10599347_808162095883475_1354760187438774356_n

ça sent le sapin!

On vous en parle depuis quelques temps, voici enfin notre gros projet qui va durer jusque fin d’année! On a en effet prévu pour vous une belle surprise au pied du sapin 2014 (d’ou le titre « ça sent le sapin »). Bon je vais pas trainer plus longtemps… C’est suite à un partenariat avec coutebox que nous avons décidé ensemble de vous proposer à la vente un couteau estampillé NoPanic!

10599347_808162095883475_1354760187438774356_n

Mais c’est pas tout, on va pas faire comme les autres et décider pour vous! On va vous donner la parole et voir ensemble quel sera le couteau NoPanic! On va mettre en place un petit questionnaire afin de définir les attentes du plus grand nombre, les attentes de la communauté NoPanic.

Quelques contraintes tout de même: lame fixe, plate semelle, une putain de gueule!

Décrivez nous le couteau de survie idéal?

  • Manu Bourquardez

    franchement sa me plait !
    un couteau de survie idéal doit pouvoir servir a tout, et être efficace ! je pense a une lame de 15-20 cm, bien épaisse, une gueule a tailler du sanglier ! et sur le manche un systeme ouvre boite/canette, ou un systeme pour frapper, enfin quelque chose d’utile quoi ! la paracord peut etre bien utile aussi.

  • Mad

    Qui rouille pas

  • (elcas)

    j’aurai dit un pliant !? etonnant mais je suis plutot urbain et si je veux l’avoir sur moi en tout temps (et donc au moment de le survie) le pliant serait de rigueur,

    maintenant si on parle survie (outdoor?) quand je suis dehors je vois donc un fixe 12cm de lame,
    une garde [si besoin de planter sans ripper sur mes doigts (douloureuse experience personnelle)]
    un acier dur (meme s’il n’est pas facil a affuter sur le terrain il restera coupant plus longtemps la survie n’etant pas une periode prolongée en theorie ce n’est pas un probleme) type cpm 3V ou a2
    pas plus de 4mm d’épaisseur
    un etuis versatile et résistant kydex/securex une pointe solide
    un truc top serait un leger recurve et voilà merci

    a oui pas cher !!!

  • Franck Boclet

    La taille d un cold steel bushman , avec une large garde pour proteger les doigts et un pas de vis type « manche-balai » sur le pommeau

  • David Julie Boulanger

    Moi je verrai bien un style mora robust avec une extrémitée pouvant servir de marteau.niveau compromis taille efficacité ces l’idéal.

  • Théo

    13c26 ou 100c6 pour un prix abordable. 15-20cm de lame, en trois parties.
    4 derniers cm: arrondis, émouture creuse; 4cm en dessous: 6mm d’épaisseur; reste, 4mm d’épaisseur. Emouture plate pour tout le tranchant sauf la pointe.

    La garde, je la vois sur l’avant et sur un côté de la poignée; poignée en kraton, g10 toxifié, cuir avec un tressage en coton, enfin quelque chose qui a du grip.
    Pommeau en pointe diamant, et si on peut percer un trou et le tarauder pour ranger un allume-feu avec un embout filletté, pour éviter qu’il ne tombe, à mon avis on est pas mal ! 😉

    • Ha oui en effet! =D

      • Théo

        Coutelier inside… 😉

  • dolphens

    Moi je pense à une lame de 20cm avec plusieurs angles de tranchants, une partie 30-35° pour la viande, une partie 45-50° pour le bâtonnage qui serait celle qui partirait du manche, pour l’acier et pour éviter de faire grimper les prix, faire du stock remouval avec des vieilles limes ou ressorts de suspensions. Après à l’arrière du manche je verrais une pointe brise vitre qui serait visser dans la plate semelle.
    Voilà j’espère que ça intéressera…

  • Fabrice Schaaff

    Nous sommes sur no panic ici, non ? alors ne demandons pas un simple couteau de survie de bushman/bushcraft que l’on peut trouver partout … y compris sur-mesure, on connais tous plusieurs taillandiers capable de le faire…
    ici on parle d’un outil de résilience, d’effondrement de la normalité… un truc sur lequel on peut compter en cas de pépin peu importe ou l’on se trouve. Pas un truc à amener en camping….
    Donc pour moi, je partirai presque sur une hachette/tomahawk… mais vu les inconvénient revenons sur une machette courte type parang, avec une lame suffisamment épaisse et un métal suffisamment costaud pour faire levier (pourquoi pas soulever une plaque d’égout) et un pied de biche en cas de coup dur c’est un outil indispensable… La forme de la lame assez basic car il est plus facile d’entretenir une lame droite avec des angles régulier que des arrondis, de plus ceux-ci sont plus fragiles, donc lame droite terminée en angle régulier ou en chisel. et enfin pourquoi pas un coupe barbelé sur l’étui ? (comme une baïonnette)
    Bref un véritable outil solide et polyvalent qui rappel à quoi on se prépare ici et qui soit véritablement efficace dans ce genre de situation…

    • je partage ton avis Fabrice mais il reste un paramètre non négligeable, c’est le prix de vente… L’idée c’est quand même que le plus grand nombre puisse s’offrir le couteau pour noël…

      • Fabrice Schaaff

        je suis parfaitement d’accord, c’est pourquoi je n’ai pas cité de métal spécifique ou de matériau pour l’étui, la garde… et je n’ai pas parlé de forge non-plus… du stock removal pour ce genre d’outil serai bien moins onéreux…

        • Théo

          De la forge industrielle permettra d’avoir des modulations d’épaisseur sans perte inutile de matière et ne sera pas excessivement cher. Un outillage d’estampe a un coût élevé mais se rentabilise. Pour info, les Douk ont des lames forgées, et coûtent 11€ 😉 Bon sur un couteau idéal de No Panic le budget serait sensiblement plus élevé il est vrai, mais pas besoin d’atteindre les 600€ même sur quelque chose d’un peu complexe je pense.
          Le stock removal a son coût aussi, en perte de matière et temps passé en usinage. Là encore, on peut réduire ces coûts avec une découpe laser, mais une lame estampée a un meilleur rapport qualité-prix qu’une lame découpée au laser, surtout au vu des gabarit envisagés dans la plupart des commentaires.

          • Fabrice Schaaff

            Je suis parfaitement d’accord avec toi. à l’exception prêt que le douk douk est tiré à plusieurs million d’exemplaires ce qui ne sera pas le cas ici…
            et nous ne savons pas qui sera le fabriquant de ce nouveau matériel, est-il équipé pour l’industriel ? le partenariat est avec coutebox, un revendeur si je ne m’abuse… Il faudrait peut-être fixer un budget d’abord ?

          • on a le fabriquant et on part sur une base de 100 ex mini en stock removal 😉 Pour le moment attardons nous plus sur l’aspect du couteau… on verra ce qu’on peut faire ensuite.

          • Fabrice Schaaff

            chef, oui chef ! 🙂
            plus j’y réfléchis et plus je me dis que de partir sur un look de pry-bar ferait vraiment no-panic …

          • Fabrice Schaaff

            un cop tool en plus imposant…
            dommage que l’on ne puisse poster de photos ici…

          • Théo

            Si il y a un revendeur, un fabriquant doit être fixé à un moment donné du projet.
            La première chose à faire est de déterminer le couteau, puis d’en faire fabriquer un prototype.

            Pour la sous-traitance, Générale de Découpe, Dozorme, Florinox… Les boîtes pouvant effectuer les différentes opérations du couteau ne manquent pas.

            Par contre oui effectivement une forge industrielle se rentabilise sur de grosses séries. Si ce couteau reste confidentiel, ce ne sera pas la meilleure solution effectivement.

  • Larry

    je pense un peu comme tous, un couteau abordable, costaud robuste, qui peu servir à tout !
    ce que propose Théo me semble pas mal !!
    aujourd’hui sur le marché il y a énormément de choix, avec des prix exponentiels,
    un simple Opinel est parfois bien suffisant, comme un Mora
    après personnellement je suis plus pour avoir un couteau de type Esee 6
    en rando j’ai toujours un fixe et un pliant !!

  • Théo

    Je relis les « consignes » et je m’arrête sur le « une putain de gueule ! » on est sensé dessiner le couteau ou bien..?

    • tu peux si tu veux oui!

      • Théo

        Oh… Eh bah je vais tâcher de m’y pencher à l’occasion en ce cas. Aucune autre contrainte ?

        • non il n’y a pas vraiment de contrainte pour le moment on est en phase de reflexion et biensur, on est encore loin d’avoir fixé une forme…

  • Davidof Bru

    Je dirais une lame de 15cm maxi pour la polyvalence, 4-5mm d’épaisseur assez simple d’entretien, brise vitre en bout de manche, une garde pour la sécurité et des trous aux extrémités du manche pour pouvoir le monter en lance ou créer une « poignée » avec de la paracorde.