• Accueil
  • Un an de Simulation de vie sur Mars.

Un an de Simulation de vie sur Mars.

Tom | le 02/09/2016

Non classé
6806827

Mars est la quatrième planète par ordre de distance croissante au Soleil sur les huit planètes que compte le Système solaire.

Petit Rappel

Rayon : 3 390 km (la terre 6 371 km)
Distance du Soleil : 227,9 millions km – (la terre 149,6 millions )
Durée du jour : 1j 0h 40m – un tour de soleil se fait en 687 jour (une année martienne)

distance Terre /Mars : entre 75 et 400  millions de kilomètres en fonction des orbites des deux planètes soit 6 à 15 mois de trajet

Ce qui vient de se passer :

3 hommes et 3 femmes sont enfermés depuis le 28 aout 2015 dans un dôme de 11 mètres de diamètre dans le cadre d’une expérience de la Nasa visant à préparer une future installation sur la planète Mars. Parmi eux l’exobiologiste français Cyprien Verseux.

L’équipage comptait en outre , une physicienne allemande et quatre Américains: un pilote, un architecte, une médecin/journaliste et une scientifique spécialisée dans les sols.

L’expérience installée  à 2400 mètres de haut sur un volcan à Hawaï dans un paysage rocheux rappelant le sol martien dépourvu de végétation et d’animaux.

Ces six personnes ont passé  cette année en autonomie complète, ne pouvant sortir que  rarement à l’extérieur pour des missions spécifiques et en portant une combinaison spatiale.

Ils se sont surtout nourris de fromage en poudre ou de boîtes de thon. Ce qui peu paraître paradoxale quand on sait que l’un des principaux défis des missions martiennes prévues à l’horizon  2030 sera de produire de la nourriture sur le sol martien, qui est très sec et où l’eau est rare.

C’est d’ailleurs la principale raison de la présence de l’Allemande Christiane Heinicke dont les principaux travaux ont porté sur les possibilités d’extraction d’eau du sol volcanique, dont la composition minérale est très proche de celle de Mars.

Le plus dur  pour les isolés était « la monotonie », a expliqué C. Verseux  dans une interview sur Périscope, conseillant aux prochains volontaires éventuels d’emporter beaucoup de livres avec eux mais il s’est dit satisfait des résultats de l’expérience.

D’autres ont également évoqué les difficultés de vivre avec les mêmes personnes pendant une longue période dans un espace clos et réduit, précisant qu’elle ne prévoyait de rester en contacts étroits qu’avec trois des cinq autres participants à l’expérience.

Le dôme alimenté par l’énergie solaire était pourvu de douches et de toilettes sèches à compost.

Chaque participant disposait chacun d’une petite chambre, avec un espace pour un lit de camp et un bureau. Ils avaient un accès limité à internet.

L’Agence spatiale américaine cherche à apprendre un maximum de choses sur la cohésion et l’évolution psychologique des membres de telles missions coupées du monde pendant de longues périodes.

L’analyse complète des performances psychologiques de cette expérience  fera l’objet d’une publication par la Nasa dans les prochains mois.

Antériorité :

La Nasa et des sociétés privées avaient menés par le passé des expériences d’isolement mais dont le but était essentiellement la mise au point de structures d’autarcie avec production de nourriture : le projet biosphère 2 (la 1 étant notre planète) qui  s’est déroulé entre 1987 et 1992.

Cette expériences impliquant la recréation d’écosystème n’ont pas été couronnées de succès. C’était  pourtant le programme le plus ambitieux, le plus cher et le plus avant-gardiste de l’époque  :

  • 200 millions de dollars de budget,
  • 1,27 hectares de serres coupés du reste du monde,
  • une dizaine de scientifiques enfermés à l’intérieur

1024px-Biosphère_2

C’est dans le désert d’Arizona que fut installé leplus grand système écologique fermé du monde.

Sous le dôme de la gigantesque structure, des plantes, des animaux et des hommes ont vécu en autarcie, coupés du reste du monde par 14 mm de verre trempé et une chape de béton souterraine de plusieurs centaines de mètres carré.

Mais au bout de quelques mois le niveau d’oxygène disponible baissa anormalement. Quelque chose ne se passzait pas comme prévu. Les animaux vertébrés commençaient à souffrir et à mourir peu de temps après les insectes pollinisateurs. Puis ce fut au tour des humains. Certains scientifiques se sentaient faibles et tombaient malades. Dans les écosystèmes laissés sans surveillance, les nuisibles prolifèrent et les scientifiques restants se sont retrouvés aux prises avec les colonies de cafards…

Un vrai scénario catastrophe. Finalement, la mission est abandonnée. La NASA voyait dans cette expérience un prototype pour un écosystème viable destiné à être reproduit lors de la future colonisation de Mars. Biosphère II aura eu le mérite de montrer à la communauté scientifique la difficulté de recréer un écosystème complexe et autonome.

Mais la Nasa n’a pas pour autant abandonné l’idée et le dôme qui appartient maintenant à l’université d’Arizona continue à servir à des expériences aux mêmes fins.

Coloniser une planète, simple dans les livres mais plus dur à réaliser, mais je gage que l’homme ne lâchera pas l’affaire…

En savoir plus

un an d’isolement :

Intervew de Cyprien Verseux

Biosphère 2 :

Soutenez Nopanic !

Demandez-nous !

Codes Promo

Code Promo Lyophilisé Code Promo V8 Equipment Code Promo Airsoft Opération