Dossier Autonomie

Provisions alimentaires très longue durée

Tom | le 30/01/2016

Seau de stockage

Stocker c’est bien, mais encore faut-il savoir quoi stocker et pour combien de temps.

Chez Nopanic, on vous encourage à faire un plan pour une autonomie d’une dizaine de jours, afin de subvenir à vos besoins en cas d’une crise de courte durée. Il est parfois nécessaire d’aller un peu plus loin et de réfléchir à stocker sur une plus longue durée, pour une crise majeure. On ne stocke pas sans concevoir un plan complémentaire, comme un potager, de l’élevage…

Quelles provisions longue durée?

Si les conditions de stockages sont réunies: conditionnement correct et vérifié, humidité et températures contrôlées, certains aliment peuvent se garder plus de 30 ans. Si ces éléments arrivent au bout de quelques années à leur date de consomation optimale, la qualité nutritionnelle et le goût diminuent au fil du temps. Pour autant, ces produits restent comestibles et leur apport calorifiques plus que correct.

Blé → 30 ans ou+
Riz blanc → 30 ans ou+
Maïs → 30 ans ou+
Sucre → 30 ans ou+
Haricots, lentilles → 30 ans
Flocons d’avoine → 30 ans
Pâtes → 30 ans
Flocons de pommes de terre → 30 ans
Lait en poudre sans matières grasses → 20 ans

Certains produit essentiels comme le sucre, le sel, les épices et le miel se conservent aussi très longtemps, voir indéfiniment. Les aliments que vous voulez stocker sont de préférence basiques. J’entend par là qu’il faut éviter les matières transformées ou exotiques. Le riz blanc se conserve mieux que le riz entier. Plus l’aliment est complexe, plus sa teneur en humidité et en graisse peut augmenter, c’est assez embêtant pour la conservation à long terme.

Quelle quantité?

En tenant compte d’une alimentation provenant de votre élevage et de votre potager, ou encore d’un apport nutritionnels complémentaire (Vitamine C par exemple) voici les quantités estimées pour un adulte avec une activité moyenne modérée:

Blé, riz blanc, maïs et autres céréales → 11,5 kg / mois
 Haricots, lentilles… → 2,5 kg / mois

Pour info, le pouvoir calorique du riz blanc est quasiment identique à celui des lentilles vertes : environ 3500 KCal le kilo sec. La quantité n’est pas le sujet premier de cette partie du dossier, elle est soumise à bcp de condition et fera l’objet d’une étude indépendante.

Conditions de stockage

Il faut respecter quelques consignes simple pour optimiser les conditions de stockage. Sans ça, votre plan est voué à l’échec.

Humidité :

Plus le taux d'humidité est bas meilleurs seront les conditions de stockage, l'endroit doit être ventilé, évitez d'entreposer au sol.

La température : 

La température ambiante ne doit pas dépasser les 22°, moins c'est mieux. Il faut surtout éviter les écarts trop importants.

Lumière : 

Les UV altèrent aussi les produits, surtout ceux stockés dans des contenant transparent comme les bouteilles PET, même sur une courte période.

Les opportunistes : 

Les pros de la survie comme les insectes et les rongeurs savent bien ou trouver à manger, piégez vos stocks et vérifiez les contenants.

Absorbeur d’oxygène

absorbeur d'humidité

absorbeur d’humidité

Peut importe le contenant, votre premier ennemi (après ceux évoqué précédemment) sera l »oxygène. L’O2 permet le développement de la vie et donc des moisissures, des champignons, des insectes, des bactéries… Pour parer à ça, vous pouvez vous procurer une machine à vide et des sac en Mylar mais c’est un processus onéreux et un poil compliqué. Il existe une alternative: l’absorbeur d’oxygène. Avant de continuer, je me répète, il est très important que les produits aient une faible teneur en humidité et en graisse. Si jamais l’humidité excède 10%, les aliments conditionnés sous oxygène réduit peuvent être à l’origine du botulisme.

Qu’est-ce que c’est?

Sous la forme d’un petit sachet, il permet d’absorber de manière irréversible l’oxygène présent dans le contenant étanche.

Ces absorbeurs sont des mélanges réactifs capables de fixer l’oxygène de manière irréversible: une matrice plus ou moins poreuse, un agent activant (tel que chlorure de sodium, chlorure de calcium, chlorure de fer, carbonate de sodium) et un absorbant (oxyde de fer, dérivés de glucose, d’hydrosulfure ou d’acide ascorbique ou autres oxydes métalliques tels que cuivre ou cobalt) (source)

C’est assez simple à se procurer, sur sur amazon par exemple, il suffit de connaitre le volume en cm³ de votre contenant, par exemple un sceau alimentaire de 10 litres = 10000 cm3 et de déposer le sachet absorbeur adéquat. Il faut mettre en garde l’utilisation de ses sachets, attention à ne pas les ingérer.

Combien de sachet?

Il va falloir sortir la calculatrice. Un récipient rempli d’air d’une capacité de 500ml contient environ 21% d’oxygène, ce qui représente environ 100ml d’oxygène. Si nous souhaitons absorber cet oxygène, il nous faudra donc au minimum utiliser un absorbeur de 100cc ou deux absorbeurs de 50cc. Mais comment savoir combien il nous reste d’oxygène quand notre récipient est rempli d’aliments? On va pas s’éterniser la dessus, regardez cette petite vidéo en musique pour tout comprendre:

Comme précisé en fin de vidéo, prévoyez toujours une marge en plus, pour ne pas perdre vos aliments…

Comment stocker?

On a vu quoi stocker, comment conserver, maintenant voyons le contenant. Il s’offre à vous plusieurs solutions, suivant votre budget et votre projet. Un contenant sort vraiment du lot, le sachet Mylar étanche. je reviendrai sur cette méthode de conservation.

Quel contenant?

Les sachets en mylar (LE conditionnement idéal)
 Les boîtes métalliques avec couvercles étanches (à joints)
 Les contenants en plastique PET avec couvercle étanche et/ou bouchon à vis.
 Les bocaux en verre dont le couvercle est muni d’un joint d’étanchéité (le Parfait par exemple).

Un exemple?

stockage en bouteille PET

stockage en bouteille PET

Si vous voulez tester ou si vous manquez de budget, voici un exemple accessible et simple à mettre en œuvre: la bouteille PET (source)

Utilisez des bouteilles en PET qui ont un bouchon qui se visse, muni d’un joint en plastique ou en caoutchouc. On peut s’assurer que le bonchon est hermétique en mettant sous l’eau une bouteille vide fermée et en appuyant dessus. Si des bulles s’échappent de la bouteille, elle n’est pas hermétique.
Nettoyez avec du liquide vaisselle les bouteilles qui ont déjà servi et rincez-les abondamment pour enlever les dépôts. Videz l’eau et faites-les sécher complètement avant d’y mettre des aliments.
Mettez un absorbeur d’oxygène dans chaque bouteille. Les absorbeurs peuvent être utilisés avec des récipients d’un volume maximum de 4 litres.
Remplissez les bouteilles de blé, de maïs ou d’haricots secs.
Essuyez le sommet de chaque bouteille avec un linge propre et sec, et vissez le bouchon à fond.
Conservez les produits dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière.
Protégez des rongeurs les produits mis en réserve.
Mettez un nouvel absorbeur d’humidité chaque fois que vous remplissez à nouveau la bouteille.

Et vous? vous stockez comment?