pub
potager, les bases

Potager – Les bases

EN BREF

Vous avez survécu à la fin du monde? ? Bien. Vous avez survécu à la folie ? Bien. Vous tentez de reconstruire un havre de paix ? Très bien. Mais bon vous n’avez aucune notion de jardinage autre que de faire pousser un noyau d’avocat dans un verre d’eau. Et encore – entre nous, vous avez vraiment réussi à faire pousser un avocatier ?

Accès rapide
- LEVEL 1 
- LEVEL 2
- LEVEL 3
- ALTERNATIVE

Level 1

Dans cette première partie consacrée aux potagers, plantations, fruits & légumes post-apocalyptiques, je vais mettre les fondements à l’air pour que vous puissiez commencer sur des bases saines et surtout avoir un potager à grand rendement, des légumes rapidement et simplement. À savoir que la récolte la plus rapide, pour le radis par exemple, est de 3 semaines quand même…

Fruits & légumes

Fruits & légumes

 

Légumes rapides et simples à cultiver

La laitue, le radis, la courgette, le haricots, le petits-pois, les épinards, l’échalote, la tomate cerise, la pommes de terre et le topinambour, sont tous des légumes du débutant. Ils ne sont pas des plus capricieux et ne nécessitent pas forcement de soins et d’osmose entre eux pour pousser et garnir votre réserve. Ce sont des légumes qui contiennent plus ou moins les apports nécessaires à votre survie.

plant de courgette

Plant de courgette

 

Fruits rapides et simples à cultiver

La framboise, la fraise, la groseille, le cassis représentent les fruits du débutant. Certes, ce n’est pas très varié pour vos desserts et votre cuisine. Mais bon, si vous pensez avoir le temps de faire pousser un pommier ou un poirier, c’est votre problème ! Ici on cherche les fruits rapides ! Libre à vous d’aller piller les fruits du verger du coin si vous tenez à vos Pink Lady !

framboisier

Framboisier

Les arômes rapides et simples à cultiver

Le basilic et la ciboulette poussent de peur et sont très vivaces. Enfin pour la ciboulette c’est certain ; pour le basilic, faites selon votre instinct.

basilic

Basilic

 

Les besoins en eau !

C’est une partie très importante ! L’eau sera peut-être et sûrement assez rare pour ne pas la gaspiller et noyer votre potager sous des litres et des litres sous prétexte que les légumes ont besoin d’eau… La base à savoir est que les besoins en eau ne sont pas les mêmes pour tous les légumes/fruits (you don’t say ?) et selon les régions. Un potager du Sud aura besoin de 1,5 fois plus d’eau qu’un potager du Nord. Ça c’est de la théorie hein, par rapport à l’ensoleillement, tout ça tout ça… On verra ça dans un futur guide de potager confirmé. Pour les besoin en eau, voici un tableau manuscrit (par mes soins) des besoins en eau, exprimés en litres par m² par jour, d’un potager du Nord. Pensez à augmenter les doses si vous êtes plutôt pastis que genièvre.

Besoin en eau

Besoin en eau

 

L’ensoleillement

Autant être bref, vous savez quand même que tout votre potager aura besoin de voir le jour et que faire pousser des tomates dans une cave n’est ni une bonne idée ni un gain de temps. En revanche vous ne savez peut-être pas que certains légumes/fruits ne supportent pas les même doses de soleil. Voici un bref récapitulatif :

 

Schéma des besoins d'ensoleillement

Schéma des besoins d’ensoleillement

 

Premières conclusions

Vous comprendrez donc que si vous habitez une région pluvieuse et moche comme la Bretagne, ne pensez pas faire des récoltes énormes de tomates… À contrario si vous habitez dans le Sud et par tous les chemins, bah vous pourrez cultiver des tomates grosses comme mon poing et des fraises juteuses grosses comme de petites tomates, donc comme de petits poings.

Voici donc ma sélection des fruits et légumes les plus simples et rentables à cultive. Pensez donc à faire des réserves de graines dès aujourd’hui. Dans un prochain article, on rentrera dans le cœur du sujet. Les mains dans la terre, je vous expliquerai les principes de base pour la culture de ces légumes : labourer bien comme il faut, planter sa graine, arroser et attendre les récoltes !


Level 2

Ahhhh bravo vous avez passé votre premier level de maitre potager, vous êtes ici sur le level 2, où vous allez découvrir et apprendre les bases importantes de la culture. Bon c’est mes bases hein, j’ai 25 ans, j’suis pas l’vieux papi qui plante ses navets depuis 55 ans. Faudra faire avec ! Avant de commencer je voudrais revenir en arrière et compléter les notions du level 1. J’ai parlé des légumes les plus simples, mais rien ne vous empêche de vous lancer dans la culture de légumes plus complexes à faire pousser. Il faut s’adapter à son milieu ! Je citerai donc, les carottes, les potirons, les oignons, les navets et les poireaux entre autres qui restent vraiment pas très compliqués à produire…

Tas de légumes

Tas de légumes

 

Graine, bulbe, bouture, tubercule et (Robert) plant

En voilà de bien jolis mots ! Sachant bien que tous représentent potentiellement le point de départ de votre potager, je vais prendre le parti de vous conseiller de planter à partir de graines. En effet avant de vous expliquer les différences, il est important de savoir que tout vient d’une graine, donc cela veut dire que vous pouvez d’ors-et-déjà commencer à stocker des sachets de graines chez vous. Stockez-les au sec dans leur emballage d’origine que vous déposerez dans des boites hermétiques de type « teupeur’ouare ». Elles se conservent de 2 à 3 ans, donc notez bien la date d’achat pour éventuellement en racheter. Veillez aussi à acheter des graines de légumes non transformés… Certains sont modifiés pour ne pas produire de graines, vous seriez bien emmerdés, 20 ans après l’apocalypse sans vendeur de graines…

Donc je reprends, un bulbe est une pousse souterraine. Si si vous en connaissez, les oignons et échalotes par exemple. Échalote avec un L et un T d’ailleurs. Et bien un oignon, si vous le plantez, il fera une tige, puis une fleur et des graines ! Et ces graines donneront des bulbes, etc. Le cycle de la vie. Comme les bulbes ne se conservent pas (vous avez déjà vu un oignon tout mou dans votre filet orange de chez Leclerc ?), achetez donc des graines…

Bulbe

Bulbe

 

La bouture est un clone. Pour faire simple, c’est une branche qu’on coupe et qu’on replante. Bon ok c’est hyper simplifié mais vous n’avez pas le bon niveau d’accréditation pour le tutoriel de bouturage. À savoir qu’on ne bouturerait dans notre cas que les framboisiers, cassissiers et groseillers, en gros les arbres fruitiers.

Bouture

Boutures

 

Les tubercules, comme la pomme de terre, le topinambour, la betterave, le radis et même la carotte, sont des organes de réserve. Ils assurent en fait la survie de la plante, comme une grosse poche remplie de tout un tas de trucs cools pour nourrir la plante et les fleurs.

Tubercules

Tubercules de crosnes

 

Le plant est une jeune plante destinée a être transplantée dans un autre milieu de culture définitif. Vous avez sûrement déjà achetés des pieds de tomates en pot à replanter, ba c’est ça ! Un plant est issu donc d’une graine, bulbe, bouture ou tubercule. Le Plant est aussi un chanteur à la crinière dorée.

Plant de tomate

Plants de tomate

 

Ok, vous comprenez donc qu’il est plus simple de conserver des graines dès maintenant plutôt qu’un plant ou qu’une bouture, en fait c’est même incomparable ! Vous commencerez donc par planter des graines, puis au fur et à mesure de votre survie, récolterez vos légumes/fruits, extrairez les graines ou conserverez les bulbes pour améliorer vos futures récoltes.

Les outils

Maintenant qu’on a les bases, quels légumes, quels fruits, sous quelles formes, il va nous falloir les bons outils ! Bon on va pas non plus faire les pros avec un outil pour chaque besoin, on va se restreindre au nécessaire sans non plus gratter la terre avec nos ongles… Les outils nécessaires dépendront surtout de l’importance de votre potager, du nombre de bouches à nourrir, de la panique mondiale et bien d’autre encore…

Pour commencer, il vous faudra un outil pour creuser, une bonne pelle, quelque soit la taille, tant que c’est une pelle en métal, assez solide pour perdurer et décapiter des têtes s’il faut défendre vos fraises. Si vous ne trouvez pas de pelle tant pis, trouvez un objet y ressemblant, ça sera plus pénible mais bon…

Plutôt très utile, il faudra vous armer d’un bon sécateur, ou pinces voire paire de ciseaux si vous ne trouvez pas mieux, pour couper tout les trucs à couper pour que ça pousse mieux et plus vite !

Indubitablement vous aurez besoin d’un arrosoir, d’un seau ou de n’importe quel conteneur qui puisse transporter de l’eau pour arroser votre potager. Sans ça vous seriez bien dans l’embarras !

Sécateur

Sécateur

 

Maintenant voyons les outils inutiles pour les petits potagers, mais indispensables si vous faites des champs de 10.000 radis et 20 rangées de patates : La binette, le râteau, la fourche. Ils vous seront utiles pour travailler la terre à moyenne échelle, creuser, aérer, ratisser, aplanir, niveler et transporter.

Et puis les outils de grands-mères vraiment inutiles en post-apocalyptique, les griffes, faucilles, serpettes, transplantoirs, tamis, cordeaux, rotogriffes et autres plantoirs… Et pourquoi pas un tablier non plus…

Robe-tablier de la Redoute

Robe-tablier de La Redoute

 

Planter une graine

À savoir avant de commencer à planter : une graine est un petit être vivant en sommeil. Il a besoin d’être remis en service, grâce à l’eau, pour donner une belle et vigoureuse plante…

Planter une graine en ce moment c’est assez simple, il suffit de mettre dans la terre, arroser, si ça pousse tant mieux, sinon on s’en balance on retourne sur Nopanic lire les dernières news et puis hop… Mais dans 2, 5, 10 ans, comment savoir si les graines que vous avez stockés grâce à ce guide seront encore viables ? Il suffit de faire un test de germination ! Déposez vos graines entre deux linges humides et attendez 12 à 24 heures. Attendez un peu plus, 2 à 3 jours pour être vraiment sûrs. Si les graines germent, alors c’est bon vous pouvez planter ! En plus, ça vous rappellera le CE2 avec Madame Coupeau.

Graine qui pousse

Graines qui poussent

 

Bon pour planter une graine c’est pas compliqué. Il suffira de lire le paquet de graines pour connaitre la méthode :

– À la volée : c’est à dire jeter des graines comme on nourrirait des poules.

– En ligne : c’est à dire saupoudrer des poignées de graines dans un sillon de terre de XX cm de profondeur. Celle-ci étant indiquée aussi sur le paquet. Attention à la distance entre chaque sillon !

– En graine à graine, c’est-à-dire déposer des graines une à une dans un sillon de terre de XX cm de profondeur. Celle-ci étant indiquée aussi sur le paquet. Attention à la distance entre chaque sillon ! C’est un méthode utilisée pour les grosse graines ou les bulbes.

Attention toutes les graines ne se plantent pas de la même façon, généralement tout est indiqué sur le paquet mais voyons ensemble les principes généraux :

– Enlever un maximum de cailloux quand on sillonne la terre. Et désherber.

– Humidifier le fond du sillon.

– Repérer les semis ! Pour éviter de tout piétiner le lendemain et surtout se rappeler ce que vous avez planté et où. Si vous mourrez dans d’atroces souffrance au moins vos amis auront de beaux légumes.

Arroser

Les besoins en eau diffèrent selon chaque plante et fruit. À la fin de cet article, vous retrouverez un fichier Google Drive, ou j’ai essayé de synthétiser les besoins journaliers pour chaque plante de ce guide. Contrairement à ce qu’on pense, il est préférable pour les légumes d’avoir un arrosage abondant et espacé dans le temps, plutôt que plusieurs petits arrosages rapprochés. Verser 3 litres tous les 3 jours est donc plus intéressant que 3 fois 1 litre par jour.

Ensuite évitez d’arroser les feuilles, c’est source de maladie. Versez l’eau au pied de la plante, sans trop de vitesse pour ne pas retourner la terre, tout gouspiller et gaspiller de l’eau.

La qualité de l’eau… C’est assez difficile d’être précis là-dessus, peut-être serez-vous capable d’en purifier assez pour arroser votre potager entier. Peut-être que vous ne pourrez pas la purifier. Y en aura-t-il besoin ? Je ne me suis pas posé la question assez longtemps pour répondre à ça. Nous ferons un dossier sur l’eau… Pensez juste à ne pas utiliser de l’eau stagnante.

Dans un prochain level, nous verrons qu’il est indispensable d’organiser son potager en fonction, entre autres, des besoins en eau. Histoire d’optimiser son arrosage et faire des économies…

Arroser

Arroser

 

Entretien

Quelques petits conseils une fois que vos graines ont germé, que vos légumes commencent à apparaitre ou sont prêts à être récoltés.

Pensez à désherber régulièrement, les mauvaises herbes étouffent les plantes. Il suffit de les arracher à la main… Éclaircissez ! Si vous plantez à la volée ou en ligne, des radis par exemple, vous aurez des touffes. Ces touffes n’offrent pas un rendement optimal, retirez donc les plants les moins vigoureux pour les replanter plus loin. Attention à ne manipuler que des plants solides d’au moins 5 à 8 cm, en dessous vous risqueriez de tout abimer avec vos gros doigts.

Mauvaise herbe

Mauvaise herbe

 

Récolte et conservation

 » Raah le relou avec cet article super long, il en rajoute en plus, genre comment récolter une carotte !  » Eh ben non, j’en rajoute pas car j’ai la flemme d’expliquer chaque fruit et légume du débutant, mais sachez qu’il est important par exemple de savoir que l’on peut cueillir une salade feuille par feuille et la laisser pousser ad vitam eternam sans être obligé de la récolter en grosse touffe comme on en trouve à Intermarché… Eh ouais !

Globalement, on récolte une fraise, framboise et autres fruits, tomate comprise, avec le pédoncule ! Oui le petit truc vert, le petit bout de branche qui se mange pas. On le tourne pour le sectionner. Outre le fait d’être plus présentable selon ma mère et ma mamé, il paraît que ça garde mieux les saveurs et permet de rester frais quelques jours de plus. Idem pour les courgettes, mais avec un sécateur.

Les patates, topinambours, radis, échalotes ne nécessiteront qu’un vulgaire arrachage. Attention à rester précautionneux quand même, ce ne sont que des légumes…

Laitues et épinards demanderont une coupe franche au couteau, tandis que haricots et petits-pois demanderont une rigueur particulière.

Pour la conservation, deux écoles : les récoltes qui se conservent quelques jours à l’ombre et au frais et ceux qui se gardent longtemps. Pas besoin de vous expliquer qu’une patate se gardera bien plus longtemps qu’une fraise. Je ne vais pas tout vous mâcher non plus !

Pédoncule de fraise

Pédoncule de fraise

 

Maladies, traitements et protections

Il existe tout un tas de maladies courantes dans les potagers, les champignons, les insectes, virus et autres saloperies qui ruineront tous vos légumes si vous ne faites rien ! Je ne vais pas vous croiser toutes les possibilités selon les légumes, y en aurait pour tout un blog mais je vais vous donner les plus courants.

– Si les feuilles sont recouvertes d’une voile ou poudre blanche, c’est l’oïdium, un champignon qui détruira plutôt les courgettes, fraises, framboises et autres fruitiers de notre sélection. Élimination rapide et totale des feuilles infestées. Traitez les plants en pulvérisant une mélange de 10% de lait pour 90% d’eau. Bon courage si vous ne savez pas traire la vache du quartier. Sachez que l’oïdium apparait à cause d’un arrosage et/ou d’un taux d’humidité trop important.

– La fonte des semis, un autre champignon qui détruira vos salades, tomates et courgettes dès la germination. Facile à voir, la tige deviendra rouge et la plante ne grandira pas. Aucune chance de guérison. Pour éviter que cela se reproduise, attention à l’humidité.

– Le botrytis, c’est un champignon qui provoque un pourrissement des fruits. Il s’y infiltre par blessure et le recouvre d’un duvet gris. Par de guérison miracle, comme pour tous les champignons, attention à l’humidité.

– Le mildiou infecte les tomates et pommes de terre, sûrement les topinambours aussi. On le découvre grâce aux tâches brunes et grandissantes sur les feuilles. À traiter avec de la bouillie bordelaise.

– La rouille touchera plutôt vos haricots, pois et groseilles. C’est relativement inoffensif, juste disgracieux… En effet ce champignon fait littéralement gonfler les feuilles, qui deviennent oranges puis marrons. Donc tant que vous n’avez pas prévu une salade de feuilles de groseilles ça va !

– Les pucerons, qui s’attaqueront presque à tout, sont repoussés par le persil ! vous pouvez aussi les éloigner grâce à du tabac macéré dans de l’eau.

D’une manière générale, surveillez l’humidité de votre potager. Les champignons s’y développent très facilement. Pensez à stocker un filet pour protéger vos arbustes fruitiers. Et puis tiens je pense à un truc, les oiseaux sont repoussés par les fortes odeurs, certains accrochent donc des harengs dans les arbres pour les faire fuir… 

Epouvantail

Épouvantail

 

Nouvelles conclusions

Bon pour ce level 2, nous avons vu pas mal de choses, vous avez dû sauter pas mal de lignes pour arriver là, hein ! Si vous avez tout lu tant mieux ! Sinon prenez votre temps et revenez lire, ça vous sera utile pour les articles suivants.

Il vous faudra un peu d’entraînement pour réussir à bien semer et récolter de beaux légumes, détecter et soigner les maladies, donc n’attendez pas d’être en pleine panique pour commencer votre potager ! Réfléchissez-y dès maintenant.

Pour terminer cette partie, je voudrais vous rappeler que ces guides ne valent que la confiance que vous voulez m’accorder ! Je ne prétends pas tenir les clefs du meilleur potager du monde, je tente juste de définir les règles et les bases simples. Si vous avez mieux ou si vous voulez me corriger, n’hésitez pas ! J’ai peut-être pu me tromper quelque part…


Level 3

HELLLL YEEAAAHH ! Vous vous êtes bien imbibés du level 1 et avez survécus au level 2, maintenant on arrête les enfantillages ! On va passer une vitesse supérieure en essayant de créer un potager ultime !

Tas de légumes

Tas de légumes

 

Lune, écosystème et engrais naturel

Selon les anciens, pour un potager au rendement performant, il faudrait travailler son potager en fonction de toutes les combinaisons d’états possible de la lune.

Une lune croissante, de nouvelle lune à pleine lune donc, favorise le travail de la terre (semis, plantation, laboure), semis des légumes et fruits, semis des graines et taille des arbres.

Une lune décroissante, de pleine lune à nouvelle lune donc,  favorise le semis des légumes à feuilles (laitues, épinards, …) et des récoltes générales.

Une lune montante, qui monte dans le ciel donc, favorise les semis et travaux des fruits, légumes et semis de graines.

Une lune descendante, qui descend dans le ciel donc, favorise les travaux sur fruits, légumes et racines.

Attention donc à bien veiller sur la position de la lune. Si vous êtes plutôt de nature mystique, il est évident que ce n’est pas obligatoire d’y croire…

Potager sous la lune

Potager sous la lune

 

Quand je parle d’écosystème, j’ai l’impression de voter Vert et de casser un MacDo. En réalité j’expliquerai ça par laisser la nature travailler d’elle-même et surtout la faune (Cette phrase est pire qu’un discours d’E. Joly !). Il y a une chaîne alimentaire à respecter et certains animaux ou insectes s’avèreront indispensables pour un bon rendement et un potager sain. Les oiseaux vous débarrasseront des vers et moucherons, les hérissons dévoreront les limaces et autres gluants, alors que les coccinelles se gaveront de pucerons. Ils faudra faire attention toutefois à vous protéger de certains plus costauds : une famille de sangliers peut dévaster des cultures de plusieurs hectares en peu de temps. À savoir que cette faune pourrait tendre à disparaître par zombification ou par nouveauté à la carte des nouveaux régimes alimentaire des survivants.

Ver de terre

Vers de terre

 

Hors de question ici de parler d’engrais chimiques, bien que vous pourriez en trouver des kilos dans les magasins abandonnés, je vois le futur à la long terme : le jour où vous n’en trouveriez plus. Vous voyez ? On va partir du principe que vous n’en trouverez pas dès le début, faites donc du compost. C’est très simple, il suffit de stocker des déchets verts : épluchures, coquilles d’oeuf (si vous avez pu sauvegarder des poules ou autres ovipares), mauvaises herbes et autres, dans une boite sombre fermée (ou à l’air libre le cas échéant  et laissez pourrir ! Le seul point faible, la première fournée prendra presque un an à fournir un compost viable. Ensuite, la machine se mettra en route et vous aurez du compost h24. Vous pourrez alors mélanger ce compost à la terre et l’enrichir, naturellement.

Compost à l'air

Compost à l’air

 

Bon j’ai pris la liberté de ne faire que survoler ces trois points, il y a des milliers de source que je vous laisserai googeliser, des gens qui en parlent plus en détail. Je vous donne les clefs, à vous d’ouvrir ou défoncer la porte !

 

Votre ultime potager

Quelques conseils pour placer votre potager et créer une synergie entre légumes/fruits et ainsi créer une armée de super légumes mutants, ahem… enfin vous l’aurez compris… J’ai essayé de faire un petit plan manuscrit et une liste du nombre de plants pour nourrir 4 personnes sur une année (avec nos légumes du débutant) et ce en quasi autarcie. Vous n’aurez probablement pas recours au troc de légumes, mais rien ne vous empêche ceci dit de produire plus que nécessaire justement dans le cas d’un troc. C’est vous qui voyez. (Vous remarquerez que j’ai mis deux T à échalotes).

Plan du potager

Plan du potager

On est donc sur un potager d’environ 165 mètres carré (11 x 15 m), divisés en 5 pôles : un pôle topinambours/patates, un pôle légumes juteux et soiffards, un pôle fruits et deux pôles un peu bâtards qu’il va falloir que je revois…

Les quantités :

- 8 m² de courgettes, 4-5 plants.
- 8 m² d'échalotes, 70 bulbes.
- 4 m² de haricots, 40 poquets.
- 40 m² de patates/topinambours, 160 tubercules de patates, 20 de topis.
- 2 m² de radis, 100 pousses.
- 8 m² de tomates cerise, 12 pieds.
- 1 m² de basilic, 3 plants.
- 3 m² de ciboulettes, 35 plants.
- 8 m² d'épinards, 50 plants.
- 10 m² de laitues, 25 plants.
- 12 m² de petits-pois, un sacré tas de graines.
- Deux rangées de 15 mètres de fruitiers : 3 pieds de groseilliers, 50 plants de fraisiers, 25 pieds de framboisiers.

 

Vous remarquerez que le métrage ainsi que les quantités sont approximatives, à vous de vous arranger et de recalculer selon le nombres de survivants dans votre groupe.

 

Soleil, ombre, chaleur et fraicheur

Que vous viviez dans une région où le soleil vous crame la tronche même la nuit, ou dans une région arborée et ombragée, la meilleure orientation possible reste sur l’axe sud-ouest nord-est. Un petit rappel pour trouver le nord et les points cardinaux. Pensez surtout à éliminer tout obstacle qui puisse faire de l’ombre à vos cultures, surtout celles nécessitant un ensoleillement maximal (voir ce doc).

En cas de très fortes chaleurs à prévoir ou quotidiennes, pensez à la gestion de l’eau : pailler le sol pour retenir l’humidité, mais pas trop pour ne pas favoriser les champignons (voir level d’avant). Arrosez avant le lever du soleil, ou à son coucher, pour éviter l’évaporation de l’eau. Mais surtout arrosez plutôt une bonne grosse fois pour toute le matin et pas le soir, ou inversement, plutôt qu’une demi-fois le matin et une demi-fois le soir. Mais ça nous en avons déjà parlé ! Les légumes vous en remercieront.

Si vous êtes en pénurie ou restriction d’eau, pensez surtout à arroser en priorité les légumes et fruits gourmands en eau, quitte à laisser les autres sans eau pendant une journée. Sachez que pour une pluie moyenne, une surface d’un mètre carré permet de récupérer environ 5 arrosoirs d’eau, 50 litres.

Plein soleil

Plein soleil

 

Rotation des cultures

Pour finir cet article, je vais parler de rotation des cultures. C’est comme une science qui dit que vous ne devriez pas planter le même groupe de légumes au même endroit 4 ans durant, d’où l’expression rotation. Il est question de laisser reposer la terre. Tout d’abord voici les 4 groupes : les légumes-feuilles (laitues, épinards), les légumes-fruits (tomates), les légumes-grains (haricots, petits-pois) et légumes-racines (radis et échalotes).

La rotation de base : feuilles – grains – racines – fruits. Vous devrez respecter cette ordre pour entretenir votre terre et ainsi maintenir de belles récoltes. Si vous réussi à survivre tout ce temps bien entendu !

Vous remarquez donc que mon schéma du potager parfait est totalement incompatible à une rotation des cultures… Premièrement je pense m’être trompé et avoir placé les épinards au mauvais endroit. Il devraient être avec les laitues. Deuxièmement, la rotation est un exercice très complexe… Vous le remarquerez vous-mêmes !

Potager

Potager

 

Dernières conclusions

J’avais prévu une quatrième partie à cette série de potager, mais mes dernières réflexions sont hors-sujet je pense. Je vais donc clore le sujet potager, avec un risque toutefois de faire des mises à jour, comme le plan du potager parfait par exemple. De faire des recherches plus abouties quant aux quantités et surfaces à planter pour un certain nombre  de personnes.

Ces trois articles seront compilés dans la page Se Nourrir de la section Survie, ou peut-être une nouvelle page dédiée aux légumes / fruits / herbes / plantes / végétaux comestibles ou non. Surtout que mes prochains articles s’orienteront sur les graines germées, les propriétés médicinales et nutritives des légumes du débutant et les mauvaises herbes comestibles

D’ailleurs faut que je me dépêche, 2012 approche ! Vous avez vu le compte à rebours dans la barre à droite ?

 


Atlernative

Je vous l’avais promis, aujourd’hui je vous présente les graines germées, très utiles en cas de conditions extrêmes ! Vous avez fini vos boîtes de cassoulet, votre potager est en route…

Graine

Pourquoi la graine germée en temps de crise, d’apocalypse ? C’est une graine, petite et sèche, donc conservable longtemps (plusieurs années) et en grande quantité. Elle est très nutritive et vous permettra de manger frais. Attention car une alimentation uniquement constituée de graines ne peut être suffisante. En outre, faire germer une graine ne demande ni de compétences hors du commun, ni un environnement particulier. Vous pourrez même en faire pousser dans le noir.

Les types de graines

Voici un exemple de graines que vous pourrez faire germer et manger :

Les légumineuses : alfalfa, fenugrec, haricot mungo, lentille, petit pois, pois chiche, etc.
Les céréales : avoine, blé, maïs, millet, orge (non mondée), sarrasin, seigle, quinoa, riz, etc.
Les oléagineux : sésame, tournesol, etc.
Les légumes : betterave, brocoli, carotte, céleri, chou, épinard, fenouil, navet, oignon, poireau, persil, radis, etc.
Les mucilagineux : cresson, lin, roquette, moutarde, etc.

Comprenez bien donc qu’il sera possible de commencer par manger des graines germées du commerce pour finir par manger les graines séchées des légumes de votre potager. Vos propres graines seront d’ailleurs de meilleure qualité car sans pesticides, contrairement à celles que vous allez stocker et qui peuvent être dangereuses, je vais en parler très bientôt. Certaines graines, comme les graines de tomates, aubergines ou rhubarbes peuvent être toxiques, attention donc à bien vous renseigner.

grain de blé

grain de blé

Une bombe de petits trucs sympatoches

Les graines germées sont pleines de vitamines, A, B1, B2, B3, B5, B6 et C. Elles contiennent du carotène et des minéraux, calcium, magnésium, fer, phosphore, etc. Il y a aussi des lipides mais surtout des protéines, parfois en plus grandes quantité que dans une pièce de viande du même poids ! Ceci dit une bavette sauce au poivre est bien plus appétissante qu’une touffe de soja…

Bavette grillé sauce au poivre

Bavette grillé sauce au poivre

Mais comment ça pousse tes trucs ?

Rien de plus simple et pas besoin d’un outillage de pro. Reprenons, la graine est un être vivant au repos, en sommeil, et ne contient plus que 5 à 18% d’eau quand elle est sèche et que vous l’achetez. Avant de la faire germer, il faudra la réactiver par trempage dans l’eau et pendant un temps défini par le type de graine. Le trempage pourra varier de 4 à 12 heures suivant la graine. Il suffit donc de « noyer » les graines dans un récipient et d’attendre. Attention à n’utiliser que de l’eau pure et non contaminée.

Trempage de graine germmée

Trempage de graine germmée

Une fois le temps de trempage fini, il vous faudra entreposer les graines. Il existe des supports de germination dans le commerce, des espèces de boites à plusieurs étages, avec des plaques et des grilles. Il suffit d’y déposer les graines, d’attendre la germination de 2 à 5 jours en humidifiant une fois par jour pour ne pas laisser sécher la graine. Il est tout à fait possible de laisser germer la graine avec une méthode d’écolier sur de la ouate, du coton, un tissu comme le lin ou le chanvre et d’humidifier régulièrement.

Graines germées dans un germoire

Graine germées dans un germoire

 

Graines germées dans des bacs

Graines germées dans des bacs

Une fois poussées, quand elle atteignent entre 5 et 40 millimètres, il suffit de récolter et de consommer dans les 48 heures.

Les besoins de la graine…

Quoiqu’il arrive, pour pousser les graines auront besoin d’air (d’oxygène plus précisément), donc hors de question de faire pousser dans une boite fermée ou un local clos. En outre, pas besoin de soleil, elle peuvent pousser dans le noir complet mais ne supportent pas non plus un plein soleil direct. La luminosité à laquelle elles seront exposées influencera leur couleur et fatalement, leur goût. Elle grandissent à plein régime aux alentours de 25°C ; au-dessous et au-dessus, leur croissance prendra plus de temps. À des températures très hautes et très basses, leur évolution sera très faible voir nulle. Attention donc à les entreposer dans un endroit tempéré.

Graines germées dans le noir

Graines germées dans le noir

Les méfaits !

Eh oui, trop belles pour être vraies… Il y a des conséquences à consommer trop de graines et trop régulièrement. Ou à les faire pousser dans de mauvaises conditions… Commençons par le danger le plus courant : les moisissures, résultant d’une humidification trop importante et/ou d’un manque d’oxygène lors de la germination. Les moisissures blanches restent lavables et on en parle plus, tandis que des graines couvertes de moisissures brunes ou noires deviennent nocives et à jeter. Pensez à nettoyer/jeter aussi votre support de germination.

Graines germées moisies

Graines germées moisies

Ensuite on va parler plus franchement : les risques d’infections bactériennes comme la salmonelle et l’E. coli. Très fréquentes aux États-Unis, ces infections sont dues à des graines contaminées dans des productions à grande échelle et insalubre. C’est un peu comme jouer à la roulette russe…

– 648 cas de salmonellose en 2005 au Canada.

– 47 morts de l’E. coli en 2011 en Allemagne

Je citerai pour finir :

Selon les scientifiques, la contamination proviendrait vraisemblablement de graines utilisées pour produire les germes. Les graines peuvent être contaminées par le fumier épandu dans les champs ou pendant l’entreposage. De plus, les conditions requises pour la culture des germes (chaleur et humidité) favorisent la prolifération bactérienne.

Voilà pour ce qui est des graines à germer ! N’hésitez pas à discuter de tout ça par commentaire. Me corriger ou rajouter des trucs si vous avez des choses à dire. Il est toujours possible de rajouter vos commentaires dans l’article si je me suis trompé ou si j’ai oublié quelque chose. Ceci étant dit, pensez à stocker des sacs de graines à l’abri de la lumière, dans votre bunker souterrain, vous pourrez ainsi agrémenter vos repas !


  • Walafrid

    La « mauvaise herbe » du level 3 c’est du pourpier : excellent en salade, la base du fameux régime crétois…

  • Délia

    Sur la photo des graines moisies, je ne crois pas que ça en soit, mais plutôt des « poils absorbants » comme expliqué ici :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Poil_racinaire

  • Délia

    Sur la photo des graines moisies, je ne crois pas que ça en soit, mais plutôt des « poils absorbants » comme expliqué ici :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Poil_racinaire

Tom
10/02/2015

Mat aime écrire depuis sa plus tendre enfance, alors moi aussi j'écris une petite bio pour voir ce que ça donne. Permettant un peu d'humaniser cette page.

Le potager pour les expert ou les débutant! Les bases, des astuces, les associations, les semences, les récoltes… tout pour avoir un potager et être autonome en légumes!

-
Découvrez les autres partie du dossier :