme neuf. Préférez largement une paire à recharge USB. Les piles, ça s’use, et généralement un phare avant à pile ou feu arrière à pile, c’est de la merde. Peu de lumens, peu de visibilité, peu d’autonomie. En les pile vous coûteront plus cher que l’objet.
Moi j’ai opté pour un phare et un feu Bontrager, un peu cher, mais très fiable. Surtout, ils sont optimisés pour l’éclairage de jour, avec plusieurs mode clignotant et forte luminosité et fonctionnent sur un angle assez grand pour être vu de côté.

feature_420655_flare_r_primary_4

 

Si vous investissez dans un vélo type urbain vélotaf pur. Franchement, pensez aux roues avec moyeu dynamo. C’est l’affaire du moment, pas besoin de pile, pas besoin de recharge, juste de pédaler. Ça coûte un peu cher, mais c’est ultime.
Shimano en fait entre 80€ et 130€ (et+). Ils ont même généralement des condensateurs pour avoir un éclairage de plusieurs minutes à l’arrêt.

20131206-dsc_4244-modifier

 

Les catadioptres, obligatoires en France, sont tous ces petits bouts de plastique rouge, blanc et orange sur votre vélo. On a tendance à les virer. Ils ont tendance à se casser. Pourtant ils sont indispensables pour être vus de face, mais surtout de côté.
Pas mal de phares et feux font office de catadioptres frontaux et arrière. Par contre sur le côté, rien.
Cependant les pneus Schwalbe Marathon vus plus haut, ont une bande mince réfléchissante !

capture-11

 

Attention il existe de l’éclairage type urbain (autonomie et lumen acceptable), et de l’éclairage plus sportif pour la campagne ou les randos nocturnes (autonomie faible, mais forte luminosité). Faites votre choix.
Je conseille quand même d’avoir un éclairage adapté à sa pratique. Pas besoin d’un truc super puissant de la mort en vélotaf, pour rouler 8 minutes en plein centre-ville éclairé. Toutefois c’est vous qui décidez de votre sécurité !
N’oubliez pas les bonnes affaires du moment, et pensez pourquoi pas à l’occaz, sait-on jamais…

 

 

Astuces en vrac

Bon voilà on a fait le tour du matériel plutôt indispensable pour passer un bon hiver tranquille à vélo.
Alors voilà quelques conseils glanés ci et là :

  • Pensez à gonfler 1 fois par semaine au moins, avec une pompe de qualité à manomètre, en général, pour ne pas se faire chier, mettre 3.5 bar.
  • Investissez dans du bon matos direct
  • Évitez de vous encombrer de garde-boue, s’il pleut vous serez mouillé avec ou sans
  • Faites un tour du vélo de temps en temps pour checker que tout va bien, surtout les pneus
  • Pensez à recharger vos lumières
  • Maintenez-vous au sec, attention à la sueur : ennemie numéro un !
  • Attention à ne pas non plus trop se couvrir…
  • Pour ceux qui redoutent l’apparence un peu sport des fringues technique, il existe certaines marques proposant des fringues au style urbain
  • Si vraiment, il existe des pneus cloutés…

 

her_biketrip062714_13381837_8col

Voilà ! À vous de faire le nécessaire maintenant ! Et n’oubliez pas de rester raisonnable, vous n’êtes pas en train de vous préparer à faire le tour de l’ Alaska !